Se ha denunciado esta presentación.
Se está descargando tu SlideShare. ×
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Cargando en…3
×

Eche un vistazo a continuación

1 de 95 Anuncio
Anuncio

Más Contenido Relacionado

Más reciente (20)

Anuncio

Module 6.ppt

  1. 1. MÉTHODE MERE KANGOUROU ASPECTS SOCIAUX ET ÉMOTIONNELS MODULE 6
  2. 2. ASPECTS SOCIAUX ET EMOTIONNELS DE LA METHODE MÉRE KANGOUROU • GLOSSAIRE • Attachement « sécurisé »: L'attachement sécurisé se réfère au lien spécifique et spécial qui s’établi entre la mère, ou son remplaçant permanent, et le bébé, où l'enfant éprouve une sensation de sécurité et de protection. Ce lien, construit de cette façon, permettra à l’enfant d'établir dans l'avenir des relations fortes avec d´autres personnes, des activités ou des objets. • Réactivité sociale: Fait référence à l'interprétation qu´a la mère sur le comportement de son enfant lorsqu´il essaye de communiquer. À sa réceptivité lors de ses tentatives d'amorce d´interactions ou de communication et à sa capacité de réponse. • Mots contenus, Èmotions contenues: L'état émotionnel des mères et des bébés se retrouve dans les mots ou expressions employés. C'est pourquoi il est important de parler aux bébés et maintenir un dialogue avec les mères.
  3. 3. • GLOSSAIRE • Impact intolérant: En raison de son immaturité physique et émotionnelle, la capacité des bébés à éprouver leur entourage est limitée, particulièrement pour les nouveau-nés. Chaque impact physique ou psychologique sera, dans un premier temps, insupportable pour le bébé et il aura besoin de l´aide de la mère (ou de son remplaçant) pour limiter ses sensations d´impotence et de solitude. • Stimulus provenant d'autres humains: Il se réfère aux messages ou aux actes de communication des parents. Tous ces stimuli peuvent être perçus par le bébé comme positifs ou négatifs, gravant ainsi une empreinte ou une trace mnésique qui fera partie de l'histoire émotionnelle du bébé. • Traces mnésiques: Une trace mnésique est l´empreinte qu´une information extérieure laisse dans notre cerveau. Elle arrive quand un ensemble d'images et de sons sont associés et connectent finalement à un circuit émotionnel particulier. ASPECTS SOCIAUX ET EMOTIONNELS DE LA METHODE MÈRE KANGOUROU
  4. 4. • GLOSSAIRE • Procédures de ‘persécution’: Ce sont tous les stimuli reçus par le bébé qui lui causent inconfort, douleur, crainte et instabilité. En raison de son immaturité, l'enfant ne peut gérer ces stimuli et les perçoit comme quelque chose qui le hante et le harcelle, lui produisant du stress. • Mère prématurée: C’est le nom donné à la mère d'un enfant prématuré. Elle a donné naissance à son/ses enfants alors que certains processus physiologiques internes n´ont pas été complétés. • Maternage: Mot généralement utilisé pour décrire l'exercice de maternité dans un contexte plus large. Il entraîne le dévouement concentré et la préoccupation de la mère pour le bien-être de son bébé. ASPECTS SOCIAUX ET EMOTIONNELS DE LA METHODE MÉRE KANGOUROU
  5. 5. • GLOSSAIRE • Rôle paternel : Mot généralement utilisé pour décrire l'exercice de paternité dans un contexte plus large. Le rôle paternel se réfère au rôle du partenaire de la mère dans la garde de l´enfant. Il représente sa capacité à se soucier et à soutenir la mère, qui se soucie elle-même de son bébé, dans son rôle de maternage. Le rôle paternel, dans le contexte des soins Kangourou, décrit la présence permanente, physique et émotionnelle, du père, nécessaire à la mère et à l'enfant pour renforcer les liens parentaux et préparer l'enfant à une entrée en confiance dans le monde. • Sentiments de fragmentation: Du point de vue psychanalytique, ce concept fait référence à l'état psychologique initial du bébé, lorsqu´il n´y a que des sensations, le corps n’ayant aucun point de référence précis que ce soit en pensée ou en expérience. Ces points de référence seront fournis plus tard par le contact de la mère (ou son remplaçant permanent), sa voix, son regard, son bercement. Le temps que ces points de référence s´établissent dans le cerveau du bébé, chaque moment de stress déclenchera en lui une sensation d´effondrement qu´il faudra reconstruire. Et la fonction de contention qu´à la mère servira à cet effet.. ASPECTS SOCIAUX ET EMOTIONNELS DE LA METHODE MÉRE KANGOUROU
  6. 6. • GLOSSAIRE • Réorganisation cognitive: Se réfère à la tâche effectuée par la mère lors des premiers jours de vie de son enfant, et où toute son affection, idées et fantaisies s'adaptent pour modifier ses priorités et se concentrer sur les besoins de son bébé. Alors que le système hormonal de la mère doit se réorganiser, elle doit également comprendre et assimiler ses nouvelles émotions. Ses fonctions intellectuels et de raisonnement doivent compléter un nouveau processus d'adaptation et d'organisation. • 'Le symbolique': Se réfère au processus qui doit avoir lieu chez les pères et mères adolescents pour qu’ils intègrent le fait qu´ils ne sont plus simplement que des fils ou des filles et qu´ils deviennent alors 'des pères' ou 'des mères’. Autrement dit, des adolescents qui seraient toujours des enfants, gardés et guidés par leurs parents. Un processus intellectuel de maturation émotionnelle et mentale doit avoir lieu pour que cette fonction parentale prenne cette valeur 'symbolique' et pour que cette condition de parenté soit celle appropriée. ASPECTS SOCIAUX ET EMOTIONNELS DE LA METHODE MÉRE KANGOUROU
  7. 7. RELATION AFECTIVE MÈRE-ENFANT: LIEN AFFECTIF • Lien affectif: Relation qui se créée du fait de l´engagement intéressé de la mère envers son enfant. • Les nourrissons ou les jeunes enfants doivent vivre une relation chaleureuse, intime et continue avec leur mère (ou le remplaçant permanent) dans laquelle les deux trouvent satisfaction et plaisir. • Le processus de relation affective favorise un lien permanent et a des effets à long terme. • Ce processus commence au moment où la grossesse est planifiée, et se matérialise et devient réel lors de la naissance du bébé.
  8. 8. • Le lien affectif s´exprime en quatre dimensions qui sont en interaction permanente: la biologique, la comportemental, l´affectif et l´imaginaire. • • La dimension biologique: La mère et le bébé sont prêts à interagir entre eux à partir de la naissance; il y a un patron prévisible des événements sensoriels et neuroendocriniens qui les lie ensemble. • La dimension comportementale: Interactions réelles et observables entre la mère et l'enfant. Ces interactions peuvent être exprimées à travers les domaines interdépendants suivants. – Corporel: Se réfère à la façon dont mère et enfant se touchent, se manipulent, se bercent, se cajolent. – Visuel: Se réfère à la rencontre visuelle entre mère et enfant. – Vocal: Se réfère à toutes les actions de communication qui traduisent les besoins et les souhaits de la dyade, y compris lorsque le nouveau-né pleure ou réalise d´autres vocalisations. Cela inclut également les mots et expressions verbales de la mère. – Social: Se réfère aux stratégies utilisées par la mère afin d'encourager l'expression social des sentiments de son bébé et de le stimuler pour interagir avec elle. RELATION AFECTIF MÈRE-ENFANT (BONDING): LIEN AFFECTIF
  9. 9. • Dimension affective: La mère et son enfant interagissent et communiquent à travers leurs sentiments. Ils doivent ainsi identifier et comprendre les émotions et les sentiments qui se traduisent dans le comportement de l'autre. • Dimension imaginaire: La mère interagit avec le bébé qu´elle a en face, mais aussi avec l'image inconsciente qu'elle a de son enfant. Dans certains cas, elle peut revivre certains conflits non résolus de son passé. Par exemple, puisque le bébé ressemble tellement à son père, dans son esprit, le bébé pourrait également la quitter, tout comme son propre père l’a fait lorsqu´elle était encore enfant. RELATION AFECTIVE MÈRE-ENFANT: LIEN AFFECTIF
  10. 10. • Klaus et Kennel (1986) soulignent la façon dont la mère et le nouveau-né sont prêts à interagir à partir du moment de la naissance. Mother child Mother child -Sent l'envie de toucher et le fait, dans une séquence ordonnée. -Cherche le contact visuel en se plaçant elle-même en face de l'enfant. -Utilise une voix haut perchée. -Sent le besoin d´allaiter. -Synchronise ses interactions avec ceux du bébé -Déclenche chez l´enfant la sécrétion de lymphocytes T et B et de cellules macrophages -Déclenche chez l´enfant la fabrication de la flore bactérienne et autres micro-organismes. -Odeur caractéristique de la mère -Sent le désir de le bercer et de le tenir au chaud. -Imite ou reflète son bébé -Sent l'envie urgente de toucher et se déplacer vers le sein de sa mère. -Cherche le contact visuel -Pleure pour communiquer -Cherche le sein et veut téter -Synchronise ses interactions à celles de sa mère -Déclenche chez la mère la fabrication d'ocytocine, prolactine, et cholécystokinine. -Odeur caractéristique du bébé. Le bébé renifle la mère. -Conscience sensorielle et état d'alerte prêt pour l'interaction. -Imite la mère. RELATION AFECTIVE MÈRE-ENFANT: LIEN AFFECTIF
  11. 11. • Si la dyade mère-bébé n'est pas réunie après l'accouchement, ces interactions auront lieu plus tard, une fois que la mère et l'enfant seront ensemble, dans l'intimité, pour une période de temps prolongée. • Il y a une période très sensible et unique pour la mère pendant laquelle il existe une probabilité plus importante de développer des comportements d'attachement envers son enfant. • Cette période se prolonge pendant le premier mois et oblige les parents à avoir un contact précoce et prolongé avec leur nouveau-né. Cette période requiert également du soutien émotionnel de la part du personnel de soins de santé. • La qualité du lien affectif, dans un processus de consolidation, doit être évalué au cours de l’adaptation kangourou. Cela peut être fait par l'observation des interactions quotidiennes comme les soins infirmiers et changements de couche, ou par des questions directes à la mère et la famille. RELATION AFECTIVE MÈRE-ENFANT: LIEN AFFECTIF
  12. 12. • Cette qualité est observée dans le degré d'acceptation mutuelle, au niveau du «ton» affectif des interactions et à travers la conformité avec les lois de l'attachement (l'expression observable de la relation): symétrie, synchronie, contingence et de cohérence. • – Synchronie: Se réfère aux ajustements du comportement de la mère pour s'adapter au rythme de son bébé; elle apprend son langage et contrôle son propre comportement moteur. – Symétrie: C'est la façon dont les deux membres de la paire contribuent, donnent, reçoivent, conservent et commencent leurs interactions. – Contingence: Définie comme une interprétation exacte de la mère des signaux de son enfant (par exemple les pleurs), de manière adéquate (commence l'allaitement). – Consistance: Se réfère à que la mère réagisse de façon similaire aux mêmes réactions de son bébé. RELATION AFECTIVE MÈRE-ENFANT: LIEN AFFECTIF
  13. 13. • Les conditions suivantes peuvent présenter un risque de défaillance dans le lien mère-enfant – La mère semble tendue, anxieuse, comme si elle était malheureuse. – Ses comportements montrent des sentiments d'incompétence pour porter, se charger et allaiter son enfant – Elle ne peut pas communiquer avec son enfant. – Elle ne peut pas interpréter les signaux de son enfant ou ne semble pas y répondre. – Elle est trop protectrice ou au contraire négligée. Dans certains cas, elle peut même sembler agressive. – Elle ne comprend pas le tempérament de son bébé et attribue des connotations négatives à son comportement. – Elle ne demande pas ou ne cherche pas à avoir des informations sur l´évolution clinique ou les besoin de soin de son bébé. • Le bébé peut à son tour présenter les comportements suivants – Il est irritable et somnolent – Détourne le regard – Ne se calme pas lorsqu´il est dans les bras de sa mère – Ses cycles d'alimentations et de sommeil sont perturbés; il vomi ou présente des coliques fréquentes – Montre des pleurs exagérés ou incontrôlables – Montre des gestes et des comportements d'inconfort ou de stress (sourcils froncés, tire la langue, poings serrés sur la poitrine, etc.) RELATION AFECTIVE MÈRE-ENFANT: LIEN AFFECTIF
  14. 14. LA RÉPONSE ÉMOTIONNELLE DES PARENTS Du point de vue des neurosciences: •La relation entre une mère et son enfant est l'expression d'une communion, un arrangement délicat et vulnérable. •Tout comme le bébé a besoin de la présence et de l´attention de sa mère, la mère aussi a besoin de son bébé. •Pour sa réorganisation physique et émotionnelle, la mère a besoin des sons de son bébé, son odeur, son regard.
  15. 15. LA RÉPONSE ÉMOTIONNELLE DES PARENTS(2) Du point de vue des neurosciences: • L´amour et la présence inclusive du partenaire de la mère est essentielle pour rendre la maternité une expérience émotionnelle qui renforce le nid parental et dont le bébé a besoin pour se sentir protéger et en sécurité. • Il existe des preuves à l'appui que même si les bébés ne peuvent pas parler, ils sont pleinement conscients de tels contextes émotionnellement stimulants, ou tout du moins peuvent y réagir. • Les organes de perception et d´action qui réagissent aux expression communicatives sont formées alors que le bébé est encore un fœtus. Il existe également des preuves qui montrent que l'expression et les sens du fœtus sont activés avant la naissance. • Pendant l'enfance, nous apprenons à gérer nos émotions, organisant nos expériences et nos capacités à faire et à penser. • Un enfant dont on s´occupe de façon précaire développe une réponse de stress réactif et des patrons biochimiques, différents à ceux développé chez un enfant bien soigné. • Nos réactions émotionnelles ne ressortent pas seulement de nos pulsions biologiques, mais aussi de nos différentes expériences émotionnelles interpersonnelles, profondément enracinées lors de la petite enfance. • Ces patrons ne sont pas immuables mais une fois établis, et comme les habitudes, ils sont difficiles à briser.
  16. 16. MÈRES PRÉCOCES - BÉBÉS PRÉMATURÉS •Au cours de leurs premières minutes de vie, les bébé prématurés sont séparés de leur mère et mis en couveuse. C´est à se moment que le bébé éprouve du mauvais traitement, de la solitude, du dénuement et de l´insécurité. •Les liens affectifs et l´attachement sécurisé sont sacrifiés, en particulier dans les pays où les services de soins de santé limitent la présence de la mère dans les unités néonatales. •L'approche du Programme Mère Kangourou qui consiste à promouvoir une relation proche et intense entre la mère et l'enfant, de part le contact peau-à-peau, est une intervention soignante qui favorise un autre aspect également essentiel à la survie: la relation socio-affective, jumelée avec le développement social du cerveau.
  17. 17. MÈRES PRÉCOCES - BÉBÉS PRÉMATURÉS (2) • La Prématurité représente aussi pour nous, une mère qui est psychologiquement fragile et qui a besoin de confinement et de soutien. Où certains traits de sa maternité sont toujours «empêtrés» sous forme de craintes, liées à la grossesse, à l'accouchement et à un sentiment de culpabilité difficile de superer. • Nous devons être conscients du fait que les parents, et surtout les mères, sont en deuil d´un enfant né à terme qu´ils n'ont pas eu. Les parents doivent se réconcilier avec cette réalité, avec ce bébé qui n'est pas forcement nés dans les meilleures conditions, mais qui et là et réel. • Chacun de ces aspects mentionnés ci-dessus peuvent maintenant être abordés avec un bébé en contact peau à peau, et sur sa mère. • La relation sociale et les connexions cérébrales sont ainsi établies au sein d´un environnement favorable, où les émotions restes confinées et obtiennent une réponse correspondant aux réels besoins de l'enfant. • La Méthode Mère Kangourou propose une sorte d´utérus physique et mental dans lequel le bébé peut se blottir. Récupérant au sein de ce petit nid d'amour l'enfant peut ainsi entreprendre son développement physique et émotionnel et renforcer ses liens affectifs.
  18. 18. MÈRES PRÉCOCES - BÉBÉS PRÉMATURÉS (3) • À chaque fois que le bébé est placé en position kangourou, que ce soit venant de l'incubateur ou d´une autre personne qui le portait, il est important de lui parler pendant que l´on réalise ce transfert (le préparer à être transvaser, le toucher, le caresser, le masser, le préparer à l'allaitement…) • Une fois en contact peau-à-peau, les verbalisations doivent se poursuivre jusqu'à ce que l´enfant atteigne une position confortable, détendue et sécurisée. Le regard de la mère, son rythme cardiaque et sa respiration régulière guideront le bébé pendant qu'il s'installe à la poitrine de la mère. • Au début, ce sont les bras de la mère qui serviront de support pour le corps du bébé. Plus tard, ils seront remplacés par une gaine en lycra pour maintenir le bébé en position contre le corps de la mère. • Une fois que le bébé a été placé en position kangourou, et après ce petit rituel qui va devenir une habitude pour la mère et le bébé, il est très important pour la mère de chercher un peu de repos. • Tout comme son enfant prématuré, la mère a besoin de soins spéciaux et un confinement de son environnement, pour qu'elle puisse faire face aux exigences physiques et émotionnelles de cette nouvelle expérience.
  19. 19. MÈRES PRÉCOCES - BÉBÉS PRÉMATURÉS (4) • Plus tôt l'enfant s'adapte à la poitrine de sa mère, plus fortes seront les possibilités d'obtenir un lien fort entre eux. • La nature et l´allaitement s'associent pour offrir les meilleures opportunités à cette relation naissante mère-enfant. • La force de ce lien va générer un sentiment de sécurité fondamental et dont l'enfant aura besoin lors de son parcours vers l'âge adulte. • Ce lien est très important pour préparer et faire face aux futures expériences de séparation qui se succèderont dans l´avenir.
  20. 20. PEUR ET ANXIÉTÉ AVANT UNE NAISSANCE PRÉMATURÉE • La naissance d'un bébé prématuré ou de faible poids de naissance est un événement inattendu pour lequel personne n'est préparé. • Il provoque une crise émotionnelle, entendue comme une situation temporaire, non pathologique qui rend la mère triste, désemparée, coupable, ayant une faible estime de soi, impuissante, seule et incomprise. • Il est très important de pouvoir identifier n´importe quels signes de crise chez les parents; et ceux, depuis le moment de la naissance, car ceux-ci pourraient avoir un effet négatif sur le développement des liens affectifs, l'adaptation de la famille et le développement de l'enfant. • Dans le cas où un membre du personnel de soins de santé détecte de tels signes un soutien affectif doit être accordé aux parents et à la famille, afin qu‘ils puissent être surmontés dès que possible.
  21. 21. PEUR ET ANXIÉTÉ AVANT UNE NAISSANCE PRÉMATURÉE (2) • Le Programme Mère Kangourou a mis en place certaines mesures pour aider les parents à surmonter leurs crises. • Organiser des séances de soutien individuelles ou de groupe, où la mère, le père et les autres membres de la famille qui apportent un soutien aux parents, peuvent exprimer toutes leurs peurs, angoisses, doutes et plaintes au sujet de leur enfant ou de l'expérience d'avoir un bébé prématuré de ou de faible poids de naissance. • Les objectifs de cette intervention sont les suivants: – Retrait de la culpabilité: la naissance prématurée n'est pas la faute de qui que se soit. C'est une conjonction de plusieurs circonstances liées à la santé de la mère, à des facteurs environnementaux et aux soins prénatals, qui ont fait que l´accouchement prématuré soit difficile à contrôler. – Normalisation: des sentiments ambivalents et un manque de connaissances sur le bébé et les soins qu´il doit recevoir sont fréquents chez les parents des bébés prématurés. Exprimer et partager la sensation d'échec aide à atténuer ces sentiments. – Responsabiliser: les parents prennent le contrôle et la maîtrise de la vie de leurs enfants grâce à l'accès à l'information; ainsi ils participent et sont responsables de leur enfant et des soins qu´il doit recevoir. – Redéfinir: le rôle du père et des autres membres de la famille, comme étant participants actifs des soins émotionnels et physiques que recoivent la mère et de l'enfant.
  22. 22. PEUR ET ANXIÉTÉ AVANT UNE NAISSANCE PRÉMATURÉE (3) – Clarifier: le rôle du Programme Mère Kangourou et de son équipe de soins de santé comme étant des guides et des accompagnants (coach) des parents. Et non pas comme étant leur remplaçant pour obtenir des informations, prendre des décisions ou prendre soin des besoins de leur enfant. – Promouvoir: la création de groupes de mères informels. Les mères sont une source d´enseignement et de soutien mutuel. Elles sont plus en mesure de normaliser leurs sentiments et comportements. – Informer: les parents sur les capacités et les limites de leur enfant prématuré. Leur montrer comment identifier ses messages et comment y répondre de manière appropriée; les aider à voir ce qu'ils peuvent faire en tant que parents, pour aider leur enfant. – Promouvoir, à partir de l'USIN, la participation précoce et constante des parents, grands-parents, frères et sœurs dans la prise en charge de l'enfant prématuré et maintenir le personnel de soins de santé informé de la santé et le développement du bébé. – Faciliter les possibilités pour les parents de voir, toucher, tenir et interagir avec le bébé, pour développer leur sensibilité et leur capacité à répondre de manière appropriée envers les besoins du nouveau né. – Etre attentifs et prêt à identifier et intervenir au cas ou d'autres personnes venaient à prendre la place des parents en tant que responsable des soins primaires (c'est aux parents que revient le rôle de prendre soin, protéger, stimuler ou encore d´amener l'enfant à la consultation). Si cela venait à se produire, les parents ne pourraient pas développer leurs habilités parentales et leur indépendance. Si la crise vécue par les parents ou la famille n’est pas facilement et rapidement résolue, elle pourrait être à l'origine de situations qui déstabilisent la dynamique de la famille et le développement optimal de l'enfant prématuré ou de faible poids de naissance.
  23. 23. INDICATEURS DE RISQUE ÉMOTIONNEL • Indicateurs de Risque élevé: ces indicateurs déterminent la difficulté ou l´impossibilité d'établir le Lien Affectif. – Décès de la mère – Maladie post-partum importante de la mère où elle doit rester à l'USI plus de trois jours. – Dépression post-partum (diagnostic clinique de dépression majeure). – Maladie néonatale sévère (dysfonctionnement respiratoire, chirurgie, faible âge gestationnel, malformations congénitales, retard de croissance intra-utérin, rupture prématurée, et autres). – Mère avec un passé de trouble psychiques ou maladie mentale (retard mental, psychose, et autres). – Tentative de suicide au cours de la grossesse. – Situation de deuil chez la mère (séparation, mort d'un pair ou d´une personne proche, établissement dans une autre ville, négligence physique ou psychologique du conjoint). – Alcoolisme ou prise de drogues chez la mère.
  24. 24. INDICATEURS DE RISQUE ÉMOTIONNEL (2) – Grossesse, produit de l'inceste ou du viol – Incapacité à établir un contact verbal et affectif avec le bébé (même dès la grossesse). – Peur extrême de toucher le bébé. – Excès de préoccupation vis-à-vis de la santé de l'enfant (maladies ou symptômes imaginaires) – Rejet évident ou mal-être vis-à-vis de la grossesse ou de l'enfant (la mère est incapable de ressentir sa grossesse, les mouvements du fœtus et de construire une image mentale de son bébé. Elle ne suis pas un programme de soins prénatals ou n´adopte pas un comportement pour soigner sa grossesse et son bien-être). – Des réponses inadéquates aux messages ou aux signaux que lui lance son enfant. – Excès de préoccupation vis-à-vis de son apparence après l´accouchement et la naissance. Troubles de l´image de soi. – Fausse couche ou un avortement à répétition ou récents – Abus d'alcool ou de drogue dans l'un des membres du couple.
  25. 25. INDICATEURS DE RISQUE ÉMOTIONNEL (3) • Indicateurs de Risque modéré: facteurs influant l'établissement du lien affectif – Fausse couche ou mort périnatale juste avant la naissance. – Un faible réseau de soutien ou remplis de conflits (famille élargie ou partenaire). – Déception sur le genre ou l'apparence de l'enfant, pour l'un des membres du couple. – Tentative d'avortement pendant la grossesse. – Graves difficultés financières. – Manque d´intérêt quant à la participation aux visites médicales ou au suivi des instructions de soin prescris. – Mère mineure ou de plus de 35 ans – Problème de fertilité chez l'un des membres du couple. – Hospitalisation de la mère ou de l'enfant pendant plus de deux semaines. – Des signes extrêmes d'épuisement mental ou physique au cours du kangourou ambulatoire. – Enfants atteints de troubles cognitifs ou psychologiques importants. – Naissance de jumeaux, triplés ou plus. – Problèmes d´éducation avec les autres enfants, ceux qui sont en âge d´aller à l´école ou les adolescents – Graves difficultés pour allaiter le bébé. – Préjudices ou fausses croyances vis-à-vis du contact peau-à-peau, exposition de son corps aux autres ou toute autre résistance associée à la MMK. – Antécédents d'abus sexuel ou physique chez la mère. – Jumeaux séparés par la maladie de l'un d´entre eux. – Antécédents d´échec de lien affectif chez la mère.
  26. 26. INDICATEURS DE RISQUE ÉMOTIONNEL (4) • Indicateurs de Risque faible. – Des parents sans emploi ou en difficultés financières – Mère peu ou non scolarisée – Mère pour la première fois – Risque d'avortement spontané – Difficultés initiales à accepter la grossesse – Conflit ou insatisfaction dans la relation de couple
  27. 27. LA MÈRE ADOLESCENTE • L'adolescence est un moment critique car c´est une période consacrée à résoudre certaines situations physiques et psychologiques compliquées. Il s'agit d'une période de conflit dans laquelle l'adolescent cherche à se défendre à travers l'utilisation de mécanismes de défense. • Chaque changement psychologique et biologique est vécue comme un conflit, si il implique le développement, le changement ou la consolidation. • Les changements qui se produisent dans le corps de l'adolescent sont directement liés à la libido et le mandat de l'espèce: la reproduction. Il s'agit d'un processus biologique qui s´exprime par des pressions hormonales; l'adolescent ne semble pas avoir d'autre choix que de vivre l'acte sexuel comme un mandat intense. • La jeune adolescente se retrouve incompréhensivement face à sa recherche de l'âge adulte alors qu´elle commence sa maternité, ce qui la laisse quelque peu perplexe au moment de tenir cet enfant réel dans ses bras. • Une grossesse chez les adolescentes est en soi une grossesse à haut risque et quand le bébé né prématurément le scénario mental qui en résulte est perçu comme un chaos total. • La présence d´autres personnes plus organisées et attentives est impératif; quelqu'un qui peut apporter des qualités de confinement et servir de modèle de maternité et paternité à ces nouveaux parents. De sorte qu´à leur tour, ces parents adolescents puissent s'identifier à eux et devenir de réels parents pour leurs bébés.
  28. 28. LA MÈRE ADOLESCENTE (2) • La mère adolescente au sein du Programme Mère Kangourou a besoin des sources de soutien externe suivantes. – Etre conscients des réalités psychologiques de la grossesse, de l´accouchement et de la période post-partum chez les adolescents. – Pour vivre pleinement sa maternité cette adolescente doit avoir quelqu'un qui lui montre la qualité de ces soins. – Elle a besoin d'aide pour trouver le langage et les actions nécessaires pour chercher le contact direct avec le bébé qui est dans son ventre. – Le bébé prématuré, une fois dans le PMK, devient un être réel pour la mère adolescente. La présence permanente de la grand-mère du bébé, à proximité de la nouvelle mère est nécessaire, non comme substitut de la mère, mais comme une figure d'identification. – La mère adolescente ne doit pas être seule avec son bébé; elle a besoin de toute une équipe de confinement particulière. Le service de soins de santé a une énorme responsabilité à ce niveau là. – Les soins spécialisés requis par la mère adolescente sont de nature psychologique, elle doit accepter son nouveau rôle maternel en agissant de tel. – L´encouragement de l'allaitement maternel doit être intense. C'est une occasion de créer et renforcer le lien mère-enfant. Cette communion sera celle qui doit imposer l´engagement nécessaire au déploiement de la maternité. – Chaque information donnée à une mère prématurée et en particulier à une mère adolescente prématurée, doit être transmis plus fortement à son partenaire pour qu´il ait une attention particulière envers sa compagne. Elle vit un processus de réorganisation émotionnelle et cognitive.
  29. 29. LA MÈRE ADOLESCENTE (3) • La mère adolescente est dans une situation de plus grande vulnérabilité émotionnelle en raison de son état ​​psychologique, mental et émotionnel, caractéristique de son âge. • Le professionnel spécialisé dans les soins émotionnels, est conscient de cette réalité psycho-affective et sociale de la grossesse chez l’adolescente, et doit s'adresser à cette mère en utilisant les termes appropriés. • Lorsque se pose la question de savoir si les adolescents sont capables de former une famille, l´écrasante et véritable réponse est que ce sont les sphères familiales et sociales celles qui doivent aider l'adolescent à créer un scénario adéquat à cette nouvelle réalité. • Ce moule familial ou ces liens affectifs, qui renforcent les relations au sein de la famille, peuvent être mise en péril si l‘on relève l´adolescent de ses fonctions parentales. Par conséquent, ces adolescents ont besoin d´une maternité et paternité sociale et familiale qui protège la mère dans sa relation avec son enfant et le père dans son rôle paternel.
  30. 30. L´ALLAITEMENT UNE EXPÉRIENCE DE LIEN AFFECTIF • L'expérience de l´allaitement d'un enfant suit des chemins puissants tels que les lois fondamentales de la nature et de l´allaitement en deviennent évidentes.
  31. 31. L´ALLAITEMENT UNE EXPÉRIENCE DE LIEN AFFECTIF (2) • Si tout va bien dans la communion intime de la mère et de l'enfant, le nouveau né envoie des signes à sa mère (par exemple, il a faim), qu´elle perçoit et qui la font réagir en conséquence (offrant le sein à son enfant). • De cette façon, la dyade mère-enfant synchronise leurs action-réponses, en se stimulant l´un l´autre et comme étant tous-deux des participants actifs de l'interaction. • L´allaitement est le seul acte exclusif de la mère vers son enfant, ce qui l'aide à renforcer son estime de soi pour assumer son rôle maternel. • L'état de l'esprit de la mère et ses intentions sont perçus par le bébé, qui à son tour émet des signes en rétro alimentation à sa mère, et lui faire sentir qu´elle est une bonne mère. L'allaitement ne représente pas seulement offrir du lait, il est essentiel pour entretenir les liens affectifs de la vie. • Cette prédisposition maternelle, présente dès la grossesse, est révélatrice de sa future capacité à allaiter. • La mère ne doit pas ressentir de stress pouvant provenir de sa douleur ou culpabilité de considérer sa maternité comme un échec. • La permanence du bébé sur la poitrine de sa mère en contact peau-à-peau et un environnement stimulant et positif pour son rôle de mère, elle favorise la connexion intime nécessaire pour l´allaitement.
  32. 32. L´ALLAITEMENT UNE EXPÉRIENCE DE LIEN AFFECTIF(3) • Les bras berçants: les tout petits bébés du PMK doivent, en toute sécurité, être mis en contact avec le corps de la mère. Elle va utiliser ses bras pour mettre son enfant dans la position souhaitée, là ou le lien mère-enfant sera renforcé par le contact teton-bouche. • La voix qui berce: la position du bébé, sa connexion, et toute l'expérience de l'allaitement maternel doit être associé à des mots qui guident le bébé, le touchent et qui lui transmettent une sensation de sécurité en compagnie de la mère. • La respiration qui fixe le rythme: la lenteur du rythme de la respiration de la mère, la distance exacte à laquelle le bébé est tenu, blotti dans les bras de sa mère, favorise une bonne gestion du stress chez l'enfant. • Le regard compréhensif: le bébé perçoit dans le regard de sa mère la façon dont ses signes d´appels ou ses intentions ont été perçus. Mère et enfant sont l´unité minimal de communication et d'amour que le cerveau humain puisse métaboliser
  33. 33. L´ALLAITEMENT UNE EXPÉRIENCE DE LIEN AFFECTIF (4) • Écouter pour déchiffre: Chaque bébé a un modèle spécifique de succion. Les sons qu´il émets lorsqu´il tète, découlent des sons qu´il a entendu lorsqu´il était dans l'utérus de sa mère. • Une mère attentive peut reconnaître le ton et la cadence de succion de son bébé et déchiffrer ces codes qui sont remplis de signification émotionnelle. Ces signes sont évidemment envoyés par le bébé dans le but d'obtenir une réponse et de construire un dialogue de compréhension mutuelle. • Un esprit de confinement: L´exercice physique et émotionnel de la mère quand elle berce son bébé, en ayant chacun de ses sens connecté lors de cet acte idyllique, génère un état d'esprit de « compromis émotionnel » avec son bébé. • L´amour qui intègre: D'une telle importance biologique, sociale et culturelle, cet acte d´amour semble être un acte de survie primordial, lié à la procréation et le besoin de créer des liens affectifs. C´est un besoin physiologique. L´enfant, en prenant le sein de sa mère, déclenche dans le cerveau de sa mère des influx nerveux qui réveillent son centre du plaisir et ainsi libère plus d´ocytocine, aussi appelle hormone de l´amour. • La première expérience d´allaitement expose l´enfant à un phénomène de perte et récupération de quelque chose désiré, dans ce cas précis le sein de sa mère. Si cette étape se réalise de façon satisfaisante, l´allaitement développera chez l´enfant sa capacité a lier des relations et à se séparer sans angoisse.
  34. 34. UN RÉSEAU DE SOUTIEN: GRANDS-PARENTS, FRÈRES ET SOEURS Les Grands-parents • Les grands-parents sont essentiels et aident les jeunes parents à assumer leur rôle parental. Leur propre expérience de la vie peut leur apporter un certaine aide sur le plan physique, affectif et émotionnel et leur permettre de comprendre l'essence même des soins maternels et paternels dont à besoin leur nouveau-né. • Los abuelos no sólo reviven su experiencia pasada, sino también cuentan con los elementos necesarios para ejercer un papel de cuidado y apoyo. Les grands- parents non seulement revivent leur expérience passée, mais ils détiennent aussi les éléments nécessaires pour jouer leur rôle de soutien et participer dans les soins. • Les visites des grands-parents peuvent se faire de manière individuelle ou en groupe. - Au cours des sessions de groupe les grands-parents peuvent transmettre leur expérience de parents, et leur soutien utilisé comme modèle. - Les grands-parents doivent suivre également les protocoles d´hygiène requis avant de visiter le nouveau né et la maman. • Les grands-parents resteront pendant quelques heures en contact direct avec le nouveau né et peuvent aider les parents. Ainsi, les parents ressentent plus facilement l'unité de la famille; et si cette unité est maintenue, cela facilitera la création d'un bon réseau de soutien.
  35. 35. UN RÉSEAU DE SOUTIEN: GRANDS-PARENTS, FRÈRES ET SOEURS (2) Les Grands-parents • Une fois la visite terminée, les grands-parents se réunissent de nouveau en groupe pour discuter et partager leurs expériences, ce qui renforce leur rôle. • Un travail intensif et fréquent doit être fait avec les grands-mères des mères d'adolescentes, pour qu´elles puissent les aider dans leur rôle de nouveau parents alors qu´elles manquent de maturité pour faire face toutes seules à leur nouveau rôle. • Les frères, sœurs, grands-parents et autres pairs qui ont été impliqués dans la vie du nouveau né et qui ont contribués à la construction de la réalité émotionnelle de l'enfant, développeront un véritable contact avec le bébé. - Il existe deux modalités de visite pour les grands-parents et autres pairs: une visite guidée en groupe et des consultations individuelles. - Cela en conformité avec les circonstances et en fonction de la souplesse de l'équipe et des directives.
  36. 36. UN RÉSEAU DE SOUTIEN: GRANDS-PARENTS, FRÈRES ET SOEURS (3) Les Frères et sœurs • Un programme spécial devra être suivi à chaque visite des frères et sœurs du nouveau né. Elles peuvent se faire sous la forme d´une visite de groupe, ou à la discrétion du médecin, des infirmières et de la psychologue, sous la forme d´une visite individuelle. • Dans les deux cas, et sans exception, la psychologue doit pouvoir identifier les attentes et les inquiétudes des frères et sœurs. • Une conversation simple et dynamique se fera sur leur état psychologique ce qui leur permettra d´aborder cette rencontre le mieux possible. • Tous les interventions médicales auxquelles l‘ enfant sera soumis devront être expliquées à la famille sur le champ: un membre du personnel hospitalier devra parler avec les frères et sœurs, et les préparer à la rencontre avec leur jeune frère ou sœur hospitalisé(e). - Un mannequin peut être utilisé pour simuler la situation de l'enfant, et des fils attachés à son corps et reliés aux moniteurs peuvent également y être ajouté. • Dés que les règles d'hygiène, requises par les autorités locales pour le contrôle infectieux, sont remplies (y compris le lavage des mains, l'utilisation d'une blouse et d´un masque), les frères et sœurs peuvent entrer dans l´Unité accompagnés d'un membre du personnel.
  37. 37. UN RÉSEAU DE SOUTIEN: GRANDS-PARENTS, FRÈRES ET SOEURS (4) Les Frères et sœurs • La psychologue ou le personnel de santé doivent encourager les frères et sœurs à parler au bébé, à le toucher, lui chanter et lui poser des questions. • Il est attendu que l´anxiété des frères et sœurs diminue et ainsi favorise la formation d´un lien affectif avec le nouveau né. Les parents du bébé peuvent également parler avec les frères et sœurs pour les aider à établir ce lien affectif avec le nouveau né, qui n´existait que dans leur imagination jusqu´à présent. • Une fois que la visite dans le service néonatal est terminée, le personnel de psychologie se réunit avec les frères et sœurs et reçoit leurs impressions, leurs perceptions, et ce qu´ils ont compris. • Tandis que mère et père du nouveau né sont présents dans l'unité le plus longtemps possible (parfois 24 heures par jour), les grands-parents, frères et sœurs doivent également se préparer à recevoir le nouveau bébé à la maison. Il est essentiel que s´établissent ces expériences d´appartenance envers l'enfant et que la famille comprenne que ces relations affectives se traduiront plus tard par des relations plus saines entre les parents, les enfants et les pairs.
  38. 38. UN RÉSEAU DE SOUTIEN: GRANDS-PARENTS, FRÈRES ET SOEURS (5) Les Frères et sœurs • Une fois que l'enfant quitte l'hôpital, son arrivée à la maison génère de grands changement dans la vie familiale, et exige une adaptation de la part de chacun de ses membres. • Le petit enfant, qui jusqu'à présent était le centre d´attention de la maison, doit s´habituer désormais à son nouveau petit frère ou nouvelle petite sœur. En effet, la mère sera quelque peu absente pendant quelques jours pour concentrer toute son énergie sur le nouveau membre de la famille. • L'enfant se sentira ainsi déplacé, menacé, embêté, mal à l´aise, seul et bouleversé. Ceci étant reconnu comme la rivalité fraternelle, qui pourrait d'une part générer des changements dans son comportement et son rendement scolaire, et d'autre part, modifier les relations qui existe entre l'enfant, ses parents et le bébé prématuré.
  39. 39. UN RÉSEAU DE SOUTIEN: GRANDS-PARENTS, FRÈRES ET SOEURS (6) Les Frères et sœurs • Si les parents mentionne des problèmes familials dus à l'un des comportements suivants de la part de leurs autres enfants, il est important de les écouter en leur apportant le soutien et les conseils nécessaires: i) Les autres enfants présentent des comportements provocateurs ou inappropriés ii) Ils demandent constamment à ce qu´on s'occupe d´eux et demandent si on les aime toujours iii) Ils se comportent de façon immature ou montrent des formes de régression iv) Ils sont agressifs envers le bébé et veulent que le bébé retourne à l'hôpital v) Ils sont isolés socialement ou leur rendement scolaire diminue. • Le personnel de santé du PMC doit prendre des mesures pour aider les parents à surmonter ces problèmes: - Les frères et sœurs doivent être encouragés à rendre visite à leur jeune frère ou sœur à l´Unité néonatale afin d´initier leur relation avec l´enfant prématuré. - Les enfants doivent être préparés à ce qu'ils vont voir dans l´Unité où le bébé est hospitalisé. - Au cours des consultations ambulatoires il est important de permettre la visite des frères et sœurs. - Dans certains cas, il sera nécessaire de fournir aux parents et à leurs enfants un soutien psychologique. Cela diminuera le risque de crise et aidera la famille à établir de nouvelles formes de communication et relation familliale.
  40. 40. LE STÉRÉOTIYPE DE L´ENFANT PRÉMATURÉ ET LE SYNDROME DE L'ENFANT VULNERABLE Stéréotype de l'enfant prématuré: Idée préconçue et injustifiée sur ce qu´est et sera à l'avenir un enfant prématuré, qui lui attribue des caractéristiques négatives: i) Enfant moins développé, physiquement et intellectuellement ii) Enfant moins actif et moins attentif iii) Enfant faible et malade iv) Enfant moins sociable et moins agréable v) Enfant plus difficile à faire interagir et à prendre soin vi) Enfant plus irritable et plus hyperactif. Ce stéréotype peut conduire à une attitude moins positive de la famille avec l'enfant, conduisant au syndrome de l'enfant vulnérable. Les parents perçoivent leur enfant comme une personne qui risque constamment d´avoir des problèmes de santé physique, mentale ou de développement, en dépit d'être un enfant en parfaite santé et avec un développement parfaitement normal. Les parents voient leur enfant comme une personne en détresse et vivent dans la peur constante que quelque chose de grace puisse lui arriver. Lorsque les parents perçoivent l'enfant prématuré comme vulnérable, l'enfant pourrait développer dans l´avenir certaines frustrations, avoir une faible estime de soi et souffrir de dépression
  41. 41. LE STÉRÉOTIYPE DE L´ENFANT PRÉMATURÉ ET LE SYNDROME DE L'ENFANT VULNERABLE Si l'un des symptômes suivants est détecté, le personnel de santé doit soupçonner la possibilité d´un syndrome de l'enfant vulnérable, et la mère ou les parents doivent prendre conseil auprès d´un psychologue. - Consultations médicales constantes pour des maladies ou des symptômes non confirmées. - L'enfant conserve l'allaitement maternel comme étant sa principale source de nutrition après la première année. - L´enfant ne reçoit pas les jouets ou la stimulation appropriée pour son niveau de développement. L´enfant n´est pas assez stimulé et l´on résout pour lui toutes les activités. - La maladie est perçue comme plus grave qu'elle ne l'est réellement. - Perçoit, décrit et parle de son fils d'une manière peu positive. - L´enfant est trop protégé dans le but de détecter des problèmes ou des déficiences.
  42. 42. DEVELOPPEMENT COGNITIF ET PSYCHOMOTEUR • La littérature scientifique montre que la naissance prématurée et / ou de faible poids de naissance peut être accompagné de déficiences à court et long terme au niveau du développement global de l'enfant: • Altérations au niveau cognitif: - Traitement de l'information visuelle et du langage expressif. - Irritabilité. - Troubles de déficit d'attention avec ou sans hyperactivité . • Altérations au niveau socio-émotionnel: - Difficultés à établir le lien affectif mère-enfant. - Les parents peuvent avoir des problèmes d'adaptation à l'enfant prématuré et / ou à leur rôle parental. - Lorsque l'enfant atteint l'âge scolaire, peuvent se présenter des problèmes subtils au niveau de la socialisation et de l'apprentissage. • Le Programme Mère Kangourou utilise la première version de l'échelle de développement mental Griffiths pour l'évaluation cognitive et socio-émotionnelle de l´enfant, qui se complémente avec l'échelle des comportements de Bayley.
  43. 43. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL Échelles Griffiths du développement mental • Créées par John Griffiths en Angleterre en 1954 et révisées et complétées en 1964 par Ruth Griffiths. • Un groupe de recherche britannique sur le développement de l'enfant en ont fait la révision et la validation en 1966 (Griffiths deuxième version). • Les échelles de développement mental de Griffiths ont été normalisées pour la population colombienne en 1977 et 1985 par Vuori et Ortiz, et ont été utilisées depuis plus de 20 ans par les PMK pour les enfants prématurés et les enfants nés à terme. • Ce test vise à mesurer le développement psychomoteur et social des enfants âgés de zéro à huit mois et l'échelle est divisée en cinq sous-échelles: - Locomoteur - Personnel et social - Audition et langage - Coordination oculo-manuelle - Performance • Après l'âge de trois ans, une autre sous-échelle est rajoutée. Elle est connue comme l´échelle du raisonnement pratique.
  44. 44. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL (2) Échelles Griffiths du développement mental Locomoteur: Mesure le tonus musculaire global et la maturation des extrémités, la tête et le cou. Ainsi, les faiblesses, problèmes spécifiques et difficultés dans les mouvements de l'enfant sont identifiés. Personnel et social: Mesure les troubles émotionnels et le processus de développement de l'autonomie de l´enfant. Mesure également la relation de l'enfant avec sa famille et son environnement social. Audition et langage: Évalue l'audition et la capacité de l´enfant à comprendre et à produire du langage de l'enfant. Coordination oculo-manuelle: Mesure la capacité de l'enfant à utiliser ses mains et ses yeux de façon coordonnée. Mesure également la manipulation délibérée de l´enfant, l'exploration de son environnement, sa persévérance et l´habilité avec laquelle il mène ses actions. Identifie également des éventuelles difficultés visuelles et de motricité fine. Performance: Cette sous-échelle mesure la planification et le raisonnement. Il place l'enfant dans une situation (problème) à résoudre avec un certain degré de coordination entre les mains et les yeux. Mesure le style particulier avec lequel l'enfant résout leurs problèmes et d'appliquer leurs compétences.
  45. 45. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL (3) Les éléments suivants doivent être considérés lors de l'administration des échelles du développement mental de Griffiths: - Les enfants ne doivent pas être malade, avoir faim ou être fatigués. - L‘évaluation doit être effectuée dans un environnement sécurisé, bien éclairé, confortable et convivial pour l'enfant. - Ne doivent-être utilisés que des objets et des jouets surs et lavables. - Obtenir des informations et des résultats précis avec de jeunes enfants peut être difficile et exige des compétences et de la sensibilité de la part de l'évaluateur. Cela exige également que l'évaluateur ait une bonne connaissance et expérience du développement infantile et des indicateurs pour chaque âge. Si possible, il ou elle doit connaitre quels processus sont mesurés par les indicateurs. Avant d'administrer le test, l'évaluateur doit prendre le temps d'établir une relation avec l'enfant et d'assurer sa complète coopération. L'administration du test commence par les items qui correspondent à trois mois en-dessous de l'âge réel de l'enfant et se poursuit dans l'ordre jusqu'à ce que l'enfant échoue sur trois éléments consécutifs.
  46. 46. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL(4) • La fluidité et la flexibilité sont admis au cours de l'administration du test. L'évaluateur peut administrer une sous-échelle et ensuite une autre alternant l´ordre d´administration. • L'anxiété de la mère associée à la performance de l'enfant, son désir de l´aider ou de le corriger doivent être contrôlé. • L'évaluateur doit faire preuve de prudence dans l'interprétation des informations fournies par la mère quant à ses progrès et lui expliquer clairement la procédure d´administration du test qui doit être réalisée avec l'enfant. • Il est recommandé d'administrer l'échelle de développement mental de Griffiths au moins deux fois par an: à six mois et douze mois d'âge corrigé, pour comparer la performance de l'enfant et établir un modèle du développement cognitif, psychomoteur et socio-affectif de l´enfant prématuré.
  47. 47. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL (5) Calculer les scores des échelles de développement mental de Griffiths • Un point est attribué pour chaque item réussi; pour scorer un item comme réussi, il doit être observé chez l'enfant. Certains aspects peuvent être signalés par les parents, par exemple si l'enfant apprécie le bain. • Toutes les informations sont enregistrées dans un format préétabli. • Tous les items passés dans chaque sous-échelle sont additionnés et ensuite, en additionnant les scores de toutes les sous-échelles, le score total est obtenu. • Les notes des différentes échelles permettent à l'examinateur d'obtenir un profil de l'enfant et d'identifier les possibles domaines de difficulté et de réussite. (Griffiths, 1970). Modifications apportées pour les enfants prématurés • Après plus de 20 ans d'expérience dans l'administration des échelles Griffiths avec les bébés prématurés, le programme mère kangourou à Bogotá a mis en œuvre avec succès quelques modifications. Celles-ci sont décrites ci-dessous. • L'évaluation commence par l'administration des items qui correspondent à six mois en-dessous de l'âge réel de l'enfant, car le développement des enfants prématurés est asymétrique par rapport aux enfants nés à terme. • En commençant le test à ce niveau là, l'objectif est de trouver une symétrie dans le développement, la gravité des retards et les imprécisions possibles dans l'estimation de l'âge corrigé (qui est affectée par l'imprécision inhérente au calcul de l'âge gestationnel).
  48. 48. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL (6) • L'âge corrigé est utilisé jusqu'à ce que l'enfant atteigne l´âge de un an. • La lettre "R" a été rajoutée, afin de montrer que l'enfant n'a pas atteint le niveau attendu pour passer un certain item, mais qu´il est sur le point de le réussir. • L'expérience des experts les a également amenés à faire de légères modifications sur le kits original, en incluant des jouets qui mesurent les même items que les jouets originaux. • Le test est administré en présence des parents et une rétro alimentation immédiate est fournie. • Les résultats globaux doivent être corrélés avec les résultats des évaluations en optométrie, audiologie et neurologie qui ont été conduits au cours du suivi. • Il est également recommandé de déterminer si les résultats de la radiographie de la hanche montre une dysplasie de la hanche ou l'utilisation d'un harnais Pavlic ou Spica, ce qui pourrait nuire à la mobilité adéquate de l'enfant, sa qualité de stimulation et donc de sa performance motrice.
  49. 49. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL (7) Interprétation des scores et détermination du profil de développement de l'enfant L'échelle comporte dix items par mois d´âge (deux dans chaque sous-échelle) pour un total de 60 items à l'âge de six mois et 120 à l'âge de 12 mois. Les résultats suivants sont donc possibles. • Âge général de développement: il est obtenu en divisant le nombre total d‘items réussis par 10. • Âge de développement spécifique: il est obtenu en divisant le nombre total d‘items réussis (dans une sous-échelle spécifique) par 2. • Quotient de développement général: il est obtenu en divisant l´âg de développement par l'âge corrigé et en multipliant ce résultat par 100. • Il est important d´utiliser l'âge exact de l'enfant corrigé (en mois et fractions décimales de mois). • Un retard de développement de jusqu'à un mois est considérée comme acceptable. Autrement dit, un score brut de 50 à 60 pour six mois et 110-120 pour 12 mois. Pour établir le profil de développement de l'enfant • Elaborer un graphique à barres avec les scores bruts de chaque sous-échelle et le score total du test pour identifier facilement les zones qui une stimulation supplémentaire et celles ou l'enfant excelle. • Les résultats de l'évaluation, les actions suggérées et la date du prochain control sont compilées dans l'histoire médicale de l'enfant.
  50. 50. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL (8) Rétro alimentation Cette partie de l'évaluation se base sur l'expertise, la compétence et le tact de l´évaluateur dans sa communication avec les parents. Lorsque le test et le résultat de l'évaluation sont terminés, les parents doivent être informés sur la situation de leur enfant par rapport à ses pairs (dans le même groupe d'âge). Immédiatement après, les parents recevront des recommandations quant aux actions à suivre pour contrecarrer les difficultés de l'enfant: Il pourra par exemple être soumis à une thérapie physique. On enseignera aux parents des exercices à faire à la maison pour stimuler le développement de leur enfant. Ces exercices doivent être en accord avec le niveau de développement de l'enfant et les ressources financières des parents.
  51. 51. L´ECHELLE GRIFFITHS DU DEVELOPPEMENT MENTAL (9) Les avantages de l'échelle Griffiths • Flexible et facile à administrer • Facile à scorer et interpréter; elle fournit un profil de développement tout autant général que spécifique grâce aux sous échelles • Des valeur justes des différentes sous-échelles • Unique Test standardisé en Colombie • Forte corrélation avec le test de dépistage neurologique (INFANIB) • Pas de coût supplémentaire quant au matériel nécessaire à son administration
  52. 52. Évaluation du Développement Comportemental: Echelles de Bayley - Développement de l´enfant Créée en 1935 par Nancy Bayley aux USA, son objectif est de décrire les caractéristiques et la qualité du comportement et le tempérament des enfants, entre un mois et 42 mois, et comment elles se manifestent durant l'évaluation mentale et psychomotrice de l´enfant (Bayley, 1993). Ce Test mesure: • L´orientation sociale • Le niveau d´attention • La régulation émotionnelle (activité, adaptation, affection, coopération, persistance et tolérance à la frustration) • La qualité du tonus et du mouvement chez l'enfant, tel qu'il s´exprime à travers ses attitudes, ses intérêts, ses émotions et son énergie, et pour sa tendance à se rapprocher ou se retirer des gens ou de différentes stimulations (Bayley, 1993). • Un score entre un et cinq points est donné par le choix du meilleur descripteur du comportement de l'enfant pendant la session. Ce chois est basé sur l'observation directe de l'enfant et des jugements qualitatifs émis par l'évaluateur et l'information donnée par les parents. • Seuls les aspects correspondant à l'âge de l'enfant sont notés et une attention particulière doit de faire lorsque l'humeur ou de les performances de l'enfant ne semblent pas représenter son état ​​habituel. • Sur un format préétabli, le score de chaque élément est noté et ensuite toutes les sous totaux de chaque sous-échelle sont rajoutés afin d´obtenir un score global de comportement. Ce score permet d'obtenir un profil général et spécifiques du développement de l´enfant. Cela aide à comprendre la performance cognitive et psychomotrice de l´enfant.
  53. 53. MÉTHODE MÈRE KANGOUROU ET DÉVELOPPEMENT COGNITIF • La MMK est une modalité de soins qui prend en charge le développement des enfants et où les parents assument leur responsabilité pour leur enfant. • De cette façon, ils fournissent une protection du cerveau de l'enfant pendant une période très sensible du développement neurologique du nouveau-né prématuré et / ou de faible poids de naissance. • Ce type de soins favorise une récupération intellectuelle, un environnement familial adéquat et un investissement du père ainsi qu´une capacité de résilience de l'enfant et de toute la famille. • Cela grâce à: une réduction de la séparation mère-enfant; un début rapide de la MMK; une stimulation multi-sensorielle caractéristique de la position kangourou; l'allaitement maternel; l´accompagnement émotionnel et le soutien du personnel de santé envers les parents; et la participation active des parents dans la garde de l´enfant. • La méthode MMK est plus efficace si elle commence le plus tôt possible après l´accouchement en évitant la séparation de l´enfant des parents.
  54. 54. MODÈLES D´ÉDUCATION • Les modèles de parenté ou d'éducation représentent les attitudes et les comportements (en fonctions des us et coutumes) que les parents adoptent en matière de santé et nutrition en fonction de l'environnement physique et social local et des possibilités d'apprentissage à la maison. Celles-ci varient en fonction de la culture de la famille, puisque chacun est différent sur ​​ce qui est attendu, permis ou interdit. • L´établissement de routines est un processus graduel qui ne s´obtient pas lors des premières tentatives, mais au fil du temps par la répétition et la patience. • Ces lignes directrices doivent être adaptées en fonction du niveau de développement et de maturité de l´enfant. Ce que l´on demande à l´enfant doit être réalisé en fonction de son âge et ne doit pas dépasser ses capacités. • Ces lignes directrices doivent être établies par des parents bien informés et avec les meilleures intentions. Par conséquent, il est important que les parents et autres personnes éducantes se mettent d'accord entre eux et respectent une cohérence dans l´éducation.
  55. 55. MODÈLES D´ÉDUCATION (2) Bénéfices obtenus: • L'enfant est guidé dans son comportement (il sait ce qu'on attend de lui et ce qu´il peut attendre en retour de ses parents). • L'enfant grandit avec un sentiment de confiance en soi, se développe comme un être imaginatif, qui peut s´adapter et être indépendant. • Alors que les comportements sociaux et personnels sont influencés par le monde extérieur, il développe de meilleures relations et vie de famille.
  56. 56. MODÈLES D´ÉDUCATION (3) Les modèles d´éducation doivent suivre des règles de base: • Etre cohérent, les décisions prises doivent être fermes et les mêmes à chaque fois que la situation se présente. • Etre congruent: les parents doivent respecter et suivre les mêmes normes que celles qu´ils exigent à leurs enfants • Etre réactif: le rappel ou renforcement (positif ou négatif) doivent être réalisés immédiatement après le comportement de façon à ce que l'enfant puisse associer la cause à effet. Quant à la façon d'apprendre et de maintenir ces lignes directrices, il y a certaines étapes: • Le façonnement: diriger l'enfant vers le comportement désiré en l´encourageant ou son contraire (absence de récompense et corrections) lors d´un comportement indésirable. • Le renforcement: se réfère à la consolidation du modèle de comportement à travers la récompense ou la correction. La récompense ne se réfère pas forcement à quelque chose de matériel (bonbons, jouets…) mais doit plutôt être orientés vers quelque chose de social (étreintes, baisers, félicitations…) Et cela au cours des situations de tous les jours, à l´heure du repas, du bain, lors des temps de jeu ou au coucher.
  57. 57. MODÈLES D´ÉDUCATION (4) À l´heure du repas: Le repas doit être un moment agréable pour l'enfant et sa famille. Il doit être un moment d'harmonie, un moment d'interaction et de dialogue et cette routine quotidienne se développe lentement. Après la naissance, il est recommandé que le nouveau-né prématuré absorbe des quantités précises de nourriture en raison de sa capacité gastrique réduite et de son immaturité à réguler ses cycles de sommeil et de faim. En général, le nouveau-né prématuré est alimenté en respectant un horaire, et non à la demande. Lorsque l'enfant grandit et que son gain de poids est satisfaisant, son mode d'alimentation peut être ajusté à la demande de l'enfant; après 40 semaines de gestation, l'enfant a l'habitude de manger tous les trois ou quatre heures. Après cette étape, les parents doivent se rappeler: D´établir et maintenir un horaire pour l'alimentation de l'enfant afin de laisser suffisamment de temps pour bien digérer. Au bout de un an d'âge corrigé il peut prendre ses repas en même temps que ses parents et frères et sœurs.
  58. 58. MODÈLES D´ÉDUCATION (5) À l´heure du repas: Le repas doit être agréable, calme, stimulant et doit avoir lieu dans un environnement propice à la communication. Accompagner l´enfant lors de son repas et ne pas se montrer trop soucieux s´il fait des miettes ou des petites bétise. Enseignez aux enfants à mâcher, ce qui lui permettra ensuite de manger ou boire tout seul (après six mois). Préparer des plats simples, colorés, faciles à manger et servis en petites quantité. Ne pas punir l´enfant lorsque l'enfant ne termine pas toute de sa nourriture, ni le suivre dans la maison en essayant de le faire manger. Comprendre que l'enfant mange la quantité dont il a besoin et non pas ce que les parent pensent qu´il a besoin. Reconnaître que pour la plupart des nourrissons, même après avoir été prématuré, la quantité de nourriture consommé jour après jour peut varier considérablement. Ceci est loin d'être un facteur de risque de malnutrition ou un signe de maladie. Comprendre qu'il est normal pour un enfant préférer jouer avec la nourriture, en particulier au moment où les dents sortent ou après sa première année. Cela passera bientôt
  59. 59. MODÈLES D´ÉDUCATION (6) Au moment d´aller se coucher: • Ce moment est une routine quotidienne qui s´établit et se renforce progressivement. • L´heure du coucher est un moment de séparation temporaire entre les parent et l'enfant et qui peut être difficile pour les parents qui travaillent et qui sont loin pendant la journée. • Toutefois, modifier la routine de sommeil des enfants pour accommoder leurs horaires ne convient pas au bien-être et au sentiment de sécurité de l'enfant qui doit établir une routine de sommeil . • L'enfant a besoin de dormir assez longtemps chaque jour. Le nombre d´heure de sommeil total approprié d´un enfant est calculé en prenant en compte la nuit et les siestes. • Le manque de sommeil ou les perturbations de son sommeil modifient l'humeur et le comportement de l'enfant et peut causer des somnolences diurnes, des troubles de l'attention, une certain agitation, de l'irritabilité, une activité physique excessive, des troubles de mémoire, des pleurs excessifs et des crises de colère.
  60. 60. MODÈLES D´ÉDUCATION (7) Au moment d´aller se coucher: Selon l´Association Américaine du Sommeil, si les parents veulent établir une routine de sommeil correcte, ils doivent: • Surveiller les signes de fatigue ou de somnolence. • Créer un environnement propice au sommeil, calme et peu éclairé, et préparer l'enfant pour dormir. • Établir des routines (rituels) comme l‘ heure du bain, mettre un pyjama, chanter une chanson ou lire une histoire. • Après huit mois il est nécessaire d'établir une heure fixe du coucher. À partir de trois mois, l'enfant doit dormir dans son propre lit et ne pas se réveiller plus d´une fois au cours de la nuit pour se nourrir. • Au bout de six mois l'enfant doit être capable de passer la nuit entière sans manger (entre 7 et heures). Si possible, l'enfant doit avoir son propre espace pour dormir. • Éviter les jeux qui stimulent trop l'enfant avant le coucher; ne pas mettre l´enfant dans le lit des parents ou dans un lit à bascule pour l´endormir. • Si l'enfant pleure la nuit, les parents doivent observer ce qui se passe et dans la mesure du possible ne pas le réveiller. Si il se réveille et pleure, les parents doivent simplement montrer leur présence et leur amour.
  61. 61. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU • La consultation de groupe est effectuée par des professionnels de santé qui travaillent en équipe en utilisant la communication multimodale et qui incitent les parents a l´adhésion au programme.
  62. 62. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU (2) La consultation collective ou ouverte • La consultation de groupe est nommé ainsi car: Elle accueille des patients différents dans le même espace et dans le même temps (ils reçoivent toutefois une attention individualisée). Elle regroupe plusieurs pédiatres, situés l´un à côté de l'autre et devant une même table d'examen et offrant une attention personnalisée à chaque famille. • Ce type de consultation est ouverte et participative, où les parents et le personnel de santé travaillent conjointement, pour garantir les nécessités en soins des prématurés et/ou de faible poids de naissance. • La consultation ouverte est ce qui se passe tous les jours dans la salle d'attente du programme ambulatoire mère kangourou. Elle inclut les interactions, la communication et le processus d'enseignement et d'apprentissage qui a lieu entre les différents acteurs (Personnel de santé – Parents - Famille); et combine la médecine avec les habitudes et traditions des familles qui fréquentent le service. • Ce type de consultation permet un établissement du rôle de parent pour les parents. Ainsi, les parents sont en mesure d´établir un modèle dans leur rôle parental et de trouer des informations et un soutien pour accroître leur auto-identification en tant que parents et participants au programme.
  63. 63. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU (3) Travail en équipe Une équipe de travail est un groupe de personnes ayant des compétences et des expériences complémentaires, engagés envers un objectif commun et un ensemble d'objectifs spécifiques pour fournir des résultats. L'équipe est guidée par les principes suivants: • Complémentarité: en ayant divers professionnels de la santé, avec des personnalités différentes, chaque membre contribue à un aspect différent du programme. • Coordination: sous la direction d'un chef d´équipe, l'équipe travaille d'une manière organisée pour atteindre un objectif commun où tous les membres sont responsables. • Communication: processus ouvert et vinculant entre tous les membres (horizontales et verticales), afin d´obtenir un objectif commun dans un processus de cohésion. • Engagement: chaque membre de l'équipe est déterminé à donner le meilleur de lui-même pour mener à bien l´objectif général du programme.
  64. 64. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU (4) Travail en équipe Les bénéfices du travail en équipe • Une utilisation plus efficace des ressources • Meilleure résolution des problèmes • Augmentation du rendement et de l'efficacité de la prestation • Meilleure satisfaction du patient • Amélioration de la qualité des soins • Meilleure réponse aux défis posés par la concurrence • Augmentation de la satisfaction des employés (travail significatif, sentiment d'unité et d'appartenance)
  65. 65. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU (5) Attitude de l'équipe du Programme Mère Kangourou Le personnel de santé qui travaille au sein du programme doivent être capable de: • Changer son modèle de soins de santé traditionnel (gestion d´intérêt, communication et décision vertical) à un modèle de gestion flexible et ouvert qui implique que les professionnels travaillent dans une équipe multidisciplinaire. • Être capable de travailler en collaboration avec les parents lors de la consultation. • Développer une certaine empathie, écoute, communication assertive et une certaine habilité pour soutenir la mère, la famille et les autres membres de l'équipe. • Améliorer leur communication au sein et en dehors du Programme Mère Kangourou. • Permettre la participation et la coopération de tous le noyau familial • Développer des activités pour maintenir une motivation et une attitude positive envers tous les membres de l'équipe.
  66. 66. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU (6) D'autres formes de communication: L'enseignement et le soutien continu offert aux familles grâce à l'utilisation de ressources complémentaires: • Flyers: conseils essentiels pour améliorer le développement optimal de la méthode. • Carnet de suivi: source d'information sur l'enfant, la mère, les antécédents médicaux de l'enfant et son évolution. • Vidéos. • Ateliers: essentiels pour informer les parents et éduquer soigneusement leur comportement. Ils sont utiles pour aider les parents à ne plus avoir peur d'interagir avec leur enfant. • Assistance téléphonique (pendant les heures de travail ou pendant la nuit): elle offre aux parents une grande source de soutien et d'orientation pour les soins de leur bébé surtout pendant les premiers jours après la sortie de l'hôpital. Ce service doit être donné par des professionnels (pédiatres, infirmières). Questionnez les parents quant aux instructions reçues, pour vérifier leur compréhension. • Utiliser un langage compréhensible à tous les parents et la famille; si nécessaire utiliser des aides pédagogiques pour promouvoir la compréhension de leurs explications. • Écouter les parents et autres membres de la famille et les faire partager leurs opinions et leurs préoccupations. Répondre aux questions dans une ambiance chaleureuse et franche comme le permettent les protocoles de confidentialité.
  67. 67. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU (8) Adhésion au PMK Le concept d'adhésion se réfère à: • Participer et poursuivre le programme pour un développement de comportements sains • Eviter les comportements à risque • Assister aux consultations et avec les différents professionnels spécialisés • La prise de médicaments correctement et au suivi du schéma thérapeutique L'adhésion au PMK est mesurée de façon dichotomique: Adhésion / non adhésion et dépend des quatre facteurs suivants: • Relation médecin-patient: Inclue la motivation, une bonne communication, la confiance dans les capacités et les compétences des médecins et des avantages à tirer. • Caractéristiques des patients et de leur environnement: Inclue leurs croyances, leur environnement affectif, leur caractéristique sociodémographique, leur niveau d'instruction, leur éducation, l'aide reçue et leurs attentes. • Caractéristiques de la maladie: Inclue la perception de la gravité et la présence de symptômes. • Caractéristiques thérapeutiques: inclue la durée du traitement, la complexité et les effets adverses qu´ils peuvent impliquer.
  68. 68. LA CONSULTAION DANS LE PROGRAMME MÈRE KANGOUROU (9) Adhésion au PMK Il est nécessaire d'établir des méthodes pour évaluer périodiquement le respect adéquat du PMK: • Fournir des informations efficaces: fournir des informations claires, adéquates, pertinentes et adaptées au niveau socioculturel du patient. • Mettre en place un modèle de communication assertive: le patient et le professionnel de santé doivent parvenir à un accord sur la nature de la maladie ou état de santé ainsi que l'approche thérapeutique la plus appropriée. • Promouvoir et maintenir un comportement cohérent avec les actions exprimées et promues lors de la visite. • Utiliser du matériel imprimé ou des formulaires pré-imprimés qui peuvent aider le patient et sa famille à se souvenir et suivre les instructions prescrites. Ceux-ci doivent être adaptés aux besoins et aux conditions particulières du patient et préalablement identifié par le médecin traitant. • Promouvoir une diffusion claire et répondre aux attentes des patients au moment de leur entrée au sein du programme.
  69. 69. COMMENT COMMUNIQUER DE MAUVAISES NOUVELLES AUX PARENTS • Les mauvaises nouvelles sont celles qui ont des connotations négatives et des impacts sur l'avenir du patient et de la famille. • Leur impact dépend d'une variété de facteurs: la gravité et le pronostic de la situation, les caractéristiques du patient et de sa famille, les caractéristiques de son environnement familial, et surtout, la culture et les croyances religieuses de la région d´ou vient le patient. • Par conséquent, il est nécessaire que le personnel de santé connaissent et utilisent une approche claire et facile à mettre en œuvre. La solution proposée ici est une adaptation de la stratégie de Buckman. 1. Préparation de l'environnement – Où: dans un endroit soigneusement choisi qui doit être équipé avec des chaises où les professionnels et les membres adultes de la famille peuvent s´assoir avec un certain degré d'intimité et le moins d'interférences possible. – Comment: doit être fait à travers un entretien personnel, si possible. – A qui: quand le patient est adulte, il doit être le premier à être informer; dans notre cas, la mère ou son remplaçant doivent être informés en premier. – Qui doit donner la nouvelle: bien que ce soit le médecin qui assume le diagnostic, ce peut être un autre membre de l'équipe qui transmet l'information et assume les réactions de la famille.
  70. 70. COMMENT COMMUNIQUER DE MAUVAISES NOUVELLES AUX PARENTS (2) 2. Demandez à la famille ce qu´elle sait • Que savent-ils de l'état du patient, de sa maladie, qu´elles sont leurs croyances et comment ils interprètent l'état actuel du patient? • Ils doivent être confrontés à la réalité de la maladie d'une manière qui prend en compte leurs caractéristiques culturelles afin d´utiliser un vocabulaire approprié pour donner la nouvelle. 3. Découvrir ce que et à quel point le responsable de l´enfant veut connaitre la situation et a quel niveau de détail. • Le pronostique du médecin doit être très clair et doit tenir compte de ce que veut ou non entendre les parents. • Identifier les processus de négation chez la personne qui recevra la nouvelle et définir les mesures qui doivent être prises. 4. Partage de l'information: le patient et son médecin • Les parents ou la personne responsable sont en droit d'accepter ou de rejeter les éventuels traitements possibles, d´exprimer leurs émotions, et d´accepter ou refuser l'information qu´ils reçoivent. • Présenter les informations en différentes parties est la tactique la plus recommandée car elle permet une meilleure compréhension et assimilation des informations reçues. Posez des questions telles que: Est-ce clair? Dois-je m´expliquer nouvellement? Est-ce que ceci est clair pour vous?
  71. 71. COMMENT COMMUNIQUER DE MAUVAISES NOUVELLES AUX PARENTS (3) 5. Répondre aux sentiments du responsable et de la famille • Faites-le avec sensibilité et empathie et évaluer avec attention les réactions possibles 6. Discuter d'un plan de soins Après avoir observé la capacité de la famille à affronter et à résoudre le problème ou la situation, offrir une perspective positive et les guider afin qu'ils puissent faire face à cette nouvelle réalité. Donner de mauvaises nouvelles requiert de bonnes compétences en communication: • Utiliser des phrases courtes, facile à comprendre, à intégrer et accepter. Éviter le jargon technique. • Évitez les mots à fortes connotations émotionnelles; sans cacher la vérité, utiliser des mots avec une signification similaire. • Savoir garder le silence quand c´est nécessaire. • Éviter de rendre responsable l'enfant, la famille, ou tout autre professionnel. • Etre attentif à la communication non verbale, comme l´expression des sentiments, des craintes et des désirs du patient. • Évitez de donner de fausses informations ou de donner de faux espoirs. La famille ou le responsable peuvent avoir des réactions imprévisibles. Il est nécessaire que personnel de santé réagisse avec sensibilité, empathie et respect pour la santé.
  72. 72. SESSIONS ÉDUCATIVES AVEC LA FAMILLE La conception de documents d'information et les séances éducatives avec les parents et les autres membres de la famille, ont révélé être des moyens efficaces pour fournir un soutien et une éducation sur des sujets d'intérêt général quant à la gestion de l'événement émotionnel et de la parentalité: • L'arrivée prématuré du bébé • Stimulation de l'enfant de 0 à 18 mois • Mythes et croyances sur la façon d'élever son enfant • Guide de pratiques parentales • Gestion de crises ou caprices • Utilisation de jouets appropriés • L'heure du bain • Le moment du repas • Organisation du coucher Ces activités (discussions, ateliers, brochures, vidéos…) cherchent à promouvoir un processus d´apprentissage et un renforcement de la capacité des parents à prendre soin de ces enfants fragiles.
  73. 73. SESSIONS ÉDUCATIVES AVEC LA FAMILLE (2) Concept de l´apprentissage chez les adultes: L'éducation des adultes est un processus au cours duquel un individu est confronté et intègre des informations concernant sa réalité ou son environnement. Dans la conception de scénarios éducatifs pour les adultes et les familles responsables des enfants prématurés, devrait être considérés les points suivants: • Les résultats de l´ apprentissage seront le résultat des processus d´éducation individuels. Certains participants auront besoin de plus de conseils que d'autres. • Les principes d´ apprentissage des adultes, tels que le dialogue et la réflexion, peuvent être utilisés pour promouvoir la connaissance et les aptitudes que les parents et les familles ont besoin pour utiliser correctement la MMK dans les soins de leurs enfants.
  74. 74. SESSIONS ÉDUCATIVES AVEC LA FAMILLE (3) Concept de l´apprentissage chez les adultes: • Les conditions externes (l'expérience passée, les préoccupations et les soins infantiles) ont une influence sur les processus d'apprentissage et la motivation des participants. • Les adultes ont besoin de se sentir à l'aise dans leur apprentissage et ceci s´obtient grâce à un environnement favorable. • L'interaction enseignant-élève est une pratique qui favorise le succès et s'avère être une puissante source de renseignements pour identifier ce qui doit être transmis, ce qui fonctionne et ce qu'il faut améliorer. • Les parents et autres adultes responsables doivent reconnaître que ce qu'ils apprennent est accessible et bon à savoir. • La possibilité de recevoir une certification ou une reconnaissance encourage ou stimule les étudiants.
  75. 75. TRAVAIL SOCIAL AU SEIN DU PROGRAME MÈRE KANGOUROU • Le besoin d'une intervention du travailleur social au sein du PMK est crucial. En effet, les nourrissons prématurés dont les mères ne respectent pas les rendez-vous de suivi en ambulatoire, sont confrontés à des risques importants. • Le ou la travailleur (se) social (e) a pour mission d'élaborer des stratégies pour que les parents et la famille continuent d´adhérer au PMK, et d´évaluer les conditions sociales de la famille pour identifier les facteurs de risque potentiels , ainsi que de promouvoir des adaptations positives pour que la famille continue au sein du programme: - Vérifier la présence et la continuité de l´adhésion des enfants au programme, pour éviter de possibles interruptions au cours d´un suivi à haut risque pendant toute la première année d'âge corrigé. - Détecter les causes possibles de la désertion au Programme pour dans le but d´effectuer d´éventuels changements nécessaires au cours de la consultation. - Mettre en place un réseau de soutien interinstitutionnel pour promouvoir une protection spécifique des familles ou le nouveau né est sujet à des facteurs de risque plus élevés. - Aider les familles à identifier et utiliser les réseaux de soutien disponibles pour garantir l´attention de la mère et de l'enfant. - Appuyer et soutenir les familles qui présentent des situations conflictuelles, engendrées par les changements de routine que requiert le PMK.
  76. 76. TRAVAIL SOCIAL AU SEIN DU PROGRAME MÈRE KANGOUROU (2) • Le ou la travailleur (se) social (e) peut participer avec l'équipe du PMK à l'analyse des variables socio-économiques qui peuvent avoir une influence sur la prise en charge des enfants prématurés à la maison. • Avant la sortie de l´hôpital, il ou elle doivent bien connaître les parents et le groupe familial de l´enfant prématuré qui participeront ensuite au suivi ambulatoire dans le but d´identifier les familles à haut risque psychosocial. En effet, il est important de prendre en compte que l´arrivée d'un nouveau-né prématuré exige des efforts, une responsabilité et un engagement particulier de la part de la mère, du père ou des personnes responsables. • Les travailleurs (ses) social (e) comme les autres professionnels de l'équipe du PMK, sont là pour aider les parents dans cette tâche difficile. Ils utilisent des outils tels que l'histoire sociale, les entretiens avec la mère, le père, la famille, et la visite à domicile.
  77. 77. TRAVAIL SOCIAL AU SEIN DU PROGRAME MÈRE KANGOUROU (3) • Lors de la visite à domicile d´un bébé de 6 à 12 mois d'âge corrigé, peut être administré le test HOME: Ce test comprend un inventaire de différentes activités qui évalue la qualité de l'environnement du nouveau né et établit une relation avec son développement cognitif. Il se compose de 45 items répartis en six sous-échelles, avec réponses oui / non. 18 questions sont répondues par une simple observation faite au cours de la visite, et les 27 autres doivent être remplis par les parents ou les responsables du nouveau né. • Sous échelles. - Réponse verbale et émotionnelle de la mère - L'évitement de la punition et de restrictions - Organisation de l´environnement physico-temporel - Disponibilité de matériel et jeux appropriés - Participation mère-enfant - Possibilités de varier les stimulations • L'administration de ce test mesure la qualité et la quantité de soutien social, affectif et cognitif offert à l'enfant par sa famille.
  78. 78. TRAVAIL SOCIAL AU SEIN DU PROGRAME MÈRE KANGOUROU (4) Fonctionnement de la visite à domicile au sein du PMK • Objectifs généraux Identifier les conditions sociales, familiales et économiques des patients du PMK, et établir des solutions face à d´éventuels obstacles financiers, permettant ainsi une intervention rapide et efficace. • Objectifs spécifiques - Identifier et vérifier les conditions socio-économiques et familiales du patient à la maison, dans le but de connaitre leur environnement immédiat et leurs relations interpersonnelles, qui pourraient en quelque sorte affecter la santé de l'enfant et son évolution. - Identifier les facteurs de risque sociaux qui conduisent à violer les droits de l'enfant. - Identifier la situation socio-économique des parents de l'enfant afin de trouver des solutions alternatives aux obstacles financiers de la famille pour accéder et adhérer au programme. - Mettre en place des actions et des engagements avec la famille
  79. 79. TRAVAIL SOCIAL AU SEIN DU PROGRAME MERE KANGOUROU (5) Fonctionnement de la visite à domicile au sein du PMK • L'équipe multidisciplinaire du PMK doit déterminer les cas spécifiques qui nécessitent une attention particulière, selon la détection de situations qui nécessite de plus amples informations et une approche à docicile. • Suivi des familles ayant des facteurs à risque et suivi de l´évolution des risques spécifiques. - Maltraitance physique soupçonné. - Enfants sous la protection de l'ICBF (Institut de protection de la famille). - Enfants à risque de handicap ou qui souffrent d´une attention non adéquat de la famille. • Identifier les cas qui requiert une visite à domicile - Situation financière. - Adhésion inadéquate au traitement. - Risque social (négligence, abandon, abus)
  80. 80. TRAVAIL SOCIAL AU SEIN DU PROGRAME MÈRE KANGOUROU (6) Fonctionnement de la visite à domicile au sein du PMK • Coordination des visites à domicile - Registre de l´activité professionnelle dans le dossier du patient - Registre des observations et/ou suggestions sur la visite - Utilisation du format établit de la visite à domicile - Coordonner la logistique de la visite: date, heure, transport, matériel nécessaire… • Réalisation des visites à domicile - Registre des données d'identification de la famille, tels que: - Les membres de la famille - Les conditions de vie - La situation financière - Les problèmes médicaux et problèmes psychologiques - Commentaires et observations • Référence à la consultation interdisciplinaire • Suivi des différents cas qui ont eu une visite à domicile

×