Point épidémiologique sur les hépatites Bet C,Focus sur le dépistage86èmerencontre du Crips Île-de-France15 avril 2013C. B...
1) Modes de transmission VHC et VHB2) Principaux chiffres épidémiologiques3) Réservoirs de transmission1) DépistagePlan
Modes de transmission et prévention primaireVHC VHB Mesures prises(hors vaccination VHB)Voie sanguine X XPartage de matéri...
Chiffres-clés en population générale françaiseIndicateurs VHC VHBPrévalenceContact avec le virus 367 000 adultes (anti-VHC...
Prévalence et facteurs de risque du VHC en 2004Source : Meffre et al. J Med Virol 2010, Jauffret-Roustide et al., BMC Infe...
Prévalence et facteurs de risque du VHB en 2004Source : Meffre et al. J Med Virol 2010281 000 adultes AgHBs+ : 0,65%- Pers...
7Quelle est la situation en 2012-2013 ?Diminution de la prévalence du VHC/VHB chez les nouveaux donneurs de sang…..reflète...
Dépistage : généralités• Bénéfice individuel (prise en charge) et collectif (réduction du risque detransmission)• Dépistag...
Le dépistage en chiffresEn 2010, le nombre de testsréalisés dans les laboratoiresfrançais (hors don de sang) estestimé à :...
Qui sont les personnes réalisant un dépistage ?En 2009 (dans le privé) :• Majoritairement des femmes (anti-VHC : 63%, AgHB...
Taux de positivité des tests anti-VHC et AgHBs• En 2010, le taux de positivitédans l’ensemble de laboratoiresfrançais est ...
Qui sont les personnes diagnostiquéespositives ?En 2010 :• Majoritairement des hommes (anti-VHC : 59%, AgHBs : 58%)• Age m...
Circonstances de diagnostic• Pour plus de 50% des personnes diagnostiquées : découvertefortuite (bilan de santé, bilan pré...
Stade clinique au moment du diagnosticStade clinique sévère : cirrhose ou carcinome hépato-cellulaireSources : InVS
Qui sont les personnes non diagnostiquées pour le VHC ? 95 000 personnes infectées chroniques VHC non diagnostiquées(2004...
Qui sont les personnes non diagnostiquées pour le VHB?• Connaissance du statut AgHBs : 45% en 2004 155 000 personnes infe...
Baromètre santé médecins généralistes (2009) :- ≈ 75 % des médecins déclaraient proposer systématiquement le dépistage duV...
Des connaissances de la population générale àrenforcerEnquête KABP auprès de la population générale, 2010Transmission sex...
Messages clefs sur le dépistage deshépatites B et C en France• Augmentation du nombre de sérologies réalisées depuis 2000•...
• Renforcer la proposition de dépistage en direction des personnes migrantes• Renforcer les campagnes d’information  prof...
Próxima SlideShare
Cargando en…5
×

Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et C

1.737 visualizaciones

Publicado el

Intervention de Cecile Brouard (épidémiologiste, InVS) lors de la 86e rencontre du Crips Ile-de-France

Publicado en: Salud y medicina
  • Sé el primero en comentar

  • Sé el primero en recomendar esto

Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et C

  1. 1. Point épidémiologique sur les hépatites Bet C,Focus sur le dépistage86èmerencontre du Crips Île-de-France15 avril 2013C. Brouard, C. Larsen, C. Pioche, M. Jauffret-Roustide, J. Pillonel,A. Velter, F. Lot, C. Semaille
  2. 2. 1) Modes de transmission VHC et VHB2) Principaux chiffres épidémiologiques3) Réservoirs de transmission1) DépistagePlan
  3. 3. Modes de transmission et prévention primaireVHC VHB Mesures prises(hors vaccination VHB)Voie sanguine X XPartage de matériel chezles usagers de drogues(seringues, petit matériel,pipes à crack)Politique de réduction desrisques dès le milieu desannées 90 (programmed’échange de seringue,traitement substitutif auxopiacés …)Produits sanguinscontaminésAnti-VHC (1991), DGV(2001)AgHBs (1986), DGV(2010)Sélection des donneurs etdépistage des dons desangVoie sexuelle rare X Campagnes depréventionActes de soins Renforcement desprécautions universellesVoie materno-fœtale X (<5%) X Dépistage obligatoire del’AgHBs en cours degrossesse (1992) /sérovaccinationnaissanceAutres (intrafamilial,tatouage, piercing)X X Dépistage recommandéde l’entouragePrincipal mode detransmission du VHCRôle important jusqu’à lafin des années 90Principal mode detransmission du VHBTrès rare pour les enfantsnés en FranceRisque extrêmement faible :1 don infecté par le VHB / anet 1 don infecté par le VHCtous les 4 ansSources : InVS-EFS-INTS: J. Pillonel
  4. 4. Chiffres-clés en population générale françaiseIndicateurs VHC VHBPrévalenceContact avec le virus 367 000 adultes (anti-VHC+)= 0,84%3 173 000 adultes (anti-HBc+) = 7,3%Portage chronique 230 000 adultes (ARN VHC+)= 0,53%281 000 adultes (AgHBs+)= 0,65%Incidence ~ 2500 cas / anMortalité 2600 1300Sources : Meffre et al., J Med Virol 2010 ; Antona et al., BEH 2009 ; Péquignot et al., BEH 2008
  5. 5. Prévalence et facteurs de risque du VHC en 2004Source : Meffre et al. J Med Virol 2010, Jauffret-Roustide et al., BMC Infectious Diseases 2009367 000 adultes anti-VHC+ : 0,84%- Personnes nées dans un pays d’endémicité VHCMoyenne : 1,7%• Afrique du Nord : 1,1%• Afrique sub-saharienne : 3,1%• Asie : 1,4%Forte (Moyen Orient) : 10%- ATCD de transfusion avant 1992 : 3,7%- Usage de drogues par voie IV : 56%Population générale~ 1/4~ 1/4> 1/3> 1/3~ 1/4~ 1/4Usagers de droguesPrévalence anti-VHC : 59,8%
  6. 6. Prévalence et facteurs de risque du VHB en 2004Source : Meffre et al. J Med Virol 2010281 000 adultes AgHBs+ : 0,65%- Personnes nées dans un pays de forte endémicité VHB : 4% Afrique sub-saharienne : 5,3% Asie : 0,9%- ATCD de transfusion <1992 : 1,4%- Usage de drogues par voie IV : 1,9%Population générale
  7. 7. 7Quelle est la situation en 2012-2013 ?Diminution de la prévalence du VHC/VHB chez les nouveaux donneurs de sang…..reflète la diminution de la prévalence en population généraleVHCAg HBsSource : J. PilloneI (InVS), INTS, EFS, CTSATauxp.10000nouveauxdonneurs1101001992 1997 2002 2007 2011
  8. 8. Dépistage : généralités• Bénéfice individuel (prise en charge) et collectif (réduction du risque detransmission)• Dépistage obligatoire de l’AgHBs en cours de grossesse (1992)• Recommandations : dépistage VHC et VHB ciblé sur les personnes à risque (ANAES2001, Calendrier vaccinal)– Usagers de drogues, personnes originaires de zones de forte endémie VHC/VHB, ATCDde transfusion avant 1992, entourage personnes infectées….• Méthodes : recherche sur prélèvement veineux– VHC : anticorps anti-VHC (remboursée à 100%)– VHB : 3 stratégies recommandées par la HAS (2011)• Recherche des 3 marqueurs : AgHBs, Ac anti-HBc et Ac anti-HBs• Recherche des Ac anti-HBc et anti-HBs• Recherche de l’AgHBs et des Ac anti-HBs• Lieux : laboratoires, CDAG, structures d’accueil des usagers de drogues (CSAPA) etdes personnes migrantes ou en situation de précarité sociale (consultations PASS,Médecins du Monde, Comède…)Sources : ANAES, 2001 ; Calendrier vaccinal, BEH 2012 ; HAS, 20112 marqueursremboursés à65%
  9. 9. Le dépistage en chiffresEn 2010, le nombre de testsréalisés dans les laboratoiresfrançais (hors don de sang) estestimé à :– Ac anti-VHC : 3,4 millions– AgHBs : 3,4 millionsSources : Biolam, SNIIRAM, CNAMTS, Exploitation :InVS ; Brouard et al., BEH (sous presse)2/3 des tests dans les laboratoiresprivés
  10. 10. Qui sont les personnes réalisant un dépistage ?En 2009 (dans le privé) :• Majoritairement des femmes (anti-VHC : 63%, AgHBs : 69%), plus jeunes que leshommes• Jeunes : < 40 ans– Ac anti-VHC : 44% (hommes), 66% (femmes)– AgHBs : 45% (hommes), 74% (femmes)Sources : Biolam, SNIIRAM, CNAMTS, Exploitation : InVS
  11. 11. Taux de positivité des tests anti-VHC et AgHBs• En 2010, le taux de positivitédans l’ensemble de laboratoiresfrançais est estimé à :– Ac anti-VHC : 0,9%– AgHBs : 0,7%• Proche de la séroprévalenceestimée en 2004 (0,84% et0,65%) dépistage insuffisamment cibléSources : InVS ; Brouard et al., BEH (sous presse)
  12. 12. Qui sont les personnes diagnostiquéespositives ?En 2010 :• Majoritairement des hommes (anti-VHC : 59%, AgHBs : 58%)• Age médian– Ac anti-VHC : 45 ans (hommes), 53 ans (femmes)– AgHBs : 36 ans (hommes et femmes)Sources : Brouard et al., BEH (sous presse)
  13. 13. Circonstances de diagnostic• Pour plus de 50% des personnes diagnostiquées : découvertefortuite (bilan de santé, bilan pré-transfusionnel, don du sang)Sources : InVS
  14. 14. Stade clinique au moment du diagnosticStade clinique sévère : cirrhose ou carcinome hépato-cellulaireSources : InVS
  15. 15. Qui sont les personnes non diagnostiquées pour le VHC ? 95 000 personnes infectées chroniques VHC non diagnostiquées(2004)Sources : Delarocque-Astagneau 2010 ; Meffre, 2010 ; Jauffret-Roustide, 200973 % dansCoquelicot2004>1/3>1/3
  16. 16. Qui sont les personnes non diagnostiquées pour le VHB?• Connaissance du statut AgHBs : 45% en 2004 155 000 personnes infectées chroniques VHB non diagnostiquéesSources : Meffre, 2010
  17. 17. Baromètre santé médecins généralistes (2009) :- ≈ 75 % des médecins déclaraient proposer systématiquement le dépistage duVHC et du VHB aux usagers de drogues (IV ou nasale)- 60% déclaraient proposer systématiquement le dépistage VHC aux personnestransfusées avant 1992-Mais seulement :- 39% pour les personnes nées dans un pays de forte endémicité VHB- 62% pour l’entourage d’un patient AgHBs +Des pratiques de dépistage insuffisantesSources : Baromètre médecins généralistes, A. Gautier, BEHweb 2011
  18. 18. Des connaissances de la population générale àrenforcerEnquête KABP auprès de la population générale, 2010Transmission sexuelle méconnue– VHB : 30%– VIH <1%Source : KABP 2010, C. Brouard, BEH 2012
  19. 19. Messages clefs sur le dépistage deshépatites B et C en France• Augmentation du nombre de sérologies réalisées depuis 2000• 250 000 personnes sont infectées chroniques par le VHC ou le VHB etl’ignorent (estimation 2004)– en partie des personnes nées en zone de moyenne ou forte endémicité– ces personnes constituent un réservoir de transmission• Perte de chance pour les personnes non dépistées compte tenu desavancées thérapeutiques• Recommandations anciennes (2001) qui ciblent les populations à risque• Des pratiques de dépistage déclarées par les MG insuffisantes (migrants)• La population générale ne connaît pas bien la problématique deshépatites
  20. 20. • Renforcer la proposition de dépistage en direction des personnes migrantes• Renforcer les campagnes d’information  professionnels de santé etpopulation générale• Faut-il évoluer vers un modèle de dépistage universel ou un dépistage« générationnel »* ? À évaluer• Déterminer la place des tests rapides (TROD) des hépatites dans la stratégiede dépistage Acceptabilité du dépistage dans des populations difficiles d’accès (UD, migrantsdans les foyers, personnes détenues ou en situation de prostitution) Tests en cours de validation Travail de réactualisation des recommandations de dépistage àréaliserPistes d’amélioration* aux USA : dépistage pour le VHC de l’ensemble des personnes nées 1945-1965

×