Colonial Hell in Africa

E
Editions La DondaineEditions La Dondaine

In 1959-60, Lorraine Hansberry was exploring the genocidal colonial situation in Black Africa, mostly the ex-Belgian Congo that was still Belgian then. The diagnosis was catastrophic and deprived of any hope whatsoever. Have things changed? Has the West changed polilcies? My question. Your answer. Robert Nemiroff collected three plays, two dealing with the Black Curse in America: Les Blancs and the brutal European colonization of Africa, and we know the end of it; The Drinking Gourd and the curse of slavery for both the slaves and the slaveowners at the beginning of the Civil War, and we know the end of it; What Use Are Flowers and the curse of humanity before, during and after a nuclear cataclysm, or should we call it a nuclear Holocaust? And we know the end of it. Right now there is like a revival of Lorraine Hansberry’s plays in the USA, on Broadway particularly. The fourth play on this curse of the Blacks in America or elsewhere in the world, and the curse of humanity under the mismanagement of the Western Whites, is the M.L.Kingian dream of the Black hard-working working-class being able to move from the ghetto to a white neighborhood is not included. It is A Raisin in the Sun, and that dream could only be a dream in 1959. No way, in this direction, desegregating neighborhoods.

Colonial Hell in Africa
LORRAINE
HANSBERRY
LES BLANCS 1970
This play came out in an extra-particular period for the world, and first of all for Africa. In 1970
North Africa, Saharan Africa (apart from Spanish Morocco), and Central Africa including the ex-
Belgian Congo were independent. The only colonies that were left then were the Spanish and
Portuguese colonies, and of course, Rhodesia and South Africa were in a strange situation, since
they became independent under white violent colonial leadership at first imposing some kind of
total rejection of the black population, known as apartheid in South Africa.
But so, from Angola and Mozambique down to South Africa, everything remained to be
conquered, independence, majority rule, Black leadership, equality, etc. The Portuguese
Revolution happened in 1974 and Franco died in 1975, and their colonies were finally granted their
independence. Zimbabwe became independent in 1980, meaning ruled by the Black majority
population. South Africa had to wait some more and in 1990 the transition could start after the
liberation of Nelson Mandela.
Then, in 1970, this play was speaking very directly either about the last, white-governed,
African colonies or semi-colonies, or it was alluding to a slightly older period, like for example, the
ex-Belgian Congo liberated in 1960 under Patrice Lumumba with a certain Moise Tshombe being
the leader from Katanga, the vasty southern region of the future Democratic Republic of Congo
rich in copper. Lumumba was assassinated and the country entered a long history of chaotic
political neo-colonial situation with a lot of military upheavals and civil strife if not war.
Let’s say that in this play the black country concerned is still entirely colonized and thus the
play alludes to a situation that is only marginally true in 1970. Note right away that the two forces
referred to in this play are the Whites, divided between the military force that supports a completely
white power situation, and the Christian good-doing various personnel in health and education that
provide the Blacks with inferior health and school systems. On the side of the Blacks, you have,
within one family, slightly enlarged to a village, those who want independence and want to conquer
it by military force, then those who accept to live subserviently under total white control, including
violence from these Whites, and finally those who believe in the possibility to discuss and
negotiate, and are of course the fools of the story, ending up dead or in prison. This is to say that
this play has tremendously aged. Africa is no longer this, far from it.
The three black stances are represented by the three “brothers” of one family, the Matoseh
family. Abioseh Matoseh carries the name of the father of the family and is the one who believes
there can be some coexistence and evolution, though as the eldest son carrying the name of the
father, he is considered the continuator of his father’s peaceful management of this explosive
situation. The second son is Tshembe Matoseh who represents the desire to get out of Africa and
move to England where he has married a European wife and has had a child with her. He is only
visiting in this play and plans to go back to his European family. The third son is an absolute
caricature of the evil effects of colonialism, the foolish hybridization of cultures, languages, and
genes, which makes the future necessarily, deeply, and psychologically, if not psychiatrically,
sexually perverse – the whites on top and the black underneath satisfying all the desires and
impulses of the whites (I will refrain from telling what I saw in Kinshasa’s Ngiri Ngiri secondary,
school and the city, in 1968, the same period as the play, though officially in an independent Zaire
led by Sese Seko Mobutu). Eric is his first and Christian name. He is not carrying the family name,
and he is thus only Eric, even in the list of characters, which is surprising since the mother is the
central character, with her elder or eldest brother, in the composition and authority of an African
family. Eric is the son of the mother of the family and Major George Rice, the commander of the
military unit in the region. This child, this son not carrying the family name, but carrying a Christian
European first name, is used as a servant, in fact, a subservient servant, not to say slave. He is a
mixed-blood individual. You can imagine the situation of total alienation. He was the result of a
non-consensual relationship between the mother and the local military commander, in other words,
a plain rape, maybe covered up with the concept of hospitality. He is of course not wearing the
good black color like his brothers since he is partly white and can then be used by all Europeans
as some kind of intimate valet if the white males so desire.
One character is totally missing in this situation. Authority in an African family comes from the
brother of the mother, hence the maternal uncle for the children, and this maternal uncle is
missing. The official black man who represents independence that has to be attained through
negotiation is put in prison, in the capital city. He is Kumalo. The more or less subservient blacks
who want a peaceful change, which is no change at all, would like Kumalo to denounce what they
call “the terror,” meaning the violent action of the independence supporters. Kumalo refuses
because that would reduce his possible negotiating power. In this situation, Eric takes the lead in
the insurgency, bringing together his frustration as a black man who wants to control his situation,
and that of the country, and on the other hand his deeper frustration and psychological, social, and
racial alienation that leads him to the blacks against the whites and not the reverse since as a
“white” man he is rejected by the whites and is at most considered as a social toy, not to say
sexual toy, an eternal child with whom the whites can play freely as some kind of pleasure
dispenser.
Of course, today in our globalized world, a third force has developed enough after the failure of
the Non-Aligned Movement under the Cold War, and this force is not led by one country or one
person, but by a whole set of alliances that only contain China as a main member. BRICS, ASEAN,
SCO, BRI, and some others that are more recent and less obvious for Western minds, like the
alliance of Turkic-speaking countries under the leadership of Turkey that has managed to bring
most of the Turkic-language-speaking Central Asian countries and a few more together.
“Turkic languages are distributed over a vast area in eastern Europe and Central and
North Asia, ranging, with some interruptions, from the Balkans to the Great Wall of China and
from central Iran (Persia) to the Arctic Ocean. The core area, between the 35th and 55th
parallels, includes a western section comprising Asia Minor, northern Iran, and Transcaucasia,
a central West Turkistan (Russian) section to the east of the Caspian Sea, and an East
Turkistan (Chinese) section beyond the Tien Shan. The northern area extends from western
Russia to northern Siberia. States in which Turkic languages are spoken include Turkey,
Russia, Azerbaijan, northern Cyprus, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Turkmenistan, Uzbekistan,
China, Iran, Afghanistan, Iraq, Bulgaria, Bosnia, and Herzegovina, Greece, Romania,
Lithuania, and, because of recent industrial migration, several western European countries.”
(https://www.britannica.com/topic/Turkic-languages)
We should of course add Estonia, Finland, and Sami land. They speak agglutinative Turkic
languages. Hungary is the last country with an official agglutinative Turkic language, but its
existence is the result of recent migration in Europe itself. Note the role of Turkey in trying to boost
an alliance of Turkic states.
“The Organization of Turkic States (OTS), formerly called the Turkic Council or the
Cooperation Council of Turkic Speaking States, is an intergovernmental organization
comprising prominent independent Turkic countries: Azerbaijan, Kazakhstan, Kyrgyzstan,
Turkey, and Uzbekistan.”
(https://en.wikipedia.org/wiki/Organization_of_Turkic_States#:~:text=The%20Organization%20
of%20Turkic%20States,%2C%20Kyrgyzstan%2C%20Turkey%20and%20Uzbekistan.)
This leads me to the simple conclusion that this play has aged too much to be in any way
really pertinent in the 21st
century. It can at best have some pertinence in the USA and for the
black community there. The Rest of the world is beyond this vision that is entirely centered on the
West and their colonial crimes. Today the world wants to get beyond this retrospective and
retrograde approach, even if it has to reject or contain the West.
Dr. Jacques COULARDEAU
VERSION
FRANÇAISE
Cette pièce est sortie dans une période ultra-particulière pour le monde, et d'abord pour l'Afrique. En
1970, l'Afrique du Nord, l'Afrique saharienne (hors Maroc espagnol), l'Afrique centrale y compris l'ex-Congo
belge étaient indépendantes. Les seules colonies qui restaient alors étaient les colonies espagnoles et
portugaises, et bien sûr la Rhodésie et l'Afrique du Sud étaient dans une situation étrange, puisqu'elles
étaient devenues indépendantes sous la direction coloniale violente des colons blancs imposant d'abord une
sorte de rejet total de la population noire, connue sous le nom d'apartheid en Afrique du Sud.
Mais ainsi, de l'Angola et du Mozambique jusqu'à l'Afrique du Sud, tout restait à conquérir,
indépendance, règle de la majorité, rôle dirigeant des noirs et égalité raciale, etc. La Révolution portugaise a
eu lieu en 1974 et Franco est mort en 1975, et leurs colonies ont finalement obtenu leur indépendance. Le
Zimbabwe est devenu indépendant en 1980, c'est-à-dire gouverné par la population à majorité noire.
L'Afrique du Sud dut attendre encore et en 1990 la transition put commencer après la libération de Nelson
Mandela.
Donc en 1970, cette pièce parlait très directement soit des dernières colonies ou semi-colonies
africaines gouvernées par les blancs, soit elle faisait allusion à une période un peu plus ancienne, comme
par exemple l'ex-Congo belge libéré en 1960 sous Patrice Lumumba avec un certain Moise Tshombe issu
du Katanga, la vaste région sud de la future République Démocratique du Congo riche en cuivre. Lumumba
a été assassiné et le pays est entré dans une longue histoire de situations politiques néocoloniales
chaotiques avec beaucoup de turbulence militaire et de troubles civils, voire de guerre.
Disons que dans cette pièce le pays noir concerné est encore entièrement colonisé et donc la pièce fait
allusion à une situation qui n'est que marginalement vraie en 1970. Notons tout de suite que les deux forces
dont il est question dans cette pièce sont les Blancs, répartis entre les militaires qui soutiennent une situation
de pouvoir complètement blanc, et les chrétiens bienfaisants parmi divers personnels de la santé et de
l'éducation qui fournissent aux Noirs des systèmes de santé et scolaire en-dessous de la normale, même en
1970. Du côté des Noirs, vous avez, au sein d'une même famille, légèrement élargie à un village, ceux qui
veulent l'indépendance et veulent la conquérir par la force militaire, puis ceux qui acceptent de vivre
servilement sous le contrôle total des Blancs, y compris la violence de ces Blancs , et enfin ceux qui croient
en la possibilité de discuter et de négocier, et qui sont bien sûr les fous de l'histoire, finissant morts ou en
prison. C'est dire que cette pièce a énormément vieilli. L'Afrique n'est plus cela, loin de là.
Les trois postures noires sont représentées par les trois « frères » d'une même famille, la famille
Matoseh. Abioseh Matoseh porte le prénom du père de la famille et est celui qui croit qu'il peut y avoir
coexistence et évolution, bien qu'en tant que fils aîné portant le nom du père, il soit considéré comme le
continuateur de la gestion pacifique de cet explosive situation comme le voulait son père. Le deuxième fils
est Tshembe Matoseh qui représente le désir de sortir d'Afrique et de partir en Angleterre où il a épousé une
femme européenne et a eu un enfant d'elle. Il est seulement en visite dans cette pièce et envisage de
retourner dans sa famille européenne. Le troisième fils est une caricature absolue des méfaits du
colonialisme, l'hybridation insensée des cultures, des langues et des gènes, qui rend l'avenir
nécessairement, profondément, et psychologiquement, sinon psychiatriquement, sexuel et pervers – les
blancs au-dessus et les noirs en-dessous satisfaisant tous les désirs et pulsions des blancs (Je
m'abstiendrai de raconter ce que j'ai vu au lycée Ngiri Ngiri de Kinshasa et dans la ville, en 1968, à la même
époque que la pièce, bien qu'officiellement dans un Zaïre indépendant dirigé par Sese Seko Mobutu. Eric est
son prénom et son seul nom. Il ne porte pas le nom de sa famille, et il n'est donc qu'Eric, même dans la liste
des personnages, ce qui est surprenant puisque la mère est le personnage central, avec son frère aîné,
dans la composition et l'autorité d'une famille africaine. Eric est le fils de la mère de famille et du major
George Rice, le commandant de l'unité militaire de la région. Cet enfant, ce fils ne portant pas le nom de sa
famille, mais portant un prénom chrétien européen, est utilisé comme serviteur, en fait un serviteur servile,
pour ne pas dire esclave. C'est un individu de sang mêlé. Vous pouvez imaginer sa situation d'aliénation
totale. Il était le résultat d'une relation non consensuelle, qui ne pouvait pas être consensuelle, entre la mère
et le commandant militaire local, en d'autres termes un viol pur et simple, peut-être masqué par la notion
d'hospitalité. Cet Eric ne porte bien sûr pas la bonne couleur noire comme ses frères puisqu'il est en partie
blanc et peut alors être utilisé par tous les Européens comme une sorte de valet intime, si les mâles blancs
le désirent.
Mais un personnage manque totalement à cette situation. L'autorité dans une famille africaine vient du
frère de la mère, donc de l'oncle maternel pour les enfants, et cet oncle maternel est absent. L'homme noir
officiel qui représente l'indépendance qui doit être obtenue par la négociation est mis en prison, dans la
capitale. C’est Kumalo. Les Noirs plus ou moins serviles qui veulent un changement pacifique, qui n'en est
pas un, voudraient que Kumalo dénonce ce qu'ils appellent « la terreur », c'est-à-dire l'action violente des
indépendantistes. Kumalo refuse car cela réduirait son éventuel pouvoir de négociation. Dans cette situation,
Eric prend la tête de l'insurrection, réunissant sa frustration d'homme noir qui veut contrôler sa situation, et
celle du pays, et d'autre part sa frustration plus profonde et l'aliénation psychologique, sociale et raciale qui
le conduit du côté des noirs contre les blancs et non l'inverse puisqu'en tant qu'homme "blanc" il est rejeté
par les blancs et est tout au plus considéré comme un jouet social, pour ne pas dire sexuel, un éternel
enfant avec qui les blancs peuvent jouer librement comme une sorte de dispensateur de plaisir.
Bien sûr, aujourd'hui dans notre monde globalisé, une troisième force s'est suffisamment développée
après l'échec du Mouvement des non-alignés sous la guerre froide, et cette force n'est pas dirigée par un
pays, ou une personne, mais par tout un ensemble d'alliances qui toutes contiennent la Chine comme
membre principal. BRICS, ASEAN, SCO, BRI et quelques autres plus récentes et moins évidentes pour les
esprits occidentaux, comme l'alliance des pays turkiques sous la direction de la Turquie qui a réussi à
rassembler la plupart des pays turkiques (qui parlent des langues turkiques, et pas le Turc en tant que tel)
d'Asie centrale et quelques autres.
« Les langues turkiques sont réparties sur une vaste zone en Europe orientale et en Asie centrale
et du Nord, allant, avec quelques interruptions, des Balkans à la Grande Muraille de Chine et du centre
de l'Iran (Perse) à l'océan Arctique. La zone centrale, entre les 35e et 55e parallèles, comprend une
section occidentale comprenant l'Asie Mineure, le nord de l'Iran et la Transcaucasie, une section
centrale du Turkestan occidental (russe) à l'est de la mer Caspienne et une section du Turkestan
oriental (chinois) au-delà le Tian Shan. La zone nord s'étend de l'ouest de la Russie au nord de la
Sibérie. Les États dans lesquels les langues turkiques sont parlées comprennent la Turquie, la Russie,
l'Azerbaïdjan, le nord de Chypre, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Turkménistan, l'Ouzbékistan, la
Chine, l'Iran, l'Afghanistan, l'Irak, la Bulgarie, la Bosnie-Herzégovine, la Grèce, la Roumanie, la Lituanie
et, du fait de la migration industrielle récente, plusieurs pays d'Europe occidentale.
(https://www.britannica.com/topic/Turkic-languages)
Il faut bien sûr ajouter l'Estonie, la Finlande et la terre Saami. Ils parlent des langues turkiques
agglutinantes. La Hongrie est le dernier pays à avoir une langue turkique agglutinante officielle, mais son
existence est le résultat d'une migration récente en Europe même. Notez le rôle de la Turquie essayant de
stimuler une alliance d'États turkiques.
"L'Organisation des États turkiques (OTS), anciennement appelée Conseil turkique ou Conseil de
coopération des États turkiques, est une organisation intergouvernementale comprenant d'éminents
pays turkiques indépendants : l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Turquie et l'Ouzbékistan."
(https://en.wikipedia.org/wiki/Organization_of_Turkic_States#:~:text=The%20Organization%20of%20Tu
rkic%20States,%2C%20Kyrgyzstan%2C%20Turkey%20and%20Uzbekistan)
Cela m'amène à la simple conclusion que cette pièce a trop vieilli pour être vraiment pertinente au 21ème
siècle. Cela peut au mieux avoir une certaine pertinence aux États-Unis, et pour la communauté noire là-
bas. Le reste du monde est au-delà de cette vision entièrement centrée sur l’Occident (l’ouest) et ses crimes
coloniaux. Aujourd'hui, le monde veut dépasser cette approche rétrospective et rétrograde, même s'il doit
rejeter ou contenir l'Occident, l’Ouest vu en opposition au Reste.
Docteur Jacques COULARDEAU

Recomendados

Histoire générale de l'Afrique : du XI au XVI siècle - IV por
Histoire générale de l'Afrique : du XI au XVI siècle - IVHistoire générale de l'Afrique : du XI au XVI siècle - IV
Histoire générale de l'Afrique : du XI au XVI siècle - IVanattaembe
5.4K vistas797 diapositivas
Pour un monde sans racisme por
Pour un monde sans racismePour un monde sans racisme
Pour un monde sans racismeEstrella Robres Miró
5.7K vistas13 diapositivas
Violence révolutionnaire et construction de l’imaginaire politique chez Frant... por
Violence révolutionnaire et construction de l’imaginaire politique chez Frant...Violence révolutionnaire et construction de l’imaginaire politique chez Frant...
Violence révolutionnaire et construction de l’imaginaire politique chez Frant...AJHSSR Journal
16 vistas10 diapositivas
La critique littéraire sur la vie africaine por
La critique littéraire sur la vie africaineLa critique littéraire sur la vie africaine
La critique littéraire sur la vie africainePublie
643 vistas4 diapositivas
Catastrophic American Imperialism por
Catastrophic American ImperialismCatastrophic American Imperialism
Catastrophic American ImperialismEditions La Dondaine
84 vistas6 diapositivas
Le Congo, pourra-t-il exporter la paix au Rwanda por
Le Congo, pourra-t-il exporter la paix au RwandaLe Congo, pourra-t-il exporter la paix au Rwanda
Le Congo, pourra-t-il exporter la paix au RwandaPersoonlijke studie teksten
23 vistas39 diapositivas

Más contenido relacionado

Similar a Colonial Hell in Africa

Histoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VI por
Histoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VIHistoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VI
Histoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VIanattaembe
2.1K vistas915 diapositivas
Plaidoyer pour le livre brillant de Jean Baptiste Duroselle, L'Europe : une h... por
Plaidoyer pour le livre brillant de Jean Baptiste Duroselle, L'Europe : une h...Plaidoyer pour le livre brillant de Jean Baptiste Duroselle, L'Europe : une h...
Plaidoyer pour le livre brillant de Jean Baptiste Duroselle, L'Europe : une h...Muhammad Shamsaddin Megalommatis
5 vistas4 diapositivas
Le territoire por
Le territoireLe territoire
Le territoireUPIM
623 vistas4 diapositivas
Histoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - III por
Histoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - IIIHistoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - III
Histoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - IIIanattaembe
1.9K vistas932 diapositivas
Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu... por
Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu...Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu...
Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu...Marguerite Gallorini
1K vistas127 diapositivas
South2Freedom, Calhoun versus Morrison por
South2Freedom, Calhoun versus MorrisonSouth2Freedom, Calhoun versus Morrison
South2Freedom, Calhoun versus MorrisonEditions La Dondaine
21 vistas16 diapositivas

Similar a Colonial Hell in Africa(20)

Histoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VI por anattaembe
Histoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VIHistoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VI
Histoire générale de l'Afrique : XIX siècle - VI
anattaembe2.1K vistas
Le territoire por UPIM
Le territoireLe territoire
Le territoire
UPIM623 vistas
Histoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - III por anattaembe
Histoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - IIIHistoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - III
Histoire générale de l'Afrique : du VII au XI siècle - III
anattaembe1.9K vistas
Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu... por Marguerite Gallorini
Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu...Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu...
Le rôle du Chicago Defender et du National Herald dans l'adaptation des commu...
L'argot por nivolasy
L'argotL'argot
L'argot
nivolasy1.5K vistas
Aux origines du discours francophone por Paula Nogueira
Aux origines du discours francophoneAux origines du discours francophone
Aux origines du discours francophone
Paula Nogueira130 vistas
Histoire générale de l'Afrique : L'Afrique sous domination coloniale 1880 - 1... por anattaembe
Histoire générale de l'Afrique : L'Afrique sous domination coloniale 1880 - 1...Histoire générale de l'Afrique : L'Afrique sous domination coloniale 1880 - 1...
Histoire générale de l'Afrique : L'Afrique sous domination coloniale 1880 - 1...
anattaembe5.6K vistas
Emeutes de Deido : critique philosophique por Edouard TAMBA
Emeutes de Deido : critique philosophiqueEmeutes de Deido : critique philosophique
Emeutes de Deido : critique philosophique
Edouard TAMBA967 vistas
Aimé césaire biographie por noctambule
Aimé césaire biographieAimé césaire biographie
Aimé césaire biographie
noctambule3.6K vistas
Islamisation por Toorop
IslamisationIslamisation
Islamisation
Toorop935 vistas
Ghetto au maquis Allos por NadineHG
Ghetto au maquis Allos Ghetto au maquis Allos
Ghetto au maquis Allos
NadineHG130 vistas
Revue Safara numéros 9 et 10 - 2011 por laracugb
Revue Safara numéros 9 et 10 - 2011Revue Safara numéros 9 et 10 - 2011
Revue Safara numéros 9 et 10 - 2011
laracugb8.8K vistas
Article la soul et le funk urban culture por Aude4159
Article la soul et le funk   urban cultureArticle la soul et le funk   urban culture
Article la soul et le funk urban culture
Aude4159442 vistas

Más de Editions La Dondaine

LES DOMPTEURS DE L’AVENIR por
LES DOMPTEURS DE L’AVENIRLES DOMPTEURS DE L’AVENIR
LES DOMPTEURS DE L’AVENIREditions La Dondaine
3 vistas4 diapositivas
Homo Naledi Meets Silvia Ferrara por
Homo Naledi Meets Silvia FerraraHomo Naledi Meets Silvia Ferrara
Homo Naledi Meets Silvia FerraraEditions La Dondaine
4 vistas5 diapositivas
300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITING por
300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITING300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITING
300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITINGEditions La Dondaine
7 vistas30 diapositivas
CONTINUOUS LINGUISTIC PHYLOGENY por
CONTINUOUS LINGUISTIC PHYLOGENYCONTINUOUS LINGUISTIC PHYLOGENY
CONTINUOUS LINGUISTIC PHYLOGENYEditions La Dondaine
3 vistas6 diapositivas
FREEZING COLD WAR FOLLIES por
FREEZING COLD WAR FOLLIESFREEZING COLD WAR FOLLIES
FREEZING COLD WAR FOLLIESEditions La Dondaine
3 vistas3 diapositivas
Forgotten is not lost por
Forgotten is not lostForgotten is not lost
Forgotten is not lostEditions La Dondaine
4 vistas8 diapositivas

Más de Editions La Dondaine(20)

300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITING por Editions La Dondaine
300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITING300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITING
300,000 (AT LEAST) YEARS FOR HOMO SAPIENS TO DEVELOP WRITING
Salome, an Obsessive Compulsive Myth, from Oscar Wilde to Richard Strauss por Editions La Dondaine
Salome, an Obsessive Compulsive Myth, from Oscar Wilde to Richard StraussSalome, an Obsessive Compulsive Myth, from Oscar Wilde to Richard Strauss
Salome, an Obsessive Compulsive Myth, from Oscar Wilde to Richard Strauss
THE BLACK SLAVERY HOLOCAUST WITHIN TODAY’S ISLAMOPHOBIA por Editions La Dondaine
THE BLACK SLAVERY HOLOCAUST WITHIN TODAY’S ISLAMOPHOBIATHE BLACK SLAVERY HOLOCAUST WITHIN TODAY’S ISLAMOPHOBIA
THE BLACK SLAVERY HOLOCAUST WITHIN TODAY’S ISLAMOPHOBIA

Colonial Hell in Africa

  • 2. LORRAINE HANSBERRY LES BLANCS 1970 This play came out in an extra-particular period for the world, and first of all for Africa. In 1970 North Africa, Saharan Africa (apart from Spanish Morocco), and Central Africa including the ex- Belgian Congo were independent. The only colonies that were left then were the Spanish and Portuguese colonies, and of course, Rhodesia and South Africa were in a strange situation, since they became independent under white violent colonial leadership at first imposing some kind of total rejection of the black population, known as apartheid in South Africa. But so, from Angola and Mozambique down to South Africa, everything remained to be conquered, independence, majority rule, Black leadership, equality, etc. The Portuguese Revolution happened in 1974 and Franco died in 1975, and their colonies were finally granted their independence. Zimbabwe became independent in 1980, meaning ruled by the Black majority population. South Africa had to wait some more and in 1990 the transition could start after the liberation of Nelson Mandela. Then, in 1970, this play was speaking very directly either about the last, white-governed, African colonies or semi-colonies, or it was alluding to a slightly older period, like for example, the ex-Belgian Congo liberated in 1960 under Patrice Lumumba with a certain Moise Tshombe being the leader from Katanga, the vasty southern region of the future Democratic Republic of Congo rich in copper. Lumumba was assassinated and the country entered a long history of chaotic political neo-colonial situation with a lot of military upheavals and civil strife if not war. Let’s say that in this play the black country concerned is still entirely colonized and thus the play alludes to a situation that is only marginally true in 1970. Note right away that the two forces referred to in this play are the Whites, divided between the military force that supports a completely white power situation, and the Christian good-doing various personnel in health and education that provide the Blacks with inferior health and school systems. On the side of the Blacks, you have, within one family, slightly enlarged to a village, those who want independence and want to conquer it by military force, then those who accept to live subserviently under total white control, including violence from these Whites, and finally those who believe in the possibility to discuss and negotiate, and are of course the fools of the story, ending up dead or in prison. This is to say that this play has tremendously aged. Africa is no longer this, far from it. The three black stances are represented by the three “brothers” of one family, the Matoseh family. Abioseh Matoseh carries the name of the father of the family and is the one who believes there can be some coexistence and evolution, though as the eldest son carrying the name of the father, he is considered the continuator of his father’s peaceful management of this explosive situation. The second son is Tshembe Matoseh who represents the desire to get out of Africa and move to England where he has married a European wife and has had a child with her. He is only visiting in this play and plans to go back to his European family. The third son is an absolute caricature of the evil effects of colonialism, the foolish hybridization of cultures, languages, and genes, which makes the future necessarily, deeply, and psychologically, if not psychiatrically, sexually perverse – the whites on top and the black underneath satisfying all the desires and impulses of the whites (I will refrain from telling what I saw in Kinshasa’s Ngiri Ngiri secondary, school and the city, in 1968, the same period as the play, though officially in an independent Zaire led by Sese Seko Mobutu). Eric is his first and Christian name. He is not carrying the family name, and he is thus only Eric, even in the list of characters, which is surprising since the mother is the
  • 3. central character, with her elder or eldest brother, in the composition and authority of an African family. Eric is the son of the mother of the family and Major George Rice, the commander of the military unit in the region. This child, this son not carrying the family name, but carrying a Christian European first name, is used as a servant, in fact, a subservient servant, not to say slave. He is a mixed-blood individual. You can imagine the situation of total alienation. He was the result of a non-consensual relationship between the mother and the local military commander, in other words, a plain rape, maybe covered up with the concept of hospitality. He is of course not wearing the good black color like his brothers since he is partly white and can then be used by all Europeans as some kind of intimate valet if the white males so desire. One character is totally missing in this situation. Authority in an African family comes from the brother of the mother, hence the maternal uncle for the children, and this maternal uncle is missing. The official black man who represents independence that has to be attained through negotiation is put in prison, in the capital city. He is Kumalo. The more or less subservient blacks who want a peaceful change, which is no change at all, would like Kumalo to denounce what they call “the terror,” meaning the violent action of the independence supporters. Kumalo refuses because that would reduce his possible negotiating power. In this situation, Eric takes the lead in the insurgency, bringing together his frustration as a black man who wants to control his situation, and that of the country, and on the other hand his deeper frustration and psychological, social, and racial alienation that leads him to the blacks against the whites and not the reverse since as a “white” man he is rejected by the whites and is at most considered as a social toy, not to say sexual toy, an eternal child with whom the whites can play freely as some kind of pleasure dispenser. Of course, today in our globalized world, a third force has developed enough after the failure of the Non-Aligned Movement under the Cold War, and this force is not led by one country or one person, but by a whole set of alliances that only contain China as a main member. BRICS, ASEAN, SCO, BRI, and some others that are more recent and less obvious for Western minds, like the alliance of Turkic-speaking countries under the leadership of Turkey that has managed to bring most of the Turkic-language-speaking Central Asian countries and a few more together. “Turkic languages are distributed over a vast area in eastern Europe and Central and North Asia, ranging, with some interruptions, from the Balkans to the Great Wall of China and from central Iran (Persia) to the Arctic Ocean. The core area, between the 35th and 55th parallels, includes a western section comprising Asia Minor, northern Iran, and Transcaucasia, a central West Turkistan (Russian) section to the east of the Caspian Sea, and an East Turkistan (Chinese) section beyond the Tien Shan. The northern area extends from western Russia to northern Siberia. States in which Turkic languages are spoken include Turkey, Russia, Azerbaijan, northern Cyprus, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Turkmenistan, Uzbekistan, China, Iran, Afghanistan, Iraq, Bulgaria, Bosnia, and Herzegovina, Greece, Romania, Lithuania, and, because of recent industrial migration, several western European countries.” (https://www.britannica.com/topic/Turkic-languages) We should of course add Estonia, Finland, and Sami land. They speak agglutinative Turkic languages. Hungary is the last country with an official agglutinative Turkic language, but its existence is the result of recent migration in Europe itself. Note the role of Turkey in trying to boost an alliance of Turkic states. “The Organization of Turkic States (OTS), formerly called the Turkic Council or the Cooperation Council of Turkic Speaking States, is an intergovernmental organization comprising prominent independent Turkic countries: Azerbaijan, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Turkey, and Uzbekistan.” (https://en.wikipedia.org/wiki/Organization_of_Turkic_States#:~:text=The%20Organization%20 of%20Turkic%20States,%2C%20Kyrgyzstan%2C%20Turkey%20and%20Uzbekistan.) This leads me to the simple conclusion that this play has aged too much to be in any way really pertinent in the 21st century. It can at best have some pertinence in the USA and for the
  • 4. black community there. The Rest of the world is beyond this vision that is entirely centered on the West and their colonial crimes. Today the world wants to get beyond this retrospective and retrograde approach, even if it has to reject or contain the West. Dr. Jacques COULARDEAU VERSION FRANÇAISE Cette pièce est sortie dans une période ultra-particulière pour le monde, et d'abord pour l'Afrique. En 1970, l'Afrique du Nord, l'Afrique saharienne (hors Maroc espagnol), l'Afrique centrale y compris l'ex-Congo belge étaient indépendantes. Les seules colonies qui restaient alors étaient les colonies espagnoles et portugaises, et bien sûr la Rhodésie et l'Afrique du Sud étaient dans une situation étrange, puisqu'elles étaient devenues indépendantes sous la direction coloniale violente des colons blancs imposant d'abord une sorte de rejet total de la population noire, connue sous le nom d'apartheid en Afrique du Sud. Mais ainsi, de l'Angola et du Mozambique jusqu'à l'Afrique du Sud, tout restait à conquérir, indépendance, règle de la majorité, rôle dirigeant des noirs et égalité raciale, etc. La Révolution portugaise a eu lieu en 1974 et Franco est mort en 1975, et leurs colonies ont finalement obtenu leur indépendance. Le Zimbabwe est devenu indépendant en 1980, c'est-à-dire gouverné par la population à majorité noire. L'Afrique du Sud dut attendre encore et en 1990 la transition put commencer après la libération de Nelson Mandela. Donc en 1970, cette pièce parlait très directement soit des dernières colonies ou semi-colonies africaines gouvernées par les blancs, soit elle faisait allusion à une période un peu plus ancienne, comme par exemple l'ex-Congo belge libéré en 1960 sous Patrice Lumumba avec un certain Moise Tshombe issu du Katanga, la vaste région sud de la future République Démocratique du Congo riche en cuivre. Lumumba a été assassiné et le pays est entré dans une longue histoire de situations politiques néocoloniales chaotiques avec beaucoup de turbulence militaire et de troubles civils, voire de guerre. Disons que dans cette pièce le pays noir concerné est encore entièrement colonisé et donc la pièce fait allusion à une situation qui n'est que marginalement vraie en 1970. Notons tout de suite que les deux forces dont il est question dans cette pièce sont les Blancs, répartis entre les militaires qui soutiennent une situation de pouvoir complètement blanc, et les chrétiens bienfaisants parmi divers personnels de la santé et de l'éducation qui fournissent aux Noirs des systèmes de santé et scolaire en-dessous de la normale, même en
  • 5. 1970. Du côté des Noirs, vous avez, au sein d'une même famille, légèrement élargie à un village, ceux qui veulent l'indépendance et veulent la conquérir par la force militaire, puis ceux qui acceptent de vivre servilement sous le contrôle total des Blancs, y compris la violence de ces Blancs , et enfin ceux qui croient en la possibilité de discuter et de négocier, et qui sont bien sûr les fous de l'histoire, finissant morts ou en prison. C'est dire que cette pièce a énormément vieilli. L'Afrique n'est plus cela, loin de là. Les trois postures noires sont représentées par les trois « frères » d'une même famille, la famille Matoseh. Abioseh Matoseh porte le prénom du père de la famille et est celui qui croit qu'il peut y avoir coexistence et évolution, bien qu'en tant que fils aîné portant le nom du père, il soit considéré comme le continuateur de la gestion pacifique de cet explosive situation comme le voulait son père. Le deuxième fils est Tshembe Matoseh qui représente le désir de sortir d'Afrique et de partir en Angleterre où il a épousé une femme européenne et a eu un enfant d'elle. Il est seulement en visite dans cette pièce et envisage de retourner dans sa famille européenne. Le troisième fils est une caricature absolue des méfaits du colonialisme, l'hybridation insensée des cultures, des langues et des gènes, qui rend l'avenir nécessairement, profondément, et psychologiquement, sinon psychiatriquement, sexuel et pervers – les blancs au-dessus et les noirs en-dessous satisfaisant tous les désirs et pulsions des blancs (Je m'abstiendrai de raconter ce que j'ai vu au lycée Ngiri Ngiri de Kinshasa et dans la ville, en 1968, à la même époque que la pièce, bien qu'officiellement dans un Zaïre indépendant dirigé par Sese Seko Mobutu. Eric est son prénom et son seul nom. Il ne porte pas le nom de sa famille, et il n'est donc qu'Eric, même dans la liste des personnages, ce qui est surprenant puisque la mère est le personnage central, avec son frère aîné, dans la composition et l'autorité d'une famille africaine. Eric est le fils de la mère de famille et du major George Rice, le commandant de l'unité militaire de la région. Cet enfant, ce fils ne portant pas le nom de sa famille, mais portant un prénom chrétien européen, est utilisé comme serviteur, en fait un serviteur servile, pour ne pas dire esclave. C'est un individu de sang mêlé. Vous pouvez imaginer sa situation d'aliénation totale. Il était le résultat d'une relation non consensuelle, qui ne pouvait pas être consensuelle, entre la mère et le commandant militaire local, en d'autres termes un viol pur et simple, peut-être masqué par la notion d'hospitalité. Cet Eric ne porte bien sûr pas la bonne couleur noire comme ses frères puisqu'il est en partie blanc et peut alors être utilisé par tous les Européens comme une sorte de valet intime, si les mâles blancs le désirent. Mais un personnage manque totalement à cette situation. L'autorité dans une famille africaine vient du frère de la mère, donc de l'oncle maternel pour les enfants, et cet oncle maternel est absent. L'homme noir officiel qui représente l'indépendance qui doit être obtenue par la négociation est mis en prison, dans la capitale. C’est Kumalo. Les Noirs plus ou moins serviles qui veulent un changement pacifique, qui n'en est pas un, voudraient que Kumalo dénonce ce qu'ils appellent « la terreur », c'est-à-dire l'action violente des indépendantistes. Kumalo refuse car cela réduirait son éventuel pouvoir de négociation. Dans cette situation, Eric prend la tête de l'insurrection, réunissant sa frustration d'homme noir qui veut contrôler sa situation, et celle du pays, et d'autre part sa frustration plus profonde et l'aliénation psychologique, sociale et raciale qui le conduit du côté des noirs contre les blancs et non l'inverse puisqu'en tant qu'homme "blanc" il est rejeté par les blancs et est tout au plus considéré comme un jouet social, pour ne pas dire sexuel, un éternel enfant avec qui les blancs peuvent jouer librement comme une sorte de dispensateur de plaisir. Bien sûr, aujourd'hui dans notre monde globalisé, une troisième force s'est suffisamment développée après l'échec du Mouvement des non-alignés sous la guerre froide, et cette force n'est pas dirigée par un pays, ou une personne, mais par tout un ensemble d'alliances qui toutes contiennent la Chine comme membre principal. BRICS, ASEAN, SCO, BRI et quelques autres plus récentes et moins évidentes pour les esprits occidentaux, comme l'alliance des pays turkiques sous la direction de la Turquie qui a réussi à rassembler la plupart des pays turkiques (qui parlent des langues turkiques, et pas le Turc en tant que tel) d'Asie centrale et quelques autres. « Les langues turkiques sont réparties sur une vaste zone en Europe orientale et en Asie centrale et du Nord, allant, avec quelques interruptions, des Balkans à la Grande Muraille de Chine et du centre de l'Iran (Perse) à l'océan Arctique. La zone centrale, entre les 35e et 55e parallèles, comprend une section occidentale comprenant l'Asie Mineure, le nord de l'Iran et la Transcaucasie, une section centrale du Turkestan occidental (russe) à l'est de la mer Caspienne et une section du Turkestan oriental (chinois) au-delà le Tian Shan. La zone nord s'étend de l'ouest de la Russie au nord de la Sibérie. Les États dans lesquels les langues turkiques sont parlées comprennent la Turquie, la Russie, l'Azerbaïdjan, le nord de Chypre, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Turkménistan, l'Ouzbékistan, la Chine, l'Iran, l'Afghanistan, l'Irak, la Bulgarie, la Bosnie-Herzégovine, la Grèce, la Roumanie, la Lituanie et, du fait de la migration industrielle récente, plusieurs pays d'Europe occidentale. (https://www.britannica.com/topic/Turkic-languages)
  • 6. Il faut bien sûr ajouter l'Estonie, la Finlande et la terre Saami. Ils parlent des langues turkiques agglutinantes. La Hongrie est le dernier pays à avoir une langue turkique agglutinante officielle, mais son existence est le résultat d'une migration récente en Europe même. Notez le rôle de la Turquie essayant de stimuler une alliance d'États turkiques. "L'Organisation des États turkiques (OTS), anciennement appelée Conseil turkique ou Conseil de coopération des États turkiques, est une organisation intergouvernementale comprenant d'éminents pays turkiques indépendants : l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Turquie et l'Ouzbékistan." (https://en.wikipedia.org/wiki/Organization_of_Turkic_States#:~:text=The%20Organization%20of%20Tu rkic%20States,%2C%20Kyrgyzstan%2C%20Turkey%20and%20Uzbekistan) Cela m'amène à la simple conclusion que cette pièce a trop vieilli pour être vraiment pertinente au 21ème siècle. Cela peut au mieux avoir une certaine pertinence aux États-Unis, et pour la communauté noire là- bas. Le reste du monde est au-delà de cette vision entièrement centrée sur l’Occident (l’ouest) et ses crimes coloniaux. Aujourd'hui, le monde veut dépasser cette approche rétrospective et rétrograde, même s'il doit rejeter ou contenir l'Occident, l’Ouest vu en opposition au Reste. Docteur Jacques COULARDEAU