Réforme de la Fiscalite Locale
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Réforme de la Fiscalite Locale

el

  • 1,973 reproducciones

 

Estadísticas

reproducciones

reproducciones totales
1,973
reproducciones en SlideShare
1,973
reproducciones incrustadas
0

Actions

Me gusta
0
Descargas
19
Comentarios
0

0 insertados 0

No embeds

Accesibilidad

Categorias

Detalles de carga

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Derechos de uso

© Todos los derechos reservados

Report content

Marcada como inapropiada Marcar como inapropiada
Marcar como inapropiada

Seleccione la razón para marcar esta presentación como inapropiada.

Cancelar
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    ¿Está seguro?
    Tu mensaje aparecerá aquí
    Processing...
Publicar comentario
Edite su comentario

Réforme de la Fiscalite Locale Presentation Transcript

  • 1. Projet de Réforme de la Fiscalité Locale présenté par Salah Benyoussef http://www.zarizara.blogspot.com• Le projet est l’aboutissement des travaux de la commission qui a réuni le ministère de l’Intérieur (DGCL) et le ministère des Finances (DGI et TGR).• Le nouveau schéma proposé repose sur une loi fiscale (A) et un décret (B) portant règlement des droits et redevances des CL. L’ancien schéma toujours en vigueur repose uniquement sur la loi 30-89 relative à la fiscalité des CL.
  • 2. Une démarcation est établie entre taxes et redevances• C’est ainsi que les ‘taxes’ sont prévues par le projet de loi qui confère un caractère fiscal à 17 impositions sur 40.• 9 impositions sur 40 sont assimilées à des ‘droits et redevances’ et leurs modalités d’application sont régies par décret du premier ministre.
  • 3. • Lorsque le projet de loi ne détermine pas de taux ou de tarifs d’imposition fixes pour les taxes, ces tarifs et taux sont fixés par arrêté « fiscal » pris par l’ordonnateur de la CL concernée après délibération du conseil.• 14 impositions sur 40 ont subi les traitements suivants : – 3 produits considérés comme « fiscaux » dans le temps, ont été déversés et fondus dans deux types de droits et redevances mentionnés précédemment, et donc soumis au décret du premier ministre ; – 11 produits anciens ont été purement et simplement supprimés.
  • 4. • Au total, la loi fiscale locale a été délestée de 57,5% des impositions (40) qu’elle prévoyait en 1989, et n’a retenu que 17 impositions au titre de taxes fiscales. Il ne reste plus que 9 impositions au titre de droits et redevances qui seront régis par voie réglementaire - décret du premier ministre. Les 14 impositions restantes ont été évacuées du projet de texte de loi et du projet de décret.• En résumé : – loi fiscale : 17 taxes ; – décret du premier ministre : 9 droits et redevances ; – arrêté fiscal : nombre indéterminé.
  • 5. A. Projet de Loi Fiscale• Partie I : Assiette, recouvrement et sanctions (article 1– article 150) • 11. Titre I : Règles d’assiette (article 1-article 126) • 12. Titre II : Recouvrement (article 127-article 134) • 13. Titre III : Sanctions (article 135-article 150)• Partie II : Procédures de contrôle et de communication (article 151-article 166) • 21. Titre I : Droit de contrôle et de communication (article 151-article 162) • 22. Titre II : Contentieux (article 162-article 166)• Partie III : Dispositions diverses (article 166-article 180)
  • 6. • Le titre I est le plus volumineux (150 articles sur 166 soit 90% des articles) car il énumère la liste des taxes dont la perception est prévue par la loi, au profit des communes (urbaines et rurales), les préfectures et les provinces ainsi que les régions. régions• Les changements notables enregistrés au niveau du projet de loi fiscale, peuvent être déclinés comme indiqués ci-après : – Changement des libellés de la taxe urbaine et de l’impôt des patentes appelés désormais ‘taxe d’habitation’ et ‘taxe professionnelle’ ;
  • 7. Changements introduits– Intégration de la taxe d’habitation (ex-taxe urbaine) et de la taxe professionnelle (ex-patente) dans la loi relative à la fiscalité des CL tout en habilitant la DGI à les gérer ainsi que la taxe d’édilité ;– Suppression de la composante professionnelle de l’ex-taxe urbaine (11,50% de la valeur locative des biens) qui faisait double emploi avec l’impôt des patentes ;– Changement des barèmes et des grilles et liquidation sur des bases simples : 10% et un multiple de 10%, soit 20% et 30%, soit en tout, 3 taux qui s’appliqueront désormais à leur base respective ;
  • 8. – Introduction d’une fourchette dans la fixation des taux et tarifs avec apparition d’un plancher ou d’un plafond, lorsqu’il n’existait pas ;– Suppression des taxes additionnelles au profit des régions ;– Nouveau partage du produit fiscal ;– Non application du champ d’exonération de la taxe professionnelle, aux établissements de crédit (tels que le FEC), BAM et la CDG.
  • 9. Le projet de loi institue les taxes au profit des CL selon la répartition suivante :• 11 taxes au profit des communes dont 8 qu’elles sont appelées à gérer directement et 3 conjointement avec la DGI ;• 3 taxes au profit des provinces/préfectures ;• 3 taxes au profit des régions ;
  • 10. Autres Changements• En matière de recouvrement, le projet de texte introduit les dispositions relatives aux procédures en vigueur dans le code de recouvrement des créances publiques.• Pour ce qui concerne les sanctions prévues en matière de défaut de déclaration, de déclaration tardive, d’insuffisance de déclaration, de défaut de paiement ou d’insuffisance de paiement, une avancée notable est enregistrée au niveau du nouveau texte de loi. En effet les sanctions sont ramenées à 15% du principal de la taxe concernée par ces effractions, contre une fourchette qui allait de 25% à 100% du principal de la taxe en question. La sanction n’est portée à 100% qu’à la condition que la mauvaise foi du contribuable est avérée.
  • 11. B. Projet de Décret réglementant les Droits et Redevances• Chapitre préliminaire : Principes généraux (article 1 – article 4)• Chapitre II : Dispositions régissant les droits et redevances (article 5 - article 43)• Chapitre III : Dispositions diverses (article 44)
  • 12. • Le chapitre II est le plus volumineux (39 articles sur 44 soit 86% des articles) car il énumère la liste des droits et redevances (9) dont la perception est prévue par la loi, au profit des CL, sachant que seules les communes sont habilitées à rendre les services prévus et décrits dans le projet de décret pour lesquels elles sont habilitées à se faire rémunérer. rémunérer• Le document constitue une innovation, par rapport au innovation schéma aujourd’hui en vigueur où il n’existe pas de décret portant règlement des droits & redevances des CL. Les droits & redevances des CL aujourd’hui en vigueur relèvent de la loi 30-89.
  • 13. Architecture Fiscale Actuelle• 20,46% pour les taxes dont l’assiette est assurée par la DGI pour le compte des CL ;• 25,68 % pour les taxes, droits et redevances dont l’assiette est assurée par les services des CL ;• 44,58% pour la part des CL dans le produit de la TVA avec les parts d’IS (1%) et d’IGR (1%) ;• 9,28% pour les ressources propres d’équipement ainsi que les ressources d’emprunt levées auprès du FEC.
  • 14. ARCHITECTURE FISCALE LOCALE ACTUELLE RESSOURCES EMPRUNTEES RESSOURCES GEREES PAR (FEC); 9,28% ETAT (TAXE URBAINE, TAXE DEDILITE, PATENTE); 20,46% RESSOURCESTRANSFEREES (TVA); 44,58% RESSOURCES GEREES PAR CL ; 25,68%
  • 15. Observations• La suppression de la composante • Les taxes sur les opérations de professionnelle de l’ex-taxe construction et de lotissement : urbaine, risque de provoquer des urbaine ces taxes sont inscrites au budget moins-values pour les budgets de de fonctionnement et ne sont pas certaines CL et, apparemment, récurrentes car elles sont appelées aucune mesure compensatrice n’a à tarir lorsqu’il y aura saturation de l’espace territorial communal. été prévue pour atténuer les pertes Elles sont donc susceptibles de de ce produit fiscal ; créer un état de dépendance de la• La simplification (à la baisse) des commune concernée à leur égard ; barèmes (10%, 20% et 30%) de la • La contribution des riverains aux taxe professionnelle et de la taxe dépenses d’équipement et d’habitation, est porteuse de d’habitation d’aménagement : cette moins-values qui n’ont pas été contribution dont le rendement est mesurées ; dérisoire, est difficilement et rarement mobilisable, les Ordonnateurs étant très réfractaires à son égard.