DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx

CHACHA
CHACHAPROF en CHACHA
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
Problématique
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
Qu'est-ce que la « gestion intégrée des ressources en eau »?
La gestion intégrée des ressources en eau est un concept empirique élaboré à partir
d'expériences sur le terrain. Plusieurs de ses éléments existent déjà depuis plusieurs décennies
(depuis la première conférence mondiale sur l'eau qui s'est tenue à Mar del Plata en 1977), mais
c'est à partir de l'Agenda 21 et du Sommet mondial pour le développement durable en 1992 à
Rio de Janeiro que l'on s'est véritablement interrogé sur la dimension pratique de ce concept.
La définition de la gestion intégrée des ressources en eau formulée par le Partenariat mondial
pour l'eau fait désormais autorité. Elle établit que « la GIRE est un processus qui encourage la
mise en valeur et la gestion coordonnées de l'eau, des terres et des ressources associées, en vue
de maximiser le bien-être économique et social qui en résulte d'une manière équitable, sans
compromettre la pérennité des écosystèmes vitaux ».
C'est quoi la gestion intégrée ?
La gestion intégrée est une approche qui cherche à inclure les intérêts, les ressources et les
contraintes de l'ensemble des acteurs qui interviennent dans un même domaine plutôt que de
considérer exclusivement les préoccupations et les responsabilités propres à chacun.
GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU (GIRE)
Moteur du développement économique et social, l'eau est également
un élément essentiel à la préservation de l'environnement naturel. L'eau
n'étant cependant qu'une ressource naturelle vitale parmi bien d'autres,
il importe de ne pas envisager isolément les questions relatives aux
ressources en eau.
Les dirigeants des secteurs publics ou privés ont des décisions cruciales
à prendre en matière de répartition de l'eau. Ils sont confrontés à la
nécessité de répartir des réserves en diminution, afin de répondre à des
demandes toujours plus grandes. Des facteurs tels que les changements
climatiques et démographiques accentuent encore les enjeux liés aux
ressources en eau. À l'heure où l'approche fragmentée traditionnelle
n'est plus viable, il convient d'adopter une approcheglobale de la
gestion des ressources en eau.
Quelle est la gestion de l'eau ?
La gestion de l'eau est l'activité qui consiste à protéger, planifier, développer, distribuer et gérer
l'utilisation optimale des ressources en eau et des milieux aquatiques, des points de vue
qualitatif et quantitatif.
Pourquoi gérer les ressources en eau ?
La gestion de l'eau, qui a une incidence sur la santé, l'égalité des sexes, l'éducation et les
moyens de subsistance des populations, est cruciale au développement économique durable et
à la réduction de la pauvreté.
Quels sont les différents types de ressources en eau ?
 L'eau douce.
 Les eaux souterraines.
 Les nappes phréatiques.
 Les eaux continentales.
 La pluie.
 Le bassin versant.
Qui gère l'eau ?
La distribution de l'eau potable est un service public confié aux collectivités territoriales qui en
déterminent librement leur mode de gestion : soit elles assurent directement ce service sous la
forme d'une régie ; soit elles le délèguent à une entreprise privée.
Qui gère l'eau au Maroc ?
- Acteurs de distribution d'eau et d'assainissement : les services de distribution et
d'assainissement liquide relèvent des compétences des communes, sous la tutelle du
Ministère de l'Intérieur. Toutefois, la gestion de ces services peut être déléguée à d'autres
opérateurs (Régies autonomes, privé, ONEP).
Les Ressources En Eau Du Maroc
Ressources en eau : définition,
Les ressources en eau regroupent l'ensemble des eaux disponibles (eaux continentales et eaux
marines) et dans les ressources naturelles, que l'on peut mobiliser, pour satisfaire en quantité
et en qualité une demande donnée en un lieu donné, pendant une période appropriée.
L'eau est une ressource essentielle pour toutes les formes de vie sur la planète, et la gestion de
l'eau ou la gestion des eaux, est essentielle pour la vie de tous les organismes, notamment
pour la gestion des ressources naturelles et en conséquence de la déforestation et de l'effet de
serre. Des techniques d'élevage permettent d'optimiser les ressources dulcicoles comme
la rizipisciculture (une technique de pisciculture appelée agro-pisciculture en agroécologie).
Parmi les ressources en eau de la Terre, seulement trois pour cent ne sont pas salés et les deux
tiers de l'eau douce sont piégés sous la forme de calottes polaires et de glaciers. Du cinquième
restant, un cinquième se trouve dans des endroits reculés et inaccessibles, et une grande
partie de l'eau de pluie résultant des inondations causées par la mousson ne peut pas être
facilement utilisée. Actuellement, seulement 0,08 % de l'eau douce mondiale est d'origine
humaine et utilisée pour des besoins toujours croissants de traitement des eaux usées, d'eau
potable, de fabrication, d'agriculture et de sports nautiques.
Une grande partie de l'effort consacré à la gestion des ressources en eau vise à optimiser
l'utilisation de l'eau et à minimiser l'impact environnemental de l'utilisation de l'eau dans
l'environnement naturel.
OTENTIEL DES RESSOURCES EN EAU
Les ressources naturelles en eau au Maroc sont parmi les plus faibles au monde, comme l’indique le graphe
suivant. En effet, le potentiel des ressources en eau naturelles, est évalué à 22 milliards de m3 par an, soit
l’équivalent de 700 m3 /habitant/an.
Eau de surface
Les ressources en eau superficielle sur l’ensemble du territoire sont évaluées en année moyenne à 18
milliards de m³, variant selon les années de 5 Milliards de m³ à 50 Milliards de m³.
Répartition inégale dans le temps
Le régime hydrologique de l’ensemble des bassins est caractérisé par une très grande variabilité
interannuelle marquée par l’alternance des séquences humides et sèches, intercalées par des années de
forte hydraulicité ou de sécheresse sévère. Le bassin de l’Ouergha, à titre d’exemple, l’un des bassins les plus
productifs du pays, avec un apport moyen de 2.5 milliard de m³ par an, a enregistré des apports extrêmes
variant de 0.1 Milliard de m³ en 1994-1995 à 4.2 Milliard de m³ en 1996-1997. La quasi-totalité des 4.2
Milliard de m³ ont été enregistrés durant les mois de novembre et décembre 1996.
Répartition inégale dans l’espace
La grande disparité régionale des précipitations induit également une grande variabilité spatiale des
écoulements d’eau de surface. Ces derniers varient de quelques millions de m³ pour les bassins les plus
arides, tels que les bassins Sahariens, du Souss-Massa-Tiznit-Ifni, du Ziz, Rhéris, Guir, Bouâanane et Maïder à
des milliards de m³ par an pour les bassins les plus arrosés, tels les bassins du Loukkos, du Tangérois, des
Côtiers Méditerranéens et du Sebou. Les bassins du nord (Loukkos, Tangérois et Côtiers méditerranéens) et
le Sebou qui couvrent près de 7 % de la superficie du pays disposant de plus de la moitié des ressources en
eau.
Eau souterraine
Les eaux souterraines représentent environ 20 % du potentiel en ressources en eau du pays. Sur les 103
nappes répertoriées, 21 sont des nappes profondes et 82 superficielles. Les plus importants systèmes
aquifères couvrent une superficie totale de près de 80 000 km², soit environ 10 % du territoire.En l’état
actuel des connaissances, le potentiel en eau souterraine, est de l’ordre de 4.2 Milliards de m³ par an.
Contexte hydro-climatique
De par sa situation géographique, le Maroc est caractérisé par un climat à la fois
méditerranéen au nord et aride au sud et au sud-est de l’Atlas, avec une saison sèche et
chaude et une saison froide et humide.
Le régime pluviométrique au Maroc est caractérisé par une forte variabilité spatiale. Les
précipitations moyennes annuelles se répartissent comme suit:
• Entre 400 à 600 mm dans la région du Centre
• Entre 200 et 400 mm dans la région de l’Oriental et du Souss
• Entre 50 et 200 mm dans les zones sud-atlasiques
• Et moins de 50 mm dans les bassins de Sakia El Hamra et Oued Eddahab.
• La pluviométrie en année moyenne est évaluée à 140 milliards de m³ avec une grande
variabilité interannuelle. La figure ci-après présente les normales des cumuls annuels à
l’échelle nationale.
Quels sont les problèmes d'eau les plus
importants au Maroc ?
Qualité des eaux de surface La détérioration de la qualité de l'eau
représente le principal problème auquel est confronté le secteur de
l'eau au Maroc. ...
Qualité des eaux souterraines Les ressources en eaux souterraines,
notamment celles proches de l'océan Atlantique, souffrent
également d'un niveau élevé de pollution, notamment : ...
Consommation d'eau actuelle par secteur...
Consommation d'eau dans l'agriculture et le développement de
l'irrigation
La chaleur et les changements climatiques manquent de deux
précipitations
Schéma du cycle de l'eau
Ressources Eau
Ressources en eau de surface
Les ressources en eau superficielle sur
l’ensemble du territoire sont évaluées,
en année moyenne, à près de 18
milliards de m³, variant selon les années
de 3 Milliards à 48 Milliards de m³.
Le régime hydrologique de l’ensemble
des bassins est caractérisé par une très
grande variabilité interannuelle et intra-
annuelle marquée par l’alternance des
séquences humides et sèches,
intercalées par des années de forte
hydraulicité ou de sécheresse sévère.
Ressources en eau souterraine
Au Maroc, l’eau souterraine constitue une ressource
stratégique. Elle représente environ 20 % du potentiel
en ressources en eau du pays. Sur les 130 nappes
aquifères, 32 sont des nappes profondes et 98
superficielles. A l’état actuel des connaissances, le
potentiel exploitable des ressources en eau
souterraine, est d’environ 3,9 milliards m3, avec un
minimum de 22 millions m3/an enregistré au niveau
du bassin Sakia El Hamra et Oued Eddahab et un
maximum de 1,11 milliards m3/an au niveau du
bassin du Sebou.
Infrastructures hydrauliques de mobilisation de l’eau
Eau de surface
Le Maroc dispose aujourd’hui d’un
patrimoine de 145 grands barrages
totalisant une capacité de stockage
évaluée à 18,67 milliards de m3 , et
de 15 barrages structurants en cours
de construction avec une capacité de
stockage totale de 3,4 milliards de
m3, ce qui va porter la capacité de
stockage à 22 milliards de m3.
Ce patrimoine hydraulique sera
renforcé par 5 autres grands barrages
avec une capacité de stockage totale
de 2.26 Milliards de m3 dont les
appels d’offres seront lancés en
2020.
Dessalement de l’eau de mer et
déminéralisation des eaux saumâtres
De nos jours, la capacité de production de l’eau de
mer dessalée pour l’approvisionnement en eau
potable, s’élève à 55 080 m3/j après la mise en
service de la station d’Al Hoceima. Cette capacité
sera renforcée par les projets en cours de
réalisation avec une capacité de production de 186
400 m3/j notamment pour le renforcement de
l’AEP de la ville de Laâyoune et la 1ère tranche du
projet mutualisé de renforcement de l’AEP du
Grand Agadir et l’irrigation du Chtouka.
L’Office Chérifien des Phosphates développe
également le dessalement de l’eau de mer avec une
capacité de production actuelle de 72 329 m3/j.
Cette capacité sera renforcée par les projets en
cours au niveau de Jorf Lasfar et Laâyoune avec une
capacité de production supplémentaire de 68 000
m3/j.
Concernant la déminéralisation des eaux
saumâtres, la capacité de production actuelle est
de l’ordre de 90400 m³/j qui sera renforcée par les
projets en cours avec une capacité de production
de 5 830 m³/j.
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
Réutilisation des eaux usées épurées
A ce jour, 46 projets de réutilisation organisée et contrôlée ont été réalisés ou sont en cours de
réalisation à l’échelle nationale pour différents usages (espaces verts, golfs et agriculture).
Le volume d’eau usée épurée mobilisé pour la réutilisation fin 2019 est de l’ordre de 65 Mm3
dont près de 51 % pour l’arrosage des golfs et des espaces verts et 17 % en industrie (OCP). A
l’achèvement de la mise en œuvre des projets en cours de réalisation, le volume d’eau usée
épurée mobilisé atteindra les 100 Mm3/an en 2021.
Agences de Bassins Hydrauliques:
La loi 10-95 sur l’eau a créé des agences de bassin hydrauliques, établissements publics
dotés de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elles ont pour mission
d’évaluer, de planifier, de gérer et de protéger les ressources en eau au niveau du
bassin hydraulique. Leurs ressources financières sont constituées des redevances
recouvrées auprès des usagers de l’eau, des emprunts, des dons…
Ces Agences sont administrées par des conseils d’administration composés des
représentants de l’État, des représentants des établissements publics chargés de la
production de l’eau potable, de l’énergie hydroélectrique et de l’eau d’irrigation, des
chambres d’agriculture, des chambres de commerce, d’industrie et de services, des
assemblés préfectorales et provinciales, des usagers de l’eau et des collectivités
ethniques. Ces conseils ont pour missions d’examiner le plan directeur d’aménagement
intégré des ressources en eau, d’affecter les redevances de pollution aux actions de
dépollution, d’approuver les contrats de concessions d’utilisation du domaine public
hydraulique,..
Les Agences de Bassins sont sous la tutelle du Ministère de l'Aménagement du
Territoire, de l'Eau et de l'Environnement (MATEE).
Agence de Bassins Hydrauliques – ABH
ABH – Loukkos, Tangérois et
côtiers méditerranéens
ABH – Moulouya
ABH – Sebou
ABH – Bouregreg et des côtiers
atlantiques de Casablanca
ABH – Loukkos, Tangérois et
côtiers méditerranéens
ABH – Moulouya
ABH – Sebou
ABH – Bouregreg et des côtiers
atlantiques de Casablanca
ABH – Oum Er R’bia
ABH – Tensift et côtiers
d’Essaouira
ABH – Souss, Massa
ABH – Draa,Oued Noun
ABH – Guir, Ziz, Rheriss
ABH- Sahara
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
Les huit principaux chantiers structurants en cours
Nombre des barrage
Stratégie nationale 2009-2020 : ces ressources hydriques qui vont à vau-l’eau
Gestion des risques climatiques
Plan National de protection contre les inondations
Vu son emplacement géographique, conjugué au contexte de changements climatiques global,
le Royaume du Maroc est confronté à une tendance climatique, caractérisée par des épisodes
pluvieux courts mais intenses.
Ce phénomène climatique cumulé à la croissance démographique, à l’occupation des sols et
au développement urbain non contrôlé dans des zones inappropriées engendre de fortes
inondations.
Face à cette situation, et afin d’atténuer les effets des inondations, un plan d’action basé sur
une vision intégrée incluant les priorités et les mesures à prendre notamment les systèmes de
détection et d’alerte des risques d’inondations a été mis en place ..
Aménagement de protection contre les inondations en cours de réalisation.
Plan National de protection contre les inondations
Vu son emplacement géographique, conjugué au contexte de changements climatiques
global, le Royaume du Maroc est confronté à une tendance climatique, caractérisée par des
épisodes pluvieux courts mais intenses.
Ce phénomène climatique cumulé à la croissance démographique, à l’occupation des sols et au
développement urbain non contrôlé dans des zones inappropriées engendre de fortes inondations.
Face à cette situation, et afin d’atténuer les effets des inondations, un plan d’action basé sur une vision
intégrée incluant les priorités et les mesures à prendre notamment les systèmes de détection et d’alerte
des risques d’inondations a été mis en place ..
Le Maroc est caractérisé par un climat fortement contrasté avec un régime pluviométrique et
hydrologique dominé par une très forte irrégularité dans le temps et dans l’espace avec
l’alternance de périodes pluvieuses et périodes sèches, qui peuvent durer plusieurs années.
Selon les dernières évaluations, le potentiel des ressources en eau naturelles au Maroc est
estimé à près de 22 milliards de m3/an, réparti en 18 milliards de m3/an d’eaux de surface et 4
milliards de m3/an en eaux souterraines ; soit l’équivalent de près de 700 m3/habitant/an.
Pour répondre aux besoins en eau, en croissance continue en raison de l’accroissement
démographique, et pour accompagner le développement socio-économique du pays, le Maroc
a adopté une politique basée sur la maitrise et la mobilisation des ressources en eau, à travers
la réalisation d’infrastructures hydrauliques, visant l’approvisionnement en eau potable des
populations, le développement de l’irrigation, l’amélioration de la protection contre les
inondations et la valorisation de ces ouvrages hydrauliques par la production hydro-électrique.
Toutefois, le secteur de l’eau au Maroc reste confronté à des contraintes majeures liées
principalement à la raréfaction des ressources en eau, sous l’effet des changements
climatiques, et à l’inadéquation des ressources en eau avec des besoins en eau en croissance
continue.
Ainsi, dans le cadre des orientations de la Stratégie Nationale de l’Eau et des plans d’action du
projet du Plan National de l’Eau (PNE), le recours aux ressources en eau non conventionnelles,
notamment la réutilisation des eaux usées épurées, a été considéré comme une alternative de
développement de l’offre.
Plan de gestion de sécheresse
Approvisionnement en eau potable et l’irrigation (2020-2027)
Ce programme qui s’étale sur la période 2020-2027 avec un coût de 115.4 Milliards de dirhams
repose sur les 5 axes suivants :
‒ le développement de l’offre en eau à travers :
• la poursuite de la construction des grands barrages avec l’achèvement des travaux de
construction des barrages en cours et le lancement des travaux de 20 nouveaux barrages. La
capacité de stockage atteindra 27,3 Milliards de m3 ;
• la mise en place de 3 nouvelles stations de dessalement de l’eau de mer;
‒ la gestion de la demande et la valorisation de l’eau portant essentiellement sur :
• la poursuite des efforts des opérateurs de distribution de l’eau potable pour l’amélioration des
rendements des réseaux de distribution des villes et centres urbains ;
• la poursuite de la modernisation des réseaux d’irrigation et de la reconversion collective à
l’irrigation localisée ;
• la réalisation de l’aménagement hydro-agricole des périmètres irrigués (plaine du Gharb et
Saiss);
‒ le renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural moyennant :
• la poursuite de la mise en œuvre des programmes déjà engagés pour 160 centres et 10818
douars ;
• la mise en place de programmes complémentaires pour 659 centres et 7876 douars;
‒ la réutilisation des eaux usées épurées :
notamment pour les 21 projets d’arrosage de Golf répartis dans 45 provinces et couvrant les
12 régions du pays ;
‒ la communication et la sensibilisation :
à travers l’adoption d’un plan de communication institutionnelle et le développement d’une
campagne de communication pour le changement de comportement visant le grand public.
Le pilotage et le suivi du présent programme national seront assurés par :
‒ un comité de pilotage sous la présidence du Chef du Gouvernement ;
‒ un comité technique :
présidé par le Ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau. Ce comité
technique peut créer des comités thématiques ou des groupes de travail pour l’examen d’une
problématique ou un dossier technique spécifique ;
‒ des comités régionaux présidés par les Wali :
dont le secrétariat est assuré par les agences de bassins hydrauliques.
Il est important de préciser que le programme national pour l’approvisionnement en eau
potable et l’irrigation 2020-2027, constitue la première phase du projet du Plan National de
l’Eau (PNE) 20-50 qui a été présenté à la commission interministérielle de l’eau le 25
Décembre 2019. Ce projet du PNE fixe les actions à engager par les différentes parties
prenantes pour les trente années à venir afin d’assurer la sécurité hydrique du pays.
Le Plan National de l’Eau
Pour consolider les acquis et relever les défis susmentionnés, le Ministère Délégué chargé de
l’Eau a élaboré le Plan National de l’Eau, constituant un prolongement des orientations de la la
stratégie nationale de l’eau présentée à sa Majesté le 14 avril 2009 à Fès.
Les grands principes pris en considération dans l’élaboration des plans d’actions du PNE
portent essentiellement sur :
la gestion intégrée et concertée de la demande et de la ressource en eau,
le renforcement de la sécurité hydrique du pays et l’adaptation aux changements climatiques,
la solidarité dans ses diverses dimensions,
la promotion de la bonne gouvernance du secteur de l’eau et la recherche de l’efficacité de
l’action des acteurs, la recherche de la convergence et la mise en cohérence des programmes
sectoriels
et la recherche des mécanismes et des moyens de financement du secteur de l’eau combinant
les subventions publiques et le recouvrement direct des coûts par les tarifs des services de
l’eau.
Le PNE est fondé sur trois piliers à savoir :
Gestion de la demande en eau et valorisation de l’eau :
Dans le domaine de l’eau potable, en plus des objectifs de généralisation de l’accès à l’eau
potable, l’amélioration des rendements des réseaux de distribution d’eau potable.
Dans le domaine agricole, le prolongement du programme de reconversion à l’irrigation
localisée basé sur les objectifs du Plan Maroc Vert (2020) jusqu’à l’horizon 2030.
our une meilleure valorisation des ressources en eau, l’accélération du programme
d’aménagement hydro-agricole à l’aval des barrages existants ou en cours de réalisation.
Développement de l’offre : à travers la poursuite de la mobilisation des eaux de surface par les
barrages, la mise en valeur locale des eaux de surface par le biais des petits barrages, le recours
aux ressources en eau non conventionnelles notamment le dessalement de l’eau de mer et la
réutilisation des eaux usées épurées et la possibilité de transférer l’eau à partir des bassins
excédentaires en eau du Nord-Ouest vers les bassins déficitaires du Centre-Ouest.
Préservation des ressources en eau, du milieu naturel et adaptation aux changements
climatiques par la préservation de la qualité des ressources en eau et la lutte contre la pollution,
la protection et la gestion durable des eaux souterraines, l’aménagement et la protection des
bassins versants et la sauvegarde et la préservation des zones sensibles notamment les zones
humides et les oasis.
Dans le cadre de l’adaptation aux changements climatiques et pour une meilleure maîtrise des
phénomènes extrêmes, le PNE propose des actions pour la protection contre les inondations et
la lutte contre les effets de la sécheresse.
Le PNE propose également la poursuite des réformes règlementaires et institutionnelles la
révision de la loi sur l’eau 10-95 et son harmonisation avec les lois qui lui sont connexes.
Le gouvernement prévoit d'agir dans les prochaines années pour éviter une crise de l'eau à
l'avenir. L'un de ses objectifs, construire 100 grands barrages, 1 000 petits barrages et 20 usines
de dessalement de l'eau de mer d'ici 2030.
Quels sont les solutions pour lutter contre le manque d'eau
Il existe des moyens d'économiser l'eau et de prévenir la pénurie d'eau :
Gestion durable de l'eau. ...
Eau recyclée. ...
Lutte contre la pollution et amélioration du traitement des eaux usées. ...
Sensibilisation et éducation.
Les Solutions De La Gestion De L'eau
Quelles sont les solutions de la gestion de l'eau ?
Couper le robinet pendant que je me savonne permet d'en consommer encore moins. Installer
des réducteurs de débit sur les robinets et les pommeaux de douche, permet de réduire la
consommation d'eau de 20 à 50 %. Installer un robinet mitigeur, permet de limiter la
consommation d'eau.
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
LOI L’EAU AU MAROC
loi 30-15 sur la sécurité des barrages
loi 36-15 sur l’Eau
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
bibliographie
ARRIFI, EL M. (2009). La gestion intégrée en eau au Maroc: ressources, contraintes et
implications sur l’économie d’eau, 77-80. CESE. (2014)
. Gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc :Levier fondamental
de développement durable EDDAHMOUNY H.
& ELBROUMI S. (2019) «Evaluation de l'offre et de la demande des services hydrologiques :
cas des services de régulation dans le bassin versant Ourika » Revue du contrôle, de la
comptabilité et de l’audit « Numéro 9 : Juin 2019 / Volume 4 : numéro » p : 474 - 496 EL
JIHAD, M. (2001) . The water from the mountains and the State power inMorocco :
between past and present . Annales de géographie, N° 622(novembre): 665-72. EL
MOKADDEM, A & BENCHEKROUN, F. (2016) . La conservation des ressources en eau par la
mise en oeuvre de paiements pour services environnementaux dans un bassin versant .
Revue des sciences de l’eau / Journal of Water Science 29: 109-17.
DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx
1 de 38

Recomendados

Presentation1_CHACHA.pptx por
Presentation1_CHACHA.pptxPresentation1_CHACHA.pptx
Presentation1_CHACHA.pptxCHACHA
151 vistas46 diapositivas
chacha_expose_final_CHACHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.pptx por
chacha_expose_final_CHACHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.pptxchacha_expose_final_CHACHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.pptx
chacha_expose_final_CHACHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.pptxCHACHA
17 vistas61 diapositivas
Présentation1 BADRCHACHA 2023 (4).pptx por
Présentation1 BADRCHACHA 2023 (4).pptxPrésentation1 BADRCHACHA 2023 (4).pptx
Présentation1 BADRCHACHA 2023 (4).pptxCHACHA
24 vistas62 diapositivas
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pptx por
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pptxPresentation2_BADR_CHACHA_ALI.pptx
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pptxCHACHA
9 vistas41 diapositivas
Presentation2_BADR_CHACHA por
Presentation2_BADR_CHACHAPresentation2_BADR_CHACHA
Presentation2_BADR_CHACHACHACHA
6 vistas41 diapositivas
Quest-ce_que_la_gestion_integree_de_leau.pptx por
Quest-ce_que_la_gestion_integree_de_leau.pptxQuest-ce_que_la_gestion_integree_de_leau.pptx
Quest-ce_que_la_gestion_integree_de_leau.pptxCHACHA
12 vistas36 diapositivas

Más contenido relacionado

Similar a DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx

Presentation1_FINAN_PROF.pptx por
Presentation1_FINAN_PROF.pptxPresentation1_FINAN_PROF.pptx
Presentation1_FINAN_PROF.pptxCHACHA
23 vistas58 diapositivas
Présentation1 BADR mustapha semedi.pptx por
Présentation1 BADR mustapha semedi.pptxPrésentation1 BADR mustapha semedi.pptx
Présentation1 BADR mustapha semedi.pptxCHACHA
38 vistas51 diapositivas
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdf por
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdfPresentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdf
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdfCHACHA
29 vistas40 diapositivas
Pourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdf por
Pourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdfPourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdf
Pourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdfCHACHA
85 vistas9 diapositivas
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptx por
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptxPrésentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptx
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptxCHACHA
22 vistas39 diapositivas
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptx por
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptxPrésentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptx
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptxCHACHA
25 vistas39 diapositivas

Similar a DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx(20)

Presentation1_FINAN_PROF.pptx por CHACHA
Presentation1_FINAN_PROF.pptxPresentation1_FINAN_PROF.pptx
Presentation1_FINAN_PROF.pptx
CHACHA23 vistas
Présentation1 BADR mustapha semedi.pptx por CHACHA
Présentation1 BADR mustapha semedi.pptxPrésentation1 BADR mustapha semedi.pptx
Présentation1 BADR mustapha semedi.pptx
CHACHA38 vistas
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdf por CHACHA
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdfPresentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdf
Presentation2_BADR_CHACHA_ALI.pdf
CHACHA29 vistas
Pourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdf por CHACHA
Pourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdfPourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdf
Pourquoi la gestion intégrée des ressources en eau.pdf
CHACHA85 vistas
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptx por CHACHA
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptxPrésentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptx
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk (1).pptx
CHACHA22 vistas
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptx por CHACHA
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptxPrésentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptx
Présentation1 chacha chacha chacha mustapha mahrouk.pptx
CHACHA25 vistas
Presentation1_FINAL.pdf por CHACHA
Presentation1_FINAL.pdfPresentation1_FINAL.pdf
Presentation1_FINAL.pdf
CHACHA9 vistas
Presentation1_FINAL.pptx por CHACHA
Presentation1_FINAL.pptxPresentation1_FINAL.pptx
Presentation1_FINAL.pptx
CHACHA12 vistas
Master_exp.pptx por CHACHA
Master_exp.pptxMaster_exp.pptx
Master_exp.pptx
CHACHA31 vistas
Prés chacha badr MUSTAPHA (1).pptx por CHACHA
Prés chacha badr MUSTAPHA (1).pptxPrés chacha badr MUSTAPHA (1).pptx
Prés chacha badr MUSTAPHA (1).pptx
CHACHA55 vistas
Presentation4.pptx por CHACHA
Presentation4.pptxPresentation4.pptx
Presentation4.pptx
CHACHA17 vistas
Ressources_Eau_en_chiffres__MUSTAPHA_BADR.pdf por CHACHA
Ressources_Eau_en_chiffres__MUSTAPHA_BADR.pdfRessources_Eau_en_chiffres__MUSTAPHA_BADR.pdf
Ressources_Eau_en_chiffres__MUSTAPHA_BADR.pdf
CHACHA94 vistas
117,proteger gerer-ressource-en-ea por Saoussen Obey
117,proteger gerer-ressource-en-ea117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea
Saoussen Obey1.5K vistas
CHACHA BADR ET MUSTAPHA.pptx por CHACHA
CHACHA BADR ET MUSTAPHA.pptxCHACHA BADR ET MUSTAPHA.pptx
CHACHA BADR ET MUSTAPHA.pptx
CHACHA25 vistas
Gestion des Ressources en Eau au Maroc BADRCHACHA.pdf por BadrChacha3
Gestion des Ressources en Eau au Maroc BADRCHACHA.pdfGestion des Ressources en Eau au Maroc BADRCHACHA.pdf
Gestion des Ressources en Eau au Maroc BADRCHACHA.pdf
BadrChacha310 vistas
Master_exp_BADR_CHACHA_ET_MUSTAPHA_MAHROUK.pptx por CHACHA
Master_exp_BADR_CHACHA_ET_MUSTAPHA_MAHROUK.pptxMaster_exp_BADR_CHACHA_ET_MUSTAPHA_MAHROUK.pptx
Master_exp_BADR_CHACHA_ET_MUSTAPHA_MAHROUK.pptx
CHACHA8 vistas
la Gestion des Barrages et de la Conservation de l'Eau.pdf por BadrChacha3
la Gestion des Barrages et de la Conservation de l'Eau.pdfla Gestion des Barrages et de la Conservation de l'Eau.pdf
la Gestion des Barrages et de la Conservation de l'Eau.pdf
BadrChacha35 vistas
Géo Leçon 3 por milonor
Géo Leçon 3Géo Leçon 3
Géo Leçon 3
milonor5.9K vistas
Tunisie-le problème de l'eau- por Jeanne Zaouali
Tunisie-le problème de l'eau-Tunisie-le problème de l'eau-
Tunisie-le problème de l'eau-
Jeanne Zaouali165 vistas
Presentation3.pptx por CHACHA
Presentation3.pptxPresentation3.pptx
Presentation3.pptx
CHACHA23 vistas

Más de CHACHA

tech-spe-en-topo (2).pdf por
tech-spe-en-topo (2).pdftech-spe-en-topo (2).pdf
tech-spe-en-topo (2).pdfCHACHA
38 vistas17 diapositivas
CHACHA_BADR_ECOLO.docx por
CHACHA_BADR_ECOLO.docxCHACHA_BADR_ECOLO.docx
CHACHA_BADR_ECOLO.docxCHACHA
8 vistas12 diapositivas
expose.pdf por
expose.pdfexpose.pdf
expose.pdfCHACHA
8 vistas8 diapositivas
Presentation1_ecologie_chacha.pptx por
Presentation1_ecologie_chacha.pptxPresentation1_ecologie_chacha.pptx
Presentation1_ecologie_chacha.pptxCHACHA
31 vistas20 diapositivas
VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV... por
VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV...VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV...
VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV...CHACHA
9 vistas9 diapositivas
Presentation5.pptx por
Presentation5.pptxPresentation5.pptx
Presentation5.pptxCHACHA
6 vistas36 diapositivas

Más de CHACHA(15)

tech-spe-en-topo (2).pdf por CHACHA
tech-spe-en-topo (2).pdftech-spe-en-topo (2).pdf
tech-spe-en-topo (2).pdf
CHACHA38 vistas
CHACHA_BADR_ECOLO.docx por CHACHA
CHACHA_BADR_ECOLO.docxCHACHA_BADR_ECOLO.docx
CHACHA_BADR_ECOLO.docx
CHACHA8 vistas
expose.pdf por CHACHA
expose.pdfexpose.pdf
expose.pdf
CHACHA8 vistas
Presentation1_ecologie_chacha.pptx por CHACHA
Presentation1_ecologie_chacha.pptxPresentation1_ecologie_chacha.pptx
Presentation1_ecologie_chacha.pptx
CHACHA31 vistas
VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV... por CHACHA
VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV...VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV...
VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV...
CHACHA9 vistas
Presentation5.pptx por CHACHA
Presentation5.pptxPresentation5.pptx
Presentation5.pptx
CHACHA6 vistas
Presentation1_ECOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO.pptx por CHACHA
Presentation1_ECOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO.pptxPresentation1_ECOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO.pptx
Presentation1_ECOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO.pptx
CHACHA13 vistas
Presentation2_indroduction.pptx por CHACHA
Presentation2_indroduction.pptxPresentation2_indroduction.pptx
Presentation2_indroduction.pptx
CHACHA2 vistas
Presentation1_ecologie_EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE... por CHACHA
Presentation1_ecologie_EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE...Presentation1_ecologie_EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE...
Presentation1_ecologie_EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE...
CHACHA9 vistas
Presentation3_HACHA.pdf por CHACHA
Presentation3_HACHA.pdfPresentation3_HACHA.pdf
Presentation3_HACHA.pdf
CHACHA10 vistas
Presentation5.pptx por CHACHA
Presentation5.pptxPresentation5.pptx
Presentation5.pptx
CHACHA9 vistas
chacha_et_mustapha.pptx por CHACHA
chacha_et_mustapha.pptxchacha_et_mustapha.pptx
chacha_et_mustapha.pptx
CHACHA45 vistas
Presentation1_ecologie.pptx por CHACHA
Presentation1_ecologie.pptxPresentation1_ecologie.pptx
Presentation1_ecologie.pptx
CHACHA115 vistas
الغابة بالمغرب por CHACHA
الغابة بالمغربالغابة بالمغرب
الغابة بالمغرب
CHACHA58 vistas
ECOSY por CHACHA
ECOSYECOSY
ECOSY
CHACHA8 vistas

DDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD.pptx

  • 5. Qu'est-ce que la « gestion intégrée des ressources en eau »? La gestion intégrée des ressources en eau est un concept empirique élaboré à partir d'expériences sur le terrain. Plusieurs de ses éléments existent déjà depuis plusieurs décennies (depuis la première conférence mondiale sur l'eau qui s'est tenue à Mar del Plata en 1977), mais c'est à partir de l'Agenda 21 et du Sommet mondial pour le développement durable en 1992 à Rio de Janeiro que l'on s'est véritablement interrogé sur la dimension pratique de ce concept. La définition de la gestion intégrée des ressources en eau formulée par le Partenariat mondial pour l'eau fait désormais autorité. Elle établit que « la GIRE est un processus qui encourage la mise en valeur et la gestion coordonnées de l'eau, des terres et des ressources associées, en vue de maximiser le bien-être économique et social qui en résulte d'une manière équitable, sans compromettre la pérennité des écosystèmes vitaux ». C'est quoi la gestion intégrée ? La gestion intégrée est une approche qui cherche à inclure les intérêts, les ressources et les contraintes de l'ensemble des acteurs qui interviennent dans un même domaine plutôt que de considérer exclusivement les préoccupations et les responsabilités propres à chacun.
  • 6. GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU (GIRE) Moteur du développement économique et social, l'eau est également un élément essentiel à la préservation de l'environnement naturel. L'eau n'étant cependant qu'une ressource naturelle vitale parmi bien d'autres, il importe de ne pas envisager isolément les questions relatives aux ressources en eau. Les dirigeants des secteurs publics ou privés ont des décisions cruciales à prendre en matière de répartition de l'eau. Ils sont confrontés à la nécessité de répartir des réserves en diminution, afin de répondre à des demandes toujours plus grandes. Des facteurs tels que les changements climatiques et démographiques accentuent encore les enjeux liés aux ressources en eau. À l'heure où l'approche fragmentée traditionnelle n'est plus viable, il convient d'adopter une approcheglobale de la gestion des ressources en eau.
  • 7. Quelle est la gestion de l'eau ? La gestion de l'eau est l'activité qui consiste à protéger, planifier, développer, distribuer et gérer l'utilisation optimale des ressources en eau et des milieux aquatiques, des points de vue qualitatif et quantitatif. Pourquoi gérer les ressources en eau ? La gestion de l'eau, qui a une incidence sur la santé, l'égalité des sexes, l'éducation et les moyens de subsistance des populations, est cruciale au développement économique durable et à la réduction de la pauvreté.
  • 8. Quels sont les différents types de ressources en eau ?  L'eau douce.  Les eaux souterraines.  Les nappes phréatiques.  Les eaux continentales.  La pluie.  Le bassin versant. Qui gère l'eau ? La distribution de l'eau potable est un service public confié aux collectivités territoriales qui en déterminent librement leur mode de gestion : soit elles assurent directement ce service sous la forme d'une régie ; soit elles le délèguent à une entreprise privée. Qui gère l'eau au Maroc ? - Acteurs de distribution d'eau et d'assainissement : les services de distribution et d'assainissement liquide relèvent des compétences des communes, sous la tutelle du Ministère de l'Intérieur. Toutefois, la gestion de ces services peut être déléguée à d'autres opérateurs (Régies autonomes, privé, ONEP).
  • 9. Les Ressources En Eau Du Maroc
  • 10. Ressources en eau : définition, Les ressources en eau regroupent l'ensemble des eaux disponibles (eaux continentales et eaux marines) et dans les ressources naturelles, que l'on peut mobiliser, pour satisfaire en quantité et en qualité une demande donnée en un lieu donné, pendant une période appropriée. L'eau est une ressource essentielle pour toutes les formes de vie sur la planète, et la gestion de l'eau ou la gestion des eaux, est essentielle pour la vie de tous les organismes, notamment pour la gestion des ressources naturelles et en conséquence de la déforestation et de l'effet de serre. Des techniques d'élevage permettent d'optimiser les ressources dulcicoles comme la rizipisciculture (une technique de pisciculture appelée agro-pisciculture en agroécologie). Parmi les ressources en eau de la Terre, seulement trois pour cent ne sont pas salés et les deux tiers de l'eau douce sont piégés sous la forme de calottes polaires et de glaciers. Du cinquième restant, un cinquième se trouve dans des endroits reculés et inaccessibles, et une grande partie de l'eau de pluie résultant des inondations causées par la mousson ne peut pas être facilement utilisée. Actuellement, seulement 0,08 % de l'eau douce mondiale est d'origine humaine et utilisée pour des besoins toujours croissants de traitement des eaux usées, d'eau potable, de fabrication, d'agriculture et de sports nautiques. Une grande partie de l'effort consacré à la gestion des ressources en eau vise à optimiser l'utilisation de l'eau et à minimiser l'impact environnemental de l'utilisation de l'eau dans l'environnement naturel.
  • 11. OTENTIEL DES RESSOURCES EN EAU Les ressources naturelles en eau au Maroc sont parmi les plus faibles au monde, comme l’indique le graphe suivant. En effet, le potentiel des ressources en eau naturelles, est évalué à 22 milliards de m3 par an, soit l’équivalent de 700 m3 /habitant/an. Eau de surface Les ressources en eau superficielle sur l’ensemble du territoire sont évaluées en année moyenne à 18 milliards de m³, variant selon les années de 5 Milliards de m³ à 50 Milliards de m³. Répartition inégale dans le temps Le régime hydrologique de l’ensemble des bassins est caractérisé par une très grande variabilité interannuelle marquée par l’alternance des séquences humides et sèches, intercalées par des années de forte hydraulicité ou de sécheresse sévère. Le bassin de l’Ouergha, à titre d’exemple, l’un des bassins les plus productifs du pays, avec un apport moyen de 2.5 milliard de m³ par an, a enregistré des apports extrêmes variant de 0.1 Milliard de m³ en 1994-1995 à 4.2 Milliard de m³ en 1996-1997. La quasi-totalité des 4.2 Milliard de m³ ont été enregistrés durant les mois de novembre et décembre 1996. Répartition inégale dans l’espace La grande disparité régionale des précipitations induit également une grande variabilité spatiale des écoulements d’eau de surface. Ces derniers varient de quelques millions de m³ pour les bassins les plus arides, tels que les bassins Sahariens, du Souss-Massa-Tiznit-Ifni, du Ziz, Rhéris, Guir, Bouâanane et Maïder à des milliards de m³ par an pour les bassins les plus arrosés, tels les bassins du Loukkos, du Tangérois, des Côtiers Méditerranéens et du Sebou. Les bassins du nord (Loukkos, Tangérois et Côtiers méditerranéens) et le Sebou qui couvrent près de 7 % de la superficie du pays disposant de plus de la moitié des ressources en eau. Eau souterraine Les eaux souterraines représentent environ 20 % du potentiel en ressources en eau du pays. Sur les 103 nappes répertoriées, 21 sont des nappes profondes et 82 superficielles. Les plus importants systèmes aquifères couvrent une superficie totale de près de 80 000 km², soit environ 10 % du territoire.En l’état actuel des connaissances, le potentiel en eau souterraine, est de l’ordre de 4.2 Milliards de m³ par an.
  • 12. Contexte hydro-climatique De par sa situation géographique, le Maroc est caractérisé par un climat à la fois méditerranéen au nord et aride au sud et au sud-est de l’Atlas, avec une saison sèche et chaude et une saison froide et humide. Le régime pluviométrique au Maroc est caractérisé par une forte variabilité spatiale. Les précipitations moyennes annuelles se répartissent comme suit: • Entre 400 à 600 mm dans la région du Centre • Entre 200 et 400 mm dans la région de l’Oriental et du Souss • Entre 50 et 200 mm dans les zones sud-atlasiques • Et moins de 50 mm dans les bassins de Sakia El Hamra et Oued Eddahab. • La pluviométrie en année moyenne est évaluée à 140 milliards de m³ avec une grande variabilité interannuelle. La figure ci-après présente les normales des cumuls annuels à l’échelle nationale.
  • 13. Quels sont les problèmes d'eau les plus importants au Maroc ? Qualité des eaux de surface La détérioration de la qualité de l'eau représente le principal problème auquel est confronté le secteur de l'eau au Maroc. ... Qualité des eaux souterraines Les ressources en eaux souterraines, notamment celles proches de l'océan Atlantique, souffrent également d'un niveau élevé de pollution, notamment : ... Consommation d'eau actuelle par secteur... Consommation d'eau dans l'agriculture et le développement de l'irrigation La chaleur et les changements climatiques manquent de deux précipitations
  • 14. Schéma du cycle de l'eau
  • 15. Ressources Eau Ressources en eau de surface Les ressources en eau superficielle sur l’ensemble du territoire sont évaluées, en année moyenne, à près de 18 milliards de m³, variant selon les années de 3 Milliards à 48 Milliards de m³. Le régime hydrologique de l’ensemble des bassins est caractérisé par une très grande variabilité interannuelle et intra- annuelle marquée par l’alternance des séquences humides et sèches, intercalées par des années de forte hydraulicité ou de sécheresse sévère. Ressources en eau souterraine Au Maroc, l’eau souterraine constitue une ressource stratégique. Elle représente environ 20 % du potentiel en ressources en eau du pays. Sur les 130 nappes aquifères, 32 sont des nappes profondes et 98 superficielles. A l’état actuel des connaissances, le potentiel exploitable des ressources en eau souterraine, est d’environ 3,9 milliards m3, avec un minimum de 22 millions m3/an enregistré au niveau du bassin Sakia El Hamra et Oued Eddahab et un maximum de 1,11 milliards m3/an au niveau du bassin du Sebou.
  • 16. Infrastructures hydrauliques de mobilisation de l’eau Eau de surface Le Maroc dispose aujourd’hui d’un patrimoine de 145 grands barrages totalisant une capacité de stockage évaluée à 18,67 milliards de m3 , et de 15 barrages structurants en cours de construction avec une capacité de stockage totale de 3,4 milliards de m3, ce qui va porter la capacité de stockage à 22 milliards de m3. Ce patrimoine hydraulique sera renforcé par 5 autres grands barrages avec une capacité de stockage totale de 2.26 Milliards de m3 dont les appels d’offres seront lancés en 2020. Dessalement de l’eau de mer et déminéralisation des eaux saumâtres De nos jours, la capacité de production de l’eau de mer dessalée pour l’approvisionnement en eau potable, s’élève à 55 080 m3/j après la mise en service de la station d’Al Hoceima. Cette capacité sera renforcée par les projets en cours de réalisation avec une capacité de production de 186 400 m3/j notamment pour le renforcement de l’AEP de la ville de Laâyoune et la 1ère tranche du projet mutualisé de renforcement de l’AEP du Grand Agadir et l’irrigation du Chtouka. L’Office Chérifien des Phosphates développe également le dessalement de l’eau de mer avec une capacité de production actuelle de 72 329 m3/j. Cette capacité sera renforcée par les projets en cours au niveau de Jorf Lasfar et Laâyoune avec une capacité de production supplémentaire de 68 000 m3/j. Concernant la déminéralisation des eaux saumâtres, la capacité de production actuelle est de l’ordre de 90400 m³/j qui sera renforcée par les projets en cours avec une capacité de production de 5 830 m³/j.
  • 18. Réutilisation des eaux usées épurées A ce jour, 46 projets de réutilisation organisée et contrôlée ont été réalisés ou sont en cours de réalisation à l’échelle nationale pour différents usages (espaces verts, golfs et agriculture). Le volume d’eau usée épurée mobilisé pour la réutilisation fin 2019 est de l’ordre de 65 Mm3 dont près de 51 % pour l’arrosage des golfs et des espaces verts et 17 % en industrie (OCP). A l’achèvement de la mise en œuvre des projets en cours de réalisation, le volume d’eau usée épurée mobilisé atteindra les 100 Mm3/an en 2021.
  • 19. Agences de Bassins Hydrauliques: La loi 10-95 sur l’eau a créé des agences de bassin hydrauliques, établissements publics dotés de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elles ont pour mission d’évaluer, de planifier, de gérer et de protéger les ressources en eau au niveau du bassin hydraulique. Leurs ressources financières sont constituées des redevances recouvrées auprès des usagers de l’eau, des emprunts, des dons… Ces Agences sont administrées par des conseils d’administration composés des représentants de l’État, des représentants des établissements publics chargés de la production de l’eau potable, de l’énergie hydroélectrique et de l’eau d’irrigation, des chambres d’agriculture, des chambres de commerce, d’industrie et de services, des assemblés préfectorales et provinciales, des usagers de l’eau et des collectivités ethniques. Ces conseils ont pour missions d’examiner le plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau, d’affecter les redevances de pollution aux actions de dépollution, d’approuver les contrats de concessions d’utilisation du domaine public hydraulique,.. Les Agences de Bassins sont sous la tutelle du Ministère de l'Aménagement du Territoire, de l'Eau et de l'Environnement (MATEE).
  • 20. Agence de Bassins Hydrauliques – ABH ABH – Loukkos, Tangérois et côtiers méditerranéens ABH – Moulouya ABH – Sebou ABH – Bouregreg et des côtiers atlantiques de Casablanca ABH – Loukkos, Tangérois et côtiers méditerranéens ABH – Moulouya ABH – Sebou ABH – Bouregreg et des côtiers atlantiques de Casablanca ABH – Oum Er R’bia ABH – Tensift et côtiers d’Essaouira ABH – Souss, Massa ABH – Draa,Oued Noun ABH – Guir, Ziz, Rheriss ABH- Sahara
  • 23. Les huit principaux chantiers structurants en cours
  • 25. Stratégie nationale 2009-2020 : ces ressources hydriques qui vont à vau-l’eau
  • 26. Gestion des risques climatiques Plan National de protection contre les inondations Vu son emplacement géographique, conjugué au contexte de changements climatiques global, le Royaume du Maroc est confronté à une tendance climatique, caractérisée par des épisodes pluvieux courts mais intenses. Ce phénomène climatique cumulé à la croissance démographique, à l’occupation des sols et au développement urbain non contrôlé dans des zones inappropriées engendre de fortes inondations. Face à cette situation, et afin d’atténuer les effets des inondations, un plan d’action basé sur une vision intégrée incluant les priorités et les mesures à prendre notamment les systèmes de détection et d’alerte des risques d’inondations a été mis en place .. Aménagement de protection contre les inondations en cours de réalisation. Plan National de protection contre les inondations Vu son emplacement géographique, conjugué au contexte de changements climatiques global, le Royaume du Maroc est confronté à une tendance climatique, caractérisée par des épisodes pluvieux courts mais intenses. Ce phénomène climatique cumulé à la croissance démographique, à l’occupation des sols et au développement urbain non contrôlé dans des zones inappropriées engendre de fortes inondations. Face à cette situation, et afin d’atténuer les effets des inondations, un plan d’action basé sur une vision intégrée incluant les priorités et les mesures à prendre notamment les systèmes de détection et d’alerte des risques d’inondations a été mis en place ..
  • 27. Le Maroc est caractérisé par un climat fortement contrasté avec un régime pluviométrique et hydrologique dominé par une très forte irrégularité dans le temps et dans l’espace avec l’alternance de périodes pluvieuses et périodes sèches, qui peuvent durer plusieurs années. Selon les dernières évaluations, le potentiel des ressources en eau naturelles au Maroc est estimé à près de 22 milliards de m3/an, réparti en 18 milliards de m3/an d’eaux de surface et 4 milliards de m3/an en eaux souterraines ; soit l’équivalent de près de 700 m3/habitant/an. Pour répondre aux besoins en eau, en croissance continue en raison de l’accroissement démographique, et pour accompagner le développement socio-économique du pays, le Maroc a adopté une politique basée sur la maitrise et la mobilisation des ressources en eau, à travers la réalisation d’infrastructures hydrauliques, visant l’approvisionnement en eau potable des populations, le développement de l’irrigation, l’amélioration de la protection contre les inondations et la valorisation de ces ouvrages hydrauliques par la production hydro-électrique. Toutefois, le secteur de l’eau au Maroc reste confronté à des contraintes majeures liées principalement à la raréfaction des ressources en eau, sous l’effet des changements climatiques, et à l’inadéquation des ressources en eau avec des besoins en eau en croissance continue. Ainsi, dans le cadre des orientations de la Stratégie Nationale de l’Eau et des plans d’action du projet du Plan National de l’Eau (PNE), le recours aux ressources en eau non conventionnelles, notamment la réutilisation des eaux usées épurées, a été considéré comme une alternative de développement de l’offre. Plan de gestion de sécheresse
  • 28. Approvisionnement en eau potable et l’irrigation (2020-2027) Ce programme qui s’étale sur la période 2020-2027 avec un coût de 115.4 Milliards de dirhams repose sur les 5 axes suivants : ‒ le développement de l’offre en eau à travers : • la poursuite de la construction des grands barrages avec l’achèvement des travaux de construction des barrages en cours et le lancement des travaux de 20 nouveaux barrages. La capacité de stockage atteindra 27,3 Milliards de m3 ; • la mise en place de 3 nouvelles stations de dessalement de l’eau de mer; ‒ la gestion de la demande et la valorisation de l’eau portant essentiellement sur : • la poursuite des efforts des opérateurs de distribution de l’eau potable pour l’amélioration des rendements des réseaux de distribution des villes et centres urbains ; • la poursuite de la modernisation des réseaux d’irrigation et de la reconversion collective à l’irrigation localisée ; • la réalisation de l’aménagement hydro-agricole des périmètres irrigués (plaine du Gharb et Saiss);
  • 29. ‒ le renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural moyennant : • la poursuite de la mise en œuvre des programmes déjà engagés pour 160 centres et 10818 douars ; • la mise en place de programmes complémentaires pour 659 centres et 7876 douars; ‒ la réutilisation des eaux usées épurées : notamment pour les 21 projets d’arrosage de Golf répartis dans 45 provinces et couvrant les 12 régions du pays ; ‒ la communication et la sensibilisation : à travers l’adoption d’un plan de communication institutionnelle et le développement d’une campagne de communication pour le changement de comportement visant le grand public. Le pilotage et le suivi du présent programme national seront assurés par : ‒ un comité de pilotage sous la présidence du Chef du Gouvernement ; ‒ un comité technique : présidé par le Ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau. Ce comité technique peut créer des comités thématiques ou des groupes de travail pour l’examen d’une problématique ou un dossier technique spécifique ; ‒ des comités régionaux présidés par les Wali : dont le secrétariat est assuré par les agences de bassins hydrauliques. Il est important de préciser que le programme national pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation 2020-2027, constitue la première phase du projet du Plan National de l’Eau (PNE) 20-50 qui a été présenté à la commission interministérielle de l’eau le 25 Décembre 2019. Ce projet du PNE fixe les actions à engager par les différentes parties prenantes pour les trente années à venir afin d’assurer la sécurité hydrique du pays.
  • 30. Le Plan National de l’Eau Pour consolider les acquis et relever les défis susmentionnés, le Ministère Délégué chargé de l’Eau a élaboré le Plan National de l’Eau, constituant un prolongement des orientations de la la stratégie nationale de l’eau présentée à sa Majesté le 14 avril 2009 à Fès. Les grands principes pris en considération dans l’élaboration des plans d’actions du PNE portent essentiellement sur : la gestion intégrée et concertée de la demande et de la ressource en eau, le renforcement de la sécurité hydrique du pays et l’adaptation aux changements climatiques, la solidarité dans ses diverses dimensions, la promotion de la bonne gouvernance du secteur de l’eau et la recherche de l’efficacité de l’action des acteurs, la recherche de la convergence et la mise en cohérence des programmes sectoriels et la recherche des mécanismes et des moyens de financement du secteur de l’eau combinant les subventions publiques et le recouvrement direct des coûts par les tarifs des services de l’eau. Le PNE est fondé sur trois piliers à savoir : Gestion de la demande en eau et valorisation de l’eau : Dans le domaine de l’eau potable, en plus des objectifs de généralisation de l’accès à l’eau potable, l’amélioration des rendements des réseaux de distribution d’eau potable. Dans le domaine agricole, le prolongement du programme de reconversion à l’irrigation localisée basé sur les objectifs du Plan Maroc Vert (2020) jusqu’à l’horizon 2030.
  • 31. our une meilleure valorisation des ressources en eau, l’accélération du programme d’aménagement hydro-agricole à l’aval des barrages existants ou en cours de réalisation. Développement de l’offre : à travers la poursuite de la mobilisation des eaux de surface par les barrages, la mise en valeur locale des eaux de surface par le biais des petits barrages, le recours aux ressources en eau non conventionnelles notamment le dessalement de l’eau de mer et la réutilisation des eaux usées épurées et la possibilité de transférer l’eau à partir des bassins excédentaires en eau du Nord-Ouest vers les bassins déficitaires du Centre-Ouest. Préservation des ressources en eau, du milieu naturel et adaptation aux changements climatiques par la préservation de la qualité des ressources en eau et la lutte contre la pollution, la protection et la gestion durable des eaux souterraines, l’aménagement et la protection des bassins versants et la sauvegarde et la préservation des zones sensibles notamment les zones humides et les oasis. Dans le cadre de l’adaptation aux changements climatiques et pour une meilleure maîtrise des phénomènes extrêmes, le PNE propose des actions pour la protection contre les inondations et la lutte contre les effets de la sécheresse. Le PNE propose également la poursuite des réformes règlementaires et institutionnelles la révision de la loi sur l’eau 10-95 et son harmonisation avec les lois qui lui sont connexes.
  • 32. Le gouvernement prévoit d'agir dans les prochaines années pour éviter une crise de l'eau à l'avenir. L'un de ses objectifs, construire 100 grands barrages, 1 000 petits barrages et 20 usines de dessalement de l'eau de mer d'ici 2030. Quels sont les solutions pour lutter contre le manque d'eau Il existe des moyens d'économiser l'eau et de prévenir la pénurie d'eau : Gestion durable de l'eau. ... Eau recyclée. ... Lutte contre la pollution et amélioration du traitement des eaux usées. ... Sensibilisation et éducation. Les Solutions De La Gestion De L'eau
  • 33. Quelles sont les solutions de la gestion de l'eau ? Couper le robinet pendant que je me savonne permet d'en consommer encore moins. Installer des réducteurs de débit sur les robinets et les pommeaux de douche, permet de réduire la consommation d'eau de 20 à 50 %. Installer un robinet mitigeur, permet de limiter la consommation d'eau.
  • 35. LOI L’EAU AU MAROC loi 30-15 sur la sécurité des barrages loi 36-15 sur l’Eau
  • 37. bibliographie ARRIFI, EL M. (2009). La gestion intégrée en eau au Maroc: ressources, contraintes et implications sur l’économie d’eau, 77-80. CESE. (2014) . Gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc :Levier fondamental de développement durable EDDAHMOUNY H. & ELBROUMI S. (2019) «Evaluation de l'offre et de la demande des services hydrologiques : cas des services de régulation dans le bassin versant Ourika » Revue du contrôle, de la comptabilité et de l’audit « Numéro 9 : Juin 2019 / Volume 4 : numéro » p : 474 - 496 EL JIHAD, M. (2001) . The water from the mountains and the State power inMorocco : between past and present . Annales de géographie, N° 622(novembre): 665-72. EL MOKADDEM, A & BENCHEKROUN, F. (2016) . La conservation des ressources en eau par la mise en oeuvre de paiements pour services environnementaux dans un bassin versant . Revue des sciences de l’eau / Journal of Water Science 29: 109-17.