1.Introduction-terminologies
1.1.Lazonedefurcation
1.2.Larégioninter-radiculaire
1.3.Définitiondelalésioninter-radiculaire...
-ClassificationdeMeyer(1979)
-ClassificationdeTARNOWetFLETCHER
-Classificationuniverselle
4.Logiquedeladémarchethérapeutiq...
4.3.2.Lestechniquesrésectrices:
– Gingivectomie-Gingivoplastie
– Interventionsàlambeaux
– Odontoplastie-ostéoplastie
– Tun...
1. Terminologies
Zone de furcation
J.E.C
Région interradiculaire
1.1. Définitions
1.2. Rappel aspects anatomiques
Racines des 1ères molaires sup et inf.
divergent l’une de l’autre,
divergence moindre pour...
Coupes transversales peuvent également déterminées quelques
particularitées anatomiques des furcations
Variations anatomiq...
1.3. Définition des lésions inter-radiculaire (atteinte de furcation)
C’est une perte des tissus de soutien parodontaux av...
1. Facteur primaire déclenchant: Biofilm
2. Facteurs endodontiques
- Les canaux accessoires: des lésions endodontiques peu...
Lataro et Cal (70-82) : ont constatés par des analyses que :
 Les premières molaires mandibulaires sont plus souvent atte...
- Forme et situation des racines
L'implantation de la dent entre les tables osseuses peut créer des zones à
risques où une...
4- Facteurs embryologiques
Dans le cas des projections d'email, lesfibres conjonctives
ne pouvant pas s'ancrer dans la su...
Les hypoplasies cémentaires atypiques ;
Absence de cément comme dans l'hypophasphatasie peut entrainer une
attache fragi...
Le traitement de la maladie parodontale au niveau des dents pluriradiculées
ne doivent etre entrepris qu’après la recherch...
Des sondes parodontales graduées, sondes d’exploration
courbes devraient être utilisées pour la réalisation de l’examen
cl...
Toutes les molaires et prémolaires doivent être examinées du côté
vestibulaire et buccale.
Les atteintes mésiale et distal...
En raison de la superposition des structures
osseuses et de la racine palatine, la radio ne
révèle pas l’existence d’une a...
Classification de Glickman
classe I: lésion initiale: poche supra-osseuse, atteignant le
tissu mou ; il y a une légère per...
classe III:lésion totale
La furcation peut être obstruépar la gencive mais l'os a été détruit à un degré
important pour pe...
classe IV: lésion totale prononcé
comme le 3ème stade, l’os inter- radiculaire est complètement détruit, mais
avec une dén...
Lésion initiale: destruction horizontale destissus parodontauxnedépassant
pas le1/3 de la largeur de la dent ;
Lésion part...
Classification de Meyer
lésion inter-radiculaire
juxta osseuse
lésion inter-radiculaire
infra osseuse
lésion inter-radicul...
Les atteintes de furcations sont décrites d’après la profondeur de la
résorption osseuse verticale à partir du plafond de ...
L’ampleur de l’atteinte de furcation s’exprime en 3 degrés en fonction de l’extension
deladestructionhorizontaledestissusà...
4.1.Objectifsdutraitementdeslésionsinterradiculaires
4. Logique de ladémarche thérapeutique
Le recours la chirurgie pour l...
4.2. Aspects thérapeutiques
Détartrage et surfaçage radiculaire
odontoplastie
Gingivectomie/ gingivoplastie
Opération à la...
Détartrage et surfaçage radiculaire
odontoplastie
Opération à lambeaux
Tunnélisation
Résection radiculaire
Chirurgie de co...
Détartrage et surfaçage radiculaire
odontoplastie
Opération à lambeaux
Tunnélisation
Résection radiculaire
Chirurgie de co...
Détartrage-surfaçage
Elimination des dépôts durs et mous d’origine bactérienne situés à la surface
de couronne et des raci...
4.3.2. Les techniques résectrices
Gingivectomie
c’est donc une exérèse gingivale par incision suivie d’excision (plastie),...
Objectifs
1. Elimination de la poche parodontale en regard de la furcation
2. Faciliter le contrôle de la plaque par le pa...
curetage parodontal
Le curetage parodontal est l’élimination à l’aide d’une curette de la face
interne de la paroi tissula...
Odontoplastie
Ce terme signifie le" remodelage de la dent" avec le respect de l'atteinte de la
furcation. Ceci se pratique...
Si le diamètre du tunnel de la furcation est étroit ou si l'accès à la furcation est
restreint, une ostéoplastie peut être...
Interventions à lambeaux
Les indications :
1. sondage révélant des poches de 07 à 08 mm ;
2. toutes les classes
3. lyse av...
Lambeau de WIDMAN modifié
Lambeau déplacé apicalement
C'est une technique utilisée pour éliminer la poche parodontale
L'incision est à biseau intern...
Avantages
1. vision direct de la lésion interradiculaire permettant ainsi un curetage de la
lésion
2. Possibilité d’un rem...
L’hémisection et l’amputation radiculaire
(RESECTION RADICULAIRE)
Définition-indications
La résection radiculaire est une ...
L’hémisection et l’amputation radiculaire
(Résection radiculaire)
objectifs
1. Suppression de l’espace interradiculaire ou...
L’hémisectionetl’amputationradiculaire (Résectionradiculaire)
Critères de choix des racines à conserver (hamp et COLL)
1.L...
Amputation radiculaire
Consiste à la section d’une racine d’une dent multiradiculée sans sa partie
coronaire.
Indications
...
5. Caries profondes dans la racine ou dans l’espace inter radiculaire
6. Fracture verticale ou horizontale sans possibilit...
Contreindications
1.D’ordregénéral
2.Racinesfusionnées
3.Architecturetissulaireetosseusedéfavorable
4.Racinenontraitablepa...
Tunnellisation
Définition:
Elle vise à créer un espace interradiculaire permettant le passage d’une
brossette pour le nett...
Inconvénients
1.Les caries peuvent se développer à cause de difficulté d'enlever la plaque
dans le "toit" de la furcation ...
Une hémisection peut aussi souvent être suivie par l'extraction d'une des
moitiés de dents sectionnée.
C'est le cas premiè...
Indications
Les techniques régénératrices ne s’adressent qu’aux lésions inter
radiculaires associées à des défauts intra o...
Techniques
1. Greffes osseuses
2. Régénération tissulaire guidée
3. Association membrane-greffe osseuse
Les traitements endo-parodontaux :
4.3.4.Les traitements combinés
4.3.4.Les traitements combinés
Les traitements prothétiques (ajustage occlusal) :
L’inflammation peut être le seul facteur...
5. Résultats et Pronostic
Les résultats vont dépendre des soins postopératoires et de la maintenance
:
La séance de mainte...
Introduction
1. Définition de l’implant dentaire
2. Définition de l’Ostéo-intégration d’un implant
3. Ostéo-intégration et...
Introduction
L’implantologie orale contemporaine est devenue une discipline
incontournable dans la pratique quotidienne de...
La cicatrisation osseuse, suite à une mise en place atraumatique d’un
matériau biocompatible tel que le titane, suivra le ...
1. Définition de l’implant dentaire
•Un implant dentaire (ou intra-oral) est une racine dentaire artificielle.
•Les implan...
2. Définition de l’Ostéo-intégration d’un implant
Un implant remplit sa fonction lorsqu’il est intimement intégré au tissu...
•La définition actuelle de l'ostéo-intégration est « une jonction
anatomique et fonctionnelle directe entre l'os vivant re...
3. Ostéo-intégration et concepts implantaires associés
•Bränemark introduit au début des années 1980 le concept de l’ostéo...
La définition de l’ostéo-intégration est alors plutôt fondée sur la stabilité
implantaire et l’analyse radiologique.
Clini...
•L’obtention de l’ostéo-intégration repose sur plusieurs principes :
1.Une chirurgie atraumatique, c’est-à-dire que lors d...
3. Une absence de micromouvements, car une fracture ne peut se
consolider que s’il y a une immobilisation = une stabilité
...
4. Biocompatibilité – Biofonctionnalité
Deux notions différentes mais complémentaires.
–La biocompatibilité fait appel au ...
5. Composants du système de Bränemark :
•1. La fixture : elle est en titane pur et présente des spires
usinées en surface ...
•3. Le pilier : est un cylindre en titane. La partie apicale est
hexagonale et s'adapte précisément à la partie coronaire ...
6. Facteurs de l'ostéo-intégration
6.1. Le matériau de la fixture : en titane pur. Lorsqu'elle est mise en
contact de l'ai...
6.3. L'absence d'augmentation de la température : Dans le protocole
chirurgicale de vissage sur le site osseux, l'os ne do...
•6.5. Pas de mise en charge: Il s'agit de la mise en charge différée.
Brânemark insiste sur le fait que "la cicatrisation ...
7. Complications survenues après la pose d’un implant
•7.1.Complications chirurgicales
•Elles peuvent être vasculaires, ne...
•Les complications sinusiennes peuvent aussi apparaître dès lors
que l’on implante dans les secteurs maxillaires postérieu...
•7.2. Non ostéo-intégration d’origine chirurgicale
•Ce type de complications est habituellement décelé lors du
deuxième te...
•7.3. Non ostéo-intégration après mise en charge
•Il s’agit d’échecs décelés tardivement après mise en charge de
l’implant...
de l’implant ou du pas de vis de l’implant. L’état de surface de l’implant
est parfois incriminé comme un facteur de risqu...
•7.3.2 Facteurs propres à l’implant
•Il a été montré qu’un état de surface rugueux favorise le maintien de
l’ostéo-intégra...
Conclusion
L’ostéo-intégration est donc un phénomène difficile à obtenir et
facile à perdre. D’où l’importance d’utiliser ...
Lesion interradiculaires
Lesion interradiculaires
Lesion interradiculaires
Próxima SlideShare
Cargando en…5
×

Lesion interradiculaires

5.567 visualizaciones

Publicado el

السلام عليكم

Publicado en: Ciencias
  • Sé el primero en comentar

Lesion interradiculaires

  1. 1. 1.Introduction-terminologies 1.1.Lazonedefurcation 1.2.Larégioninter-radiculaire 1.3.Définitiondelalésioninter-radiculaire(atteintedefurcation) 1.4.Aspectsanatomiques 2.Diagnosticdeslésionsinterradiculaires 2.1.Facteursétiologiques 2.2.Formulationdudiagnostic -Examenclinique -Examenradiologique 3.Classificationsdeslésionsinterradiculaires -ClassificationdeGlickman -ClassificationdeLindhe(1989)
  2. 2. -ClassificationdeMeyer(1979) -ClassificationdeTARNOWetFLETCHER -Classificationuniverselle 4.Logiquedeladémarchethérapeutique 4.1.Objectifsdutraitementdeslésionsinterradiculaires 4.2.Aspectsthérapeutiques 4.3.Traitementdeslésionsinter-radiculaires 4.3.1.Traitementsconservateurs: -Détartrage-surfaçage -Curetageradiculo-gingival (débridement)
  3. 3. 4.3.2.Lestechniquesrésectrices: – Gingivectomie-Gingivoplastie – Interventionsàlambeaux – Odontoplastie-ostéoplastie – Tunnellisation – L’hémisectionetl’amputationradiculaire(Résectionradiculaire) 4.3.3.Lestechniquesadditives: -Lesgreffesosseuses -R.T.G -AssociationsgreffesosseusesetR.T.G -Techniquesavancées 4.3.4.Lestraitementscombinés 5.RésultatsetPronostic
  4. 4. 1. Terminologies Zone de furcation J.E.C Région interradiculaire 1.1. Définitions
  5. 5. 1.2. Rappel aspects anatomiques Racines des 1ères molaires sup et inf. divergent l’une de l’autre, divergence moindre pour les 2èmes et 3èmes molaires Racines d’une même molaire présente une morphologie différente: (racine aplatie mésio vestibulaire d’une molaire sup et racine disto vestibulaire légèrement concave)
  6. 6. Coupes transversales peuvent également déterminées quelques particularitées anatomiques des furcations Variations anatomiques sont possibles de ladistance séparant letoit de la furcation et laJEC. microcavitée et renflement cémentaire sont parfois présents au niveau des furcations (facteur étiologique)
  7. 7. 1.3. Définition des lésions inter-radiculaire (atteinte de furcation) C’est une perte des tissus de soutien parodontaux avec lyse osseuse dans le sens corono-apicale, et dans le sens vestibulo-lingual du septum inter-radiculaire.
  8. 8. 1. Facteur primaire déclenchant: Biofilm 2. Facteurs endodontiques - Les canaux accessoires: des lésions endodontiques peuvent entrainer des lésions inflammatoires et dégénératives de la zone inter- radiculaire quand il existe des canaux accessoires faisant communiquer l'endodonte et l'espace inter-radiculaire dans la zone de lafurcation (lésions endo-parodontales) 2.1. Facteurs étiologiques 2. Diagnostic des lésions inter radiculaires
  9. 9. Lataro et Cal (70-82) : ont constatés par des analyses que :  Les premières molaires mandibulaires sont plus souvent atteintes par les lésions inter-radiculaires ;  La lésion inter-radiculaire vestibulaire est plus importante que la linguale ;  La sévérité de l'atteinte augmente avec l'âge. 3- Facteurs histologiques et anatomiques - Distance de la furcation à la ligne de jonction E/C Plus la furcation sera haute en direction coronaire et plus les chances d'invasion de cette furcation sera augmentée dans le cadre de parodontite généralisée
  10. 10. - Forme et situation des racines L'implantation de la dent entre les tables osseuses peut créer des zones à risques où une inflammation bactérienne ou traumatique favorisera une perte d'attache ; les furcations des premières molaires mandibulaire sont très proches des tables osseuses externes (proximités radiculaires) - Les malpositions dentaires - Le desmodonte de cette zone est lâche, les fibres sont surtout des fibres à insertion cémento-cémentaire et beaucoup moins denses cémento- osseuses ce qui pourrait histologiquement rapprocher la zone inter- radiculaire de la zone inter-dentaire avec ses fibres transeptales et par conséquent une zone de fragilité.
  11. 11. 4- Facteurs embryologiques Dans le cas des projections d'email, lesfibres conjonctives ne pouvant pas s'ancrer dans la surface amellaire, ils s'ensuivent une adhésion épithéliale avec un épithélium de jonction plus au moins long (13% des molaires) Les perles d'email entrainent des défauts d'attachement conjonctif fragilisant l'herméticité de jonction gingivo-dentaire (Incidence: 1.1% - 9.7%)
  12. 12. Les hypoplasies cémentaires atypiques ; Absence de cément comme dans l'hypophasphatasie peut entrainer une attache fragilisée et un site privilégié pour l'implantation bactérienne 5- Facteurs occlusaux •Les interférences non travaillantes en latéralité aux molaires ; • Les conséquences des extractions des multiradiculées non compensées qui entrainent une egression des antagonistes diminuent la distance entre cément de furcation et la crête alvéolaire. 6-Autres Facteurs aggravants  Dentisterie restauratrice agressive : perforation du plancher Extraction mal conduite de dents-de-sagesses maxillaires mettant à nue la furcation disto-palatine des deuxièmes molaires.
  13. 13. Le traitement de la maladie parodontale au niveau des dents pluriradiculées ne doivent etre entrepris qu’après la recherche des lésions interradiculaires . 2.2. Formulation du diagnostic Sondage des poches + Analyse radiologique Evaluation des lésions inter radiculaires
  14. 14. Des sondes parodontales graduées, sondes d’exploration courbes devraient être utilisées pour la réalisation de l’examen clinique. Habituellement, l’exploration clinique des furcations s’effectue avec une sonde à furcation de NABERS
  15. 15. Toutes les molaires et prémolaires doivent être examinées du côté vestibulaire et buccale. Les atteintes mésiale et distales au niveau des molaires supérieures s’explorent le mieux par un accés palatin
  16. 16. En raison de la superposition des structures osseuses et de la racine palatine, la radio ne révèle pas l’existence d’une atteinte de furcation au niveau des molaires sup
  17. 17. Classification de Glickman classe I: lésion initiale: poche supra-osseuse, atteignant le tissu mou ; il y a une légère perte osseuse au niveau de la zone de furcation. Une modification visible à la radio est rare, car la perte osseuse est minime classe II: lésion partielle: l’os est détruit au niveau d’une ou de plusieurs faces de la furcation, mais une partie des tissus parodontaux reste intacte, permet seulement une pénétration partielle de la sonde 3. Classifications des lésions inter radiculaires
  18. 18. classe III:lésion totale La furcation peut être obstruépar la gencive mais l'os a été détruit à un degré important pour permettre le passage totale d'une sonde en direction vetibulo- linguale. La radiographie révèle une lyse osseuse prononcée.
  19. 19. classe IV: lésion totale prononcé comme le 3ème stade, l’os inter- radiculaire est complètement détruit, mais avec une dénudation rendant l’ouverture de la furcation visible
  20. 20. Lésion initiale: destruction horizontale destissus parodontauxnedépassant pas le1/3 de la largeur de la dent ; Lésion partielle : destruction horizontale des tissus parodontaux dépassant 1/3 de la largeur de la dent, mais sans atteindre la totalité de la largeur de l’espace inter-radiculaire ; Lésion totale : destruction horizontale de part en part des tissus parodontaux au niveau de l’espace inter- radiculaire. Classification de Hamp, Nyman & Lindhe(1975)
  21. 21. Classification de Meyer lésion inter-radiculaire juxta osseuse lésion inter-radiculaire infra osseuse lésion inter-radiculaire supra osseuse
  22. 22. Les atteintes de furcations sont décrites d’après la profondeur de la résorption osseuse verticale à partir du plafond de l’espace radiculaire ClassificationdeTARNOWetFLETCHER(1984) Cl A : défaut osseux vertical 1 à 3mm Cl B : défaut osseux vertical 4 à 6mm Cl C : défaut osseux vertical > 7mm
  23. 23. L’ampleur de l’atteinte de furcation s’exprime en 3 degrés en fonction de l’extension deladestructionhorizontaledestissusàl’intérieurdel’espaceinterradiculaire. ClasseI:perted’attachehorizontaleallantjusqu’à3mm ClasseII:perted’attachehorizontalesupérieureà3mm Classe III : perte d’attache horizontale totale permettant le passage de la sonde de partenpart Classification universelle : à visée thérapeutique
  24. 24. 4.1.Objectifsdutraitementdeslésionsinterradiculaires 4. Logique de ladémarche thérapeutique Le recours la chirurgie pour le traitement des lésions inter-radiculaires a comme objectifs: 1. Intervention sous contrôle visuel et accès aux surfaces radiculaires afin de pouvoirréaliserundébridementcorrect 2. Eliminationdespoches; 3. Etablissement, au niveau de la région dento-gingivale, d’une morphologie qui facilitelaréalisationcorrectedessoinsd’hygièneparlepatient.
  25. 25. 4.2. Aspects thérapeutiques Détartrage et surfaçage radiculaire odontoplastie Gingivectomie/ gingivoplastie Opération à lambeaux
  26. 26. Détartrage et surfaçage radiculaire odontoplastie Opération à lambeaux Tunnélisation Résection radiculaire Chirurgie de comblement et /ou RTG
  27. 27. Détartrage et surfaçage radiculaire odontoplastie Opération à lambeaux Tunnélisation Résection radiculaire Chirurgie de comblement et /ou RTG
  28. 28. Détartrage-surfaçage Elimination des dépôts durs et mous d’origine bactérienne situés à la surface de couronne et des racines . Cette mesure therapeutique peut être la seule à intervenir lors du traitement des lésions interradiculaires CLI. TRAITEMENTS CONSERVATEURS
  29. 29. 4.3.2. Les techniques résectrices Gingivectomie c’est donc une exérèse gingivale par incision suivie d’excision (plastie), et selon le type d’incision on parle de GBI ou de GBE ».
  30. 30. Objectifs 1. Elimination de la poche parodontale en regard de la furcation 2. Faciliter le contrôle de la plaque par le patient et un nettoyage optimale de cette zone critique Gingivectomie Indications Contre indications 1. Poches peu profondes (furcations) 1. Gencive de consistance molle 2. Défauts osseux horizontaux 2. Poches parodontales profondes 3. Gencive de consistance fibreuse 3. Défauts osseux angulaires à l’entrée de la furcation Gingivoplastie : La surface gingival est régularisée àl’aide d’un ciseau COSTAVEJO ; et arrondir l’angle formé par l’incision.
  31. 31. curetage parodontal Le curetage parodontal est l’élimination à l’aide d’une curette de la face interne de la paroi tissulaire molle de la poche (Lindhe 1986). objectifs 1. La suppression des dépôts mous et calcifiés de la surface dentaire ; 2. L’élimination du cément infiltré ; 3. Polissage radiculaire (surface lisse et propre permettant un réattachement des tissus mous). 4. D’éliminer le tissu épithélial pathologique bordant la base de la poche ; ainsi que le tissu conjonctif infiltré de l’attache.
  32. 32. Odontoplastie Ce terme signifie le" remodelage de la dent" avec le respect de l'atteinte de la furcation. Ceci se pratique en utilisant une fraise diamantée à haute vitesse.(CLIet II)
  33. 33. Si le diamètre du tunnel de la furcation est étroit ou si l'accès à la furcation est restreint, une ostéoplastie peut être nécessaire (CL II); l'os alvéolaire dans le secteur de la furcation est remodelé. Ostéoplastie
  34. 34. Interventions à lambeaux Les indications : 1. sondage révélant des poches de 07 à 08 mm ; 2. toutes les classes 3. lyse avec défauts angulaires modérés à moyens 4. un tronc radiculaire long Lambeaux de WIDMAN et WIDMAN modifié
  35. 35. Lambeau de WIDMAN modifié
  36. 36. Lambeau déplacé apicalement C'est une technique utilisée pour éliminer la poche parodontale L'incision est à biseau interne, le lambeau est déplacé apicalement par rapport àsa position initiale Indications: 1.Atteintes de furcation (tronc court) 2. étape indispensable dans la tunnelisation, osteoplastie et l’odontoplastie
  37. 37. Avantages 1. vision direct de la lésion interradiculaire permettant ainsi un curetage de la lésion 2. Possibilité d’un remodelage osseux afin de procurer les conditions favorable pour le contrôle de ma plaque Inconvénients 1. Risque de caries et sensibilités 2. Parodontolyses avancées avec des poches parodontales infra osseuses importantes
  38. 38. L’hémisection et l’amputation radiculaire (RESECTION RADICULAIRE) Définition-indications La résection radiculaire est une technique de choix pour le traitement des lésions de CLII et CLIII(sauf les 1ère PM sup) Elle implique l’élimination d’une ou de plusieurs racines d’une dent pluriradiculée Un traitement endodontique de la ou les racines que l’on doit conserver est effectué avant la résection radiculaire.
  39. 39. L’hémisection et l’amputation radiculaire (Résection radiculaire) objectifs 1. Suppression de l’espace interradiculaire ouvert, et rendre ainsi possible le curetage de la racine résiduelle 2. Elimination de la poche parodontale en supprimant l’espace interradiculaire 3. Améliorer la forme de cet espace pour en faciliter le nettoyage 4. Préserver le maximum de tissus parodontaux pour la racine résiduelle 5. Conserver les dents pluriradiculées présentant des formes avancées de maladie parodontale
  40. 40. L’hémisectionetl’amputationradiculaire (Résectionradiculaire) Critères de choix des racines à conserver (hamp et COLL) 1.La quantité de tissu de soutien résiduel existant autour des racines 2.La stabilité de chaque racine 3.La morphologie radiculaire et l’anatomie canalaire pour ce qui concerne les thérapeutiques endodontiques et restauratrices 4.La position des diverses racines au sein des procès alveolaires par rapport aux dents adjacentes et antagoniste 5.L’état du périapex
  41. 41. Amputation radiculaire Consiste à la section d’une racine d’une dent multiradiculée sans sa partie coronaire. Indications 1. Perte osseuse affectant une ou plusieurs racines non traitable par régénération 1. Lésions inter radiculaires CLII et III 2. Récession gingivale sévère(présence de déhiscence osseuse) 3.Chirurgie par voie rétrograde impossible à cause de la calcification partielle du canal, la dilacération sévère de l’apex, récupération impossible d’un instrument fracturé dans le canal, perforation impossible à traiter, la résorption interne ou externe impossible à traiter 4. Infections endoparodontales récidivantes
  42. 42. 5. Caries profondes dans la racine ou dans l’espace inter radiculaire 6. Fracture verticale ou horizontale sans possibilité d’élongation coronaire 7. Résorption périapicale sévère entrainant un rapport couronne clinique/racine clinique défavorable 8. Proximitéradiculaire: la forme decontour prothétique et les embrasures ne peuvent respecter les impératifs mécaniques et hygiéniques à cause de cette proximité
  43. 43. Contreindications 1.D’ordregénéral 2.Racinesfusionnées 3.Architecturetissulaireetosseusedéfavorable 4.Racinenontraitableparlathérapeutiqueendodontique 5.Impossibilitéderestaurerlesracinesconservées 6.Absencederôleocclusof-onctionnel
  44. 44. Tunnellisation Définition: Elle vise à créer un espace interradiculaire permettant le passage d’une brossette pour le nettoyage parfait de cette zone. Indications: 1. Atteintes de classe 2 et 3 ; 2. Alvéolyse interradiculaire infra-osseuse horizontale ou angulaire ; 3. Molaire supérieure après amputation d’une des 03 racines ; 4. Faible hauteur du tronc radiculaire ; 5. Large espace interradiculaire.
  45. 45. Inconvénients 1.Les caries peuvent se développer à cause de difficulté d'enlever la plaque dans le "toit" de la furcation qui souvent est concave(patient à risque carieux élevé) 2.Problèmes de sensibilité dentaire
  46. 46. Une hémisection peut aussi souvent être suivie par l'extraction d'une des moitiés de dents sectionnée. C'est le cas premièrement quand la perte sévère d'attachement est restreint à une seule racine, l'autre racine pouvant être traitée séparément et qu'il n'y a pas d'autre piliers distaux stables. HEMISECTION Inconvénients Les indications sont limitées aux dents qui présentent : - Un tronc radiculaire court, - Des racines très divergentes et volumineuses
  47. 47. Indications Les techniques régénératrices ne s’adressent qu’aux lésions inter radiculaires associées à des défauts intra osseuses angulaires égales ou supérieurs à 3mm Vu la complexité anatomique des molaires supérieures, l’utilisation des techniques additives se limiterait pour le traitement des molaires inférieures (classe II). 4.3.3.Les techniques additives (CHIRURGIE REGENERATRICE)
  48. 48. Techniques 1. Greffes osseuses 2. Régénération tissulaire guidée 3. Association membrane-greffe osseuse
  49. 49. Les traitements endo-parodontaux : 4.3.4.Les traitements combinés
  50. 50. 4.3.4.Les traitements combinés Les traitements prothétiques (ajustage occlusal) : L’inflammation peut être le seul facteur responsable de la destruction. Cependant, entre toutes les zones du parodonte, la furcation est celle qui est la plus susceptible de présenter des lésions dues à des forces occlusales excessives. Lorsque l’atteinte est compliquée par des poches profondes, ou si la dent présente une mobilité excessive, le contrôle de l’occlusion et son ajustage sont essentiels. Si les dents traitées sont utilisées comme piliers pour des restaurations, il faut s’efforcer d’aligner les forces occlusales à l’axe vertical des dent afin d’obtenir une réparation osseuse optimale.
  51. 51. 5. Résultats et Pronostic Les résultats vont dépendre des soins postopératoires et de la maintenance : La séance de maintenance professionnelle à 1-3 mois, puis tous les 3 mois jusqu’à 1an. La restauration prothétique n’intervient qu’après la cicatrisation et une phase de maturation tissulaire de 4 à6 mois.
  52. 52. Introduction 1. Définition de l’implant dentaire 2. Définition de l’Ostéo-intégration d’un implant 3. Ostéo-intégration et concepts implantaires associés 4. Biocompatibilité et biofonctionnalité 5. Composants du système de Brânemark 6. Facteurs de l'ostéo-intégration 7. Complications survenues après la pose d’un implant • Conclusion
  53. 53. Introduction L’implantologie orale contemporaine est devenue une discipline incontournable dans la pratique quotidienne de tout omnipraticien. L’évolution de l’implantologie depuis le début des années 80 est assignée par des publications (Adell et al, 1981; Bränemark et al, 1985; Albrektsson et al, 1988 ; Buser et al, 1988; van Steenbergh et al, 1990). L’osté-ointégration a été le point clé de cette évolution : «C’est la réponse physiologique de l’os à une sollicitation engendrée par le placement chirurgical d’un implant».
  54. 54. La cicatrisation osseuse, suite à une mise en place atraumatique d’un matériau biocompatible tel que le titane, suivra le même processus que la réparation d’une fracture osseuse; Elle conduit à l’ostéo-intégration assurant la stabilité de la réhabilitation implanto-portée.
  55. 55. 1. Définition de l’implant dentaire •Un implant dentaire (ou intra-oral) est une racine dentaire artificielle. •Les implants ont pour fonction de remplacer les racines dentaires et sont, comme celles-ci, endo-osseux ; •Ils peuvent supporter des prothèses fixes ou des prothèses amovibles. •L’implant est surmonté d’un élément prothétique (couronne, inlay-core, attachement, plateau pour aimant….).
  56. 56. 2. Définition de l’Ostéo-intégration d’un implant Un implant remplit sa fonction lorsqu’il est intimement intégré au tissu osseux dans lequel il est placé. Il ne doit exister aucune interposition de tissu fibreux réactionnel entre les cellules osseuses et l’oxyde de titane = «osseointégration». Le terme d’ostéo-intégration décrit un état dans lequel il existe tout au plus une couche extrêmement mince de tissu conjonctif entre la surface de l’implant et la matrice osseuse minéralisée ; cette couche ne doit contenir ni vaisseaux sanguins ni fibres directionnelles ou autres constituants du parodonte. De ce fait, les implants crestaux ostéo-intégrés, à la différence des dents et des implants basaux récemment insérés, ne contribuent pas au drainage de l’os implanté dès le début de leur présence dans l’os.
  57. 57. •La définition actuelle de l'ostéo-intégration est « une jonction anatomique et fonctionnelle directe entre l'os vivant remanié et la surface de l'implant mis en charge ».
  58. 58. 3. Ostéo-intégration et concepts implantaires associés •Bränemark introduit au début des années 1980 le concept de l’ostéo- intégration avec l’utilisation d’implants en titane (fixtures de Branemark). Par la suite, d’autres équipes ont testé différents systèmes implantaires avec des résultats à court terme comparables à ceux de l’équipe suédoise. •Les observations microscopiques montrent que la qualité de l’ostéo- intégration est dépendante du pourcentage de contact direct os/implant.
  59. 59. La définition de l’ostéo-intégration est alors plutôt fondée sur la stabilité implantaire et l’analyse radiologique. Cliniquement, l’ostéo-intégration est traduite par : - Une ankylose ou une absence de mobilité de l’implant, - Son clair à la percussion, - Absence de syndrome infectieux douloureux, - Absence de paresthésies permanentes; Radiologiquement, elle est traduite par l’absence d’un espace radioclaire péri-implantaire, perte osseuse inférieure à 0,2 mm par an après la première année.
  60. 60. •L’obtention de l’ostéo-intégration repose sur plusieurs principes : 1.Une chirurgie atraumatique, c’est-à-dire que lors du forage de l’alvéole artificielle, il faut provoquer un traumatisme léger de telle sorte qu’il y ait libération de facteurs de croissance, formation d’un cal osseux, restructuration et reformation de l’os. 2. Une non-contamination de l’implant, car si la couche d’oxyde de l’implant est contaminée, l’adhésion cellulaire est compromise. Il faut donc une fabrication et un conditionnement très stricts.
  61. 61. 3. Une absence de micromouvements, car une fracture ne peut se consolider que s’il y a une immobilisation = une stabilité immédiate de l’implant doit toujours être recherchée car si elle n’est pas obtenue, il n’y aura pas de cicatrisation, pas d’ostéo- intégration et l’échec est alors prévisible. 4. Un état général compatible avec la pose d’implants. En effet, certaines maladies métaboliques osseuses peuvent compromettre l’ostéo-intégration. De plus, les taux de succès sont significativement réduits chez les gros fumeurs.
  62. 62. 4. Biocompatibilité – Biofonctionnalité Deux notions différentes mais complémentaires. –La biocompatibilité fait appel au choix du matériau constitutif de l'implant qui doit avoir des qualités à la fois biologique et mécaniques –La biofonctionnalité fait référence à la mise en charge de l'implant en tant que support prothétique et c'est elle qui conditionne la pérennité de l'implant en faisant intervenir la structure prothétique.
  63. 63. 5. Composants du système de Bränemark : •1. La fixture : elle est en titane pur et présente des spires usinées en surface et un filetage interne. Elle est vissée sur le site osseux préparé lors de la première étape chirurgicale. •2. La vis de couverture : la vis de couverture scelle la région coronaire péri-implantaire et évite la prolifération tissulaire. Elle présente une tête arrondie et un sillon pour l'accès du tournevis. Elle est utilisée au cours de la période de cicatrisation osseuse entre la première et deuxième étape chirurgicale.
  64. 64. •3. Le pilier : est un cylindre en titane. La partie apicale est hexagonale et s'adapte précisément à la partie coronaire de la fixture. Il présente un puit interne qui reçoit la vis du pilier. Cette vis est insérée au travers du pilier et vissée dans la fixture pour connecter les deux composants. •La tête de vis de pilier a une forme hexagonale plus petite. •4. Le cylindre en or : il est en or, palladium et platine. Il est usiné pour s'adapter sur l'extérieur de la partie coronaire du pilier. Le cylindre interne est relié à la vis du pilier. Le cylindre en or devient finalement partie intégrante de la prothèse finale en cours.
  65. 65. 6. Facteurs de l'ostéo-intégration 6.1. Le matériau de la fixture : en titane pur. Lorsqu'elle est mise en contact de l'air, une couche d'oxyde de 50-100A° se forme immédiatement. Lorsque la fixture est correctement cicatrisée dans l'os, la couche d'oxyde est entourée d'une couche de glycoprotéines et d'une couche calcifiée d'environ 100 A°, aboutissant à l'ostéo-intégration. 6.2. La forme de la fixture : Les spires de la fixture créent une surface plus grande, équilibre les forces et les répartissent dans le tissu osseux. La précision des spires créées dans le lit osseux a une gande importance dans la fixation initiale de l'implant. Selon Brânemark, si trop d'espace existe entre les spires intra-osseuses et la fixture, une prolifération indésirable de tissu peut se former au lieu
  66. 66. 6.3. L'absence d'augmentation de la température : Dans le protocole chirurgicale de vissage sur le site osseux, l'os ne doit pas être échauffé au dessus de 43°, sinon les phosphatases alcalines commencent à se détruire et aboutissent à l'échec de l'ostéo-intégration. Le système de forets aiguisés doit être utilisé avec une basse vitesse contrôlée. 6.4. Le remodelage osseux : L'ostéo-intégration nécessite la néoformation d'os autour de la fixture, processus dû au remodelage du tissu osseux. Elle est initié par les stimuli occlusaux, qui sont transférés à l'os des maxillaires par la fixture lorsque la restauration prothétique finale est connectée au pilier, et est complète au bout d'un an. Lorsque le remodelage osseux est terminé, la fixture est entourée de 1 mm d'os compact sur tous les cotés, et l'ostéo-intégration est acquise.
  67. 67. •6.5. Pas de mise en charge: Il s'agit de la mise en charge différée. Brânemark insiste sur le fait que "la cicatrisation se fait hors charge" et considère que c'est un principe de base du succès de l'ostéointégration. A cette fin, les protocoles chirurgicaux sont divisés en deux étapes. La première consiste à placer les fixtures dans l'os, les y laisser pendant 3 à 6 mois de cicatrisation (6 mois au maxillaire, 3 mois à la mandibule). •La seconde est la connexion des piliers aux fixtures, l'ostéo-intégration étant acquise.
  68. 68. 7. Complications survenues après la pose d’un implant •7.1.Complications chirurgicales •Elles peuvent être vasculaires, nerveuses, infectieuses, sinusiennes, muqueuses, ou encore être liées aux dents adjacentes, à la fracture de la table osseuse alvéolaire externe ou à l’instabilité de l’implant. •Les complications infectieuses sont dues à un problème d’asepsie et se caractérisent en postopératoire par des douleurs ou des signes d’infection. Si le problème est muqueux, il faut administrer une antibiothérapie ; s’il s’agit d’une infection osseuse, il faudra probablement déposer l’implant.
  69. 69. •Les complications sinusiennes peuvent aussi apparaître dès lors que l’on implante dans les secteurs maxillaires postérieurs. Même s’il n’est pas nécessaire de prendre une marge de sécurité vis-à- vis du sinus ou des fosses nasales, il peut arriver qu’une sinusite se manifeste à la suite d’une implantation. •Enfin, des complications muqueuses existent. Si l’implant n’est pas assez enfoui ou si la vis de couverture est mal vissée (ou se dévisse), la muqueuse peut s’operculiser sous l’effet perforant des angles de la pièce en titane.
  70. 70. •7.2. Non ostéo-intégration d’origine chirurgicale •Ce type de complications est habituellement décelé lors du deuxième temps chirurgical. On parle donc d’échec chirurgical. En effet, 2 à 3 mois après la pose des implants, on dépose les vis de couverture que l’on remplace par des piliers de cicatrisation (cas de la technique standard dite en deux temps). Si on remarque que l’implant est mobile, cela signifie que l’os n’a pas correctement cicatrisé au contact de l’implant. L’origine de cet échec peut être une chirurgie mal réalisée (conditions d’asepsie insuffisantes, chirurgie traumatisante) ou d’autres facteurs difficiles à individualiser.
  71. 71. •7.3. Non ostéo-intégration après mise en charge •Il s’agit d’échecs décelés tardivement après mise en charge de l’implant. C’est ce que l’on va appeler, parfois improprement, « péri- implantite ». Son origine peut être certains facteurs externes à l’implant ou l’implant lui-même. •7.3.1. Facteurs externes à l’implant: Plusieurs origines sont possibles : – l’origine bactérienne, l’un des facteurs déclenchants de la péri- implantite le plus fréquemment mis en avant ; – l’origine biomécanique, c’est-à-dire une surcharge occlusale induisant des microtraumatismes le long de l’interface os-implant et pouvant, dans les cas les plus extrêmes, entraîner une fracture
  72. 72. de l’implant ou du pas de vis de l’implant. L’état de surface de l’implant est parfois incriminé comme un facteur de risque d’accumulation de plaque bactérienne. Cette raison a longtemps été invoquée pour justifier l’utilisation d’implants lisses, permettant normalement une moindre colonisation bactérienne que les surfaces rugueuses. Mais ce concept ne paraît pas justifié au regard des résultats actuels.
  73. 73. •7.3.2 Facteurs propres à l’implant •Il a été montré qu’un état de surface rugueux favorise le maintien de l’ostéo-intégration, sans doute grâce à l’augmentation de la surface développée de l’ancrage osseux. Cependant, en cas de rugosité trop importante, on risque un phénomène de colonisation bactérienne et donc de péri-implantite. Un compromis semble donc indispensable entre la rugosité microscopique et la rugosité macroscopique. •Quoiqu’il en soit, il faut toujours retenir qu’une fois l’ostéo-intégration perdue, la ré-ostéo-intégration paraît quasi impossible, même si certains traitements de surface assez complexes permettent désormais d’envisager le traitement de certaines de ces lésions. En cas d’incident aigu, la dépose est quasi systématique.
  74. 74. Conclusion L’ostéo-intégration est donc un phénomène difficile à obtenir et facile à perdre. D’où l’importance d’utiliser des systèmes implantaires reconnus et un protocole rigoureux. Ainsi, même si certains échecs ponctuels surviennent en raison d’un accident bactérien ou d’une surcharge occlusale, le taux de succès est élevé. Ce n’est pas le cas de certains systèmes implantaires particulièrement nuisibles, tels que ceux recouverts d’hydroxyapatite aboutissant inéluctablement à un échec. Ceci implique une certaine responsabilité du praticien dans le choix du système implantaire utilisé.

×