Se ha denunciado esta presentación.
Utilizamos tu perfil de LinkedIn y tus datos de actividad para personalizar los anuncios y mostrarte publicidad más relevante. Puedes cambiar tus preferencias de publicidad en cualquier momento.

Journal flipbook

104 visualizaciones

Publicado el

Journal flipbook from FLAFranaisLanguedAcc

  • Sé el primero en comentar

  • Sé el primero en recomendar esto

Journal flipbook

  1. 1. Français Langue d’Accueil donne la plume aux réfugiés Français langue d’accueil n’est pas une école de langue, son ambition est d’ouvrir aux réfu- giés toutes les portes de la société et de la culture française. C’est pourquoi ses ateliers cultu- rels, ses actions d’insertion professionnelle for- ment un tout avec ses ateliers sociolinguistiques. Ouvrir ce site à l’expression directe des réfugiés est donc une suite logique. C’est chose faite : Tous ceux qui le souhaitent vont désormais pouvoir parler de leur pays : Géographie, histoire, contes, légendes, sou- venirs, cuisine, humour, etc. Ils nous donnerons aussi à voir la France à travers leurs yeux et qui sait, si dans le regard de ces modernes Usbek et Rika, nous ne di- rons pas « mais comment peut-on être Français ? » Le coordinateur de l’atelier journal s’adresse aux réfugiés : «  Que sera Notre Journal  ? c’est vous qui le déci- derez puisque c’est vous qui l’écrirez. Un journal fait par les réfugiés mais pour tout le monde. Vous êtes tous différents par vos langues, vos histoires, vos coutumes, vos croyances, mais vous êtes tous les mêmes dans vos espérances, dans vos épreuves, dans votre volonté de prendre votre vie en main dans un nouveau pays sans jamais oublier le vôtre. Chez Français langue d’accueil, on n’apprend pas seulement le français mais à vivre tous ensemble en France, égaux et différents. Ici un Soudanais appren- dracommentonvitauTibetdanslesneigeséternelles, un Tibétain découvrira les merveilleux contes tché- tchènes,uneTchétchèneentendraleslanguesantiques et mystérieuses de l’Éthiopie, un Éthiopien goûtera le Kabuli Palaw (riz épicé au poulet) d’Afghanistan et un Français devra bien reconnaître qu’il n’est pas le seul à savoir faire de la bonne cuisine et qu’il ne connaît rien au thé ! Ici les bénévoles apprennent, grâce à vous, un peu mieux l’infinie richesse de la variété humaine. Notre Journal sera l’endroit où vous raconterez vos pays, vos histoires, vos rêves, votre humour, vos idées pour mieux vivre, vous pourrez aussi raconter la ren- contre parfois le choc avec la France et les Français si étranges souvent ! Un nouveau lieu de partage et d’ap- prentissagepourtous,réfugiés,bénévolesouvisiteurs. Voilà le programme, maintenant c’est à vous d’écrire la suite, vous pouvez le faire en français bien sûr, mais aussi dans votre langue, nous ferons ensemble la tra- duction.L’importantc’estquevouspreniezlaparole. » NOTRE JOURNAL
  2. 2. What is the purpose of this journal? As the main contributors, it is up to you to decide! A journal published by refugees, but intended for all. While you may differ in language, history, customs, and beliefs, your aspirations and shared hardships bring you all together. Among you, there is an un- derlying desire to take matters into your hands and to forge a new life in a foreign country, wi- thout ever forgetting what you have left behind. At Français Langue D’accueil, we do not simply learn the French language, but rather how to live in to- gether in harmony in France. Despite our differing backgrounds, we are united in our shared pride of our native culture. Here a Sudanese can learn about life in Tibet with its eternally snow capped mountains, a Tibetan will be mesmerized by Tchetchen tales, a Tchetchen will discover the ancient and mysterious languages of Ethiopia, an Ethiopian will taste the Afghan dish Kabuli Palaw (a spicy chicken and rice dish), and a French citizen will come to recognize that he is not the only one who knows to cook, and that he knows nothing about tea! Thanks to your contributions, volunteers will obtain a new unders- tanding of the infinite richness of human diversity. Our journal will be a place where you can discuss your country, your history, your dreams, your first impres- sions of France, and your ideas for forging a better so- ciety. It is also a place to share what may have shocked you about France, and about French people themsel- ves! The intention is to have this journal be a space to where you can share your experiences, and learn from one another: refugees, volunteers, and readers alike. Here you have our manifesto, and now it is up to you develop the rest! You are welcome to submit contributions in French, but we will also accept contributions in your native language, whichsoever it may be, and we will then conduct the translation together. Our aim is to have this publication repre- sent your voice, and to allow you to take charge. Our journal
  3. 3. � �‫لالجئني‬ ‫الجديدة‬ �‫التعبري‬ ‫منصة‬ :‫مجلتنا‬ �‫الفرنيس‬ ‫مع‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫المجت‬ ‫إىل‬ ‫مة‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫المؤد‬ ‫مرق‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ط‬‫ال‬ ‫مل‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ك‬ � �‫مئني‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ج‬‫لال‬ ‫مد‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ه‬‫نم‬ ‫أن‬ ‫نطمح‬ ‫فنحن‬ ،‫مة‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫غ‬‫الل‬ ‫لتعليم‬ ‫مة‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫س‬‫مدر‬ ‫مرد‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ج‬‫م‬ ‫مت‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫س‬‫لي‬ ‫متنا‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫س‬‫مؤس‬ ‫إن‬ . ً ‫مدا‬‫م‬‫ح‬‫وا‬ ً ‫كال‬ ً ‫ما‬‫م‬‫ع‬‫م‬ ‫مون‬‫م‬‫ك‬‫ت‬ ‫بحيث‬ ‫مل‬‫م‬‫م‬‫الع‬ ‫مورش‬‫م‬‫ل‬ ‫مة‬‫م‬‫ل‬‫مكم‬ ‫مطة‬‫م‬‫ش‬‫أن‬ �‫يه‬ � �‫مين‬‫م‬‫ه‬‫الم‬ ‫ماج‬‫م‬‫م‬‫اإلد‬ ‫مطة‬‫م‬‫ش‬‫وأن‬ ‫الثقافية‬ ‫العمل‬ ‫ورش‬ ‫فإن‬ ‫ولهذا‬ .‫وثقافته‬ ‫مد‬‫م‬‫ق‬‫و‬ ،‫مة‬‫م‬‫ي‬‫المنطق‬ ‫مة‬‫م‬‫ي‬‫التال‬ ‫موة‬‫م‬‫ط‬‫الخ‬ ‫إال‬ ‫مو‬‫م‬‫ه‬ ‫ما‬‫م‬‫م‬ ‫ما‬‫م‬‫ه‬‫خالل‬ ‫من‬ ‫مهم‬‫م‬‫س‬‫أنف‬ ‫عن‬ �‫مري‬‫م‬‫ب‬‫التع‬ � �‫مئني‬‫م‬‫ج‬‫لال‬ ‫يمكن‬ ‫مة‬‫م‬‫ص‬‫من‬ ‫مع‬‫م‬‫ق‬‫المو‬ ‫مذا‬‫م‬‫ه‬ ‫مل‬‫م‬‫ع‬‫ج‬ ‫مإن‬‫م‬‫ف‬ �‫ماىل‬‫م‬‫ت‬‫وبال‬ ‫أو‬ ‫مص‬‫م‬‫م‬‫ص‬‫الق‬ ‫أو‬ ‫مخ‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫مار‬‫م‬‫م‬‫ت‬‫ال‬ ‫أو‬ ‫ما‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫الجغراف‬ ‫مان‬‫م‬‫م‬‫ك‬ ‫مواء‬‫م‬‫م‬‫س‬ ‫مد‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫ير‬ ‫مانب‬‫م‬‫م‬‫ج‬ ‫أي‬ ‫من‬ ‫مده‬‫م‬‫م‬‫ل‬‫ب‬ ‫عن‬ ‫يتكلم‬ ‫أن‬ ،‫مرغب‬‫م‬‫م‬‫ي‬ ‫من‬ ‫مل‬‫م‬‫م‬‫ك‬ ‫مان‬‫م‬‫م‬‫ك‬‫بإم‬ ‫مبح‬‫م‬‫م‬‫ص‬‫أ‬ ،‫اآلن‬ .‫مان‬‫م‬‫م‬‫ك‬ ‫موره‬‫م‬‫ظ‬‫من‬ ‫من‬ ‫ما‬‫م‬‫س‬‫فرن‬ ‫ما‬‫م‬‫ن‬‫ل‬ ‫مرض‬‫م‬‫ع‬‫ي‬ ‫أن‬ ً ‫ما‬‫م‬‫ض‬‫أي‬ ‫ويمكن‬ .‫ميع‬‫م‬‫ض‬‫الموا‬ ‫من‬ ‫مك‬‫م‬‫ل‬‫ذ‬ �‫مري‬‫م‬‫غ‬‫أو‬ ‫مة‬‫م‬‫ه‬‫الفكا‬ ‫حس‬ ‫أو‬ ‫مأكوالت‬‫م‬‫م‬‫ال‬ ‫أو‬ ‫الذكريات‬ ‫أو‬ �‫األساطري‬ "‫؟‬ ً ‫فرنسيا‬ ‫المرء‬ ‫يكون‬ ‫"كيف‬ ‫تساؤل‬ ‫طرح‬ ‫عن‬ ‫نكف‬ ‫أن‬ ‫المختلف‬ ‫المنظور‬ ‫هذا‬ ‫إطار‬ � � ‫يف‬ ‫يمكن‬ ،‫يعلم‬ ‫ومن‬ � �‫الالجئني‬ ‫إىل‬ ً ‫متوجها‬ ‫المجلة‬ ‫منسق‬ ‫يقول‬: «.‫أجمع‬ ‫العالم‬ ‫ويقرأها‬ ‫الالجئون‬ ‫يكتبها‬ ‫مدونة‬ ‫إنها‬ .‫سيكتبها‬ ‫من‬ ‫أنتم‬ ‫ألنكم‬ ‫ذلك‬ ‫سيقرر‬ ‫من‬ ‫أنتم‬ ‫مجلتنا؟‬ �‫مصري‬ ‫سيكون‬ ‫ماذا‬ � � ‫يف‬ ‫مة‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ب‬‫والرغ‬ ‫معوبات‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ص‬‫وال‬ ‫مال‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫اآل‬ ‫نفس‬ ‫تجمعكم‬ ‫ولكن‬ ‫مدات‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ق‬‫والمعت‬ ‫مادات‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ع‬‫وال‬ ‫مخ‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫مار‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ت‬‫وال‬ ‫مة‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫غ‬‫الل‬ ‫حيث‬ ‫من‬ ‫مون‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ف‬‫تختل‬ ‫إنكم‬ ‫محيح‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ص‬ .‫بالدكم‬ ‫تنسوا‬ ‫أن‬ ‫دون‬ ‫جديد‬ ‫بلد‬ � � ‫يف‬ ‫ولكن‬ ‫حياتكم‬ �‫نوايح‬ ‫جميع‬ � � ‫يف‬ ‫األمور‬ ‫بزمام‬ ‫اإلمساك‬ � �‫يف‬Français langue d’accueil‫مأفراد‬‫م‬‫م‬‫ك‬ ‫ما‬‫م‬‫م‬‫س‬‫فرن‬ � �‫يف‬ ُ ‫ما‬‫م‬‫م‬‫ع‬‫م‬ ‫ماة‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫الح‬ ‫مة‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫كيف‬ ‫مون‬‫م‬‫م‬‫م‬‫يتعل‬ ‫مل‬‫م‬‫م‬‫ب‬ ،‫مب‬‫م‬‫م‬‫س‬‫فح‬ ‫مية‬‫م‬‫م‬‫س‬‫الفرن‬ ‫ماركون‬‫م‬‫م‬‫ش‬‫الم‬ ‫يتعلم‬ ‫ال‬ ، � —‫مين‬‫م‬‫ي‬‫التيب‬ ‫مف‬‫م‬‫ش‬‫وسيكت‬ ،‫مف‬‫م‬‫ق‬‫يتو‬ ‫ال‬ ‫مذي‬‫م‬‫ل‬‫ا‬ ‫مد‬‫م‬‫ي‬‫الجل‬ ‫مط‬‫م‬‫س‬‫و‬ ‫مبيت‬‫م‬‫ي‬‫الت‬ � � ‫يف‬ ‫ماس‬‫م‬‫ن‬‫ال‬ ‫يعيش‬ ‫مف‬‫م‬‫ي‬‫ك‬ � �‫موداين‬‫م‬‫س‬‫ال‬ ‫ميتعلم‬‫م‬‫س‬ ‫م‬‫ا‬‫هن‬ . � �‫ومختلفني‬ � �‫متساويني‬ ‫(األرز‬ ‫ماالو‬‫م‬‫ب‬ �‫مابوىل‬‫م‬‫ك‬‫ال‬ �  ‫موين‬‫م‬‫ي‬‫اإلث‬ ‫ميتذوق‬‫م‬‫س‬‫و‬ ،‫مة‬‫م‬‫ض‬‫والغام‬ ‫مة‬‫م‬‫ق‬‫العتي‬ ‫ما‬‫م‬‫ي‬‫إثيوب‬ ‫مات‬‫م‬‫غ‬‫ل‬ ‫إىل‬ ‫مانية‬‫م‬‫ش‬‫الشي‬ ‫متمع‬‫م‬‫س‬‫وست‬ ،‫الرائعة‬ ‫الشيشانية‬ ‫القصص‬ ‫ماي‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ش‬‫ال‬ ‫عن‬ ً ‫ميئا‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ش‬ ‫مرف‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ع‬‫ي‬ ‫ال‬ ‫مه‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ن‬‫وأ‬ �‫الطيه‬ ‫مه‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ن‬‫يمك‬ ‫مذي‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ل‬‫ا‬ ‫مد‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫الوح‬ ‫ليس‬ ‫مه‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ن‬‫أ‬ �‫الفرنيس‬ ‫ميعرف‬‫م‬‫م‬‫م‬‫س‬‫و‬ � �‫ماين‬‫م‬‫م‬‫م‬‫غ‬‫األف‬ )‫مدجاج‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ل‬‫ا‬ ‫مع‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬ ‫مل‬‫م‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ب‬‫المت‬‫ما‬‫م‬‫م‬‫م‬‫ن‬‫ه‬ ! . � �‫اإلنساين‬ ‫التنوع‬ � �‫يف‬ ‫المتمثلة‬ ‫لها‬ ‫حد‬ ‫ال‬ � —‫الين‬ ‫وة‬ ¨‫الري‬ ‫عىل‬ ،‫لكم‬ ‫يرجع‬ ‫والفضل‬ ،‫المتطوعون‬ ‫سيتعرف‬ ً ‫أيضا‬ ‫ويمكنكم‬ .‫أفضل‬ ‫لحياة‬ ‫وأفكاركم‬ ‫وفكاهتكم‬ ‫وأحالمكم‬ ‫م‬‫م‬‫وقصصك‬ ‫بالدكم‬ ‫عن‬ ‫فيه‬ ‫ستحكون‬ ‫الذي‬ ‫المكان‬ ‫ستكون‬ ‫مجلتنا‬ ‫إن‬ ‫مدمة‬‫م‬‫ص‬‫ال‬ ‫مد‬‫م‬‫ح‬ ‫إىل‬ ً ‫ما‬‫م‬‫ن‬‫أحيا‬ ‫مل‬‫م‬‫ص‬‫ي‬ ‫مذي‬‫م‬‫ل‬‫وا‬ ‫ماء‬‫م‬‫ب‬‫الغر‬ � �‫ميني‬‫م‬‫س‬‫الفرن‬ ‫مؤالء‬‫م‬‫ه‬‫م‬‫م‬‫ب‬‫و‬ ‫ما‬‫م‬‫س‬‫بفرن‬ ‫لكم‬ ‫ماء‬‫م‬‫ق‬‫ل‬ ‫أول‬ ‫عن‬ ‫ما‬‫م‬‫ه‬‫في‬ ‫موا‬‫م‬‫ك‬‫تح‬ ‫أن‬�‫يه‬ ‫مة‬‫م‬‫ل‬‫المج‬ ‫مذه‬‫م‬‫ه‬ ‫إن‬ ! .‫زائرين‬ ‫أو‬ � �‫متطوعني‬ ‫أو‬ � �‫الجئني‬ ‫كانوا‬ ‫سواء‬ ،‫الجميع‬ ‫إىل‬ ‫بالنسبة‬ ‫والتعلم‬ ‫للمشاركة‬ ً ‫جديدا‬ ً ‫مكانا‬ ‫جم‬ —‫منري‬‫م‬‫م‬‫س‬‫و‬ ‫األم‬ ‫بلغتكم‬ ً ‫ما‬‫م‬‫م‬‫ض‬‫أي‬ ‫ولكن‬ ،‫مالطبع‬‫م‬‫م‬‫ب‬ ‫مية‬‫م‬‫م‬‫س‬‫بالفرن‬ ‫موا‬‫م‬‫م‬‫ب‬‫تكت‬ ‫أن‬ ‫يمكنكم‬ ،‫مة‬‫م‬‫م‬‫ي‬‫البق‬ ‫متكتبون‬‫م‬‫م‬‫س‬ ‫مذين‬‫م‬‫م‬‫ل‬‫ا‬ ‫أنتم‬ ‫واآلن‬ ،‫مامج‬‫م‬‫م‬‫ن‬  ‫الري‬ ‫مو‬‫م‬‫م‬‫ه‬ ‫مذا‬‫م‬‫م‬‫ه‬ ‫م‬.‫تريدونه‬ ‫ما‬ ‫مسامعنا‬ ‫عىل‬ ‫تتلوا‬ ‫أن‬ ‫هو‬ ‫المهم‬ . ً ‫معا‬ ‫النصوص‬
  4. 4. NousnesommespasvenusàParisenvisite;chacunde nousestarrivéavecunemémoirepleinedetristesses. Bien-sûr, cela laisse une empreinte sur nos es- prits, sur notre humeur, sur notre santé. Pour beaucoup, ce premier moment loin du pays natal, a été particulièrement difficile. Le choc de l’exil et la solitude éteignaient même les lumières de Paris. Tout semblait étrange : les gens, la vie, la langue, les coutumes ; Nous étions perdus ! Mais le temps passe, on s’habitue. Ceux qui ne parlaient pas français ont commencé à l’ap- prendre, ils sont devenus plus confiants, ils se sont faits de nouveaux amis. Ils ont de mieux en mieux compris les coutumes de la France. Il me semble que tout le monde est passé par cette étape, quand on avait beaucoup de temps mais peu à faire. Chacun a utilisé ce moment différemment. Certains ont trouvé des points de repère et les ont suivi. D’autres sont restés dans l’incertitude en attente de temps meilleurs. Pour tous cela n’était pas facile. Ce n’est pas facile de surmonter chaque jour : se lever, sortir, faire quelque chose. Ce n’est pas facile de se réveiller chaque matin sans objectif et de suivre simplement le cours de sa vie : on ne fait qu’attendre la réponse positive ou on sait déjà que c’est NON ! Pourtant, malgré les difficultés l’espoir ne nous quitte pas. On a encore des rêves, pour chacun ces rêves sont différents . Certains sont simples, cer- tains sont compliqués mais tous sont possibles. Pensez-y durant votre temps libre. Quel est votre rêve ? Qui voulez-vous devenir ? Que voudriez-vous faire ici ? Qu’avez-vous considéré comme im- possible dans votre pays, mais que vous aimeriez essayer ici ? Formulez votre rêve, poursuivez le et vous verrez qu’il commence déjà à se réaliser. Même si c’est un rêve modeste, au fil du temps en regardant les années passées, vous comprendrez que cela en valait la peine. Que c’était votre réus- site, votre bonus, votre récompense pour les mau- vaises choses que vous avez laissées derrière vous. Bonne chance et bon courage à vous tous ; en sui- vant ce chemin difficile, n’oubliez jamais vos rêves, suivez les et ils seront les étoiles qui éclairent la nuit. Rêvez, car les pensées se matérialisent. Malika Les pensées se matérialisent Edito
  5. 5. Un jour, je suis arrivé à Paris. J’étais sans abri. Quand j’ai marché dans Paris, j’ai vu beaucoup de grands et beaux bâtiments. J’ai pensé : « les Parisiens viventdansdegrandesmaisons!».J’étaistoujourssans abri, j’avais rendez-vous avec mon assistante sociale de tempsentempspourluidemanderunlogement;elledi- sait:«Attends»etellemedonnaitunautrerendez-vous. Finalement, j’ai eu un contact avec une associa- tion qui s’appelle Singha. Ils ont inscrit mon nom et mon prénom et le numéro de mon portable. J’étais déjà très fatigué, je ne croyais pas qu’ils me rappel- leraient mais, trois jours après, ils m’ont appelé : ils m’ont trouvé une chambre indépendante chez un monsieur français dans le 11ème arrondisse- ment. La chambre est à côté de l’appartement du monsieur, sa fille m’a donné la clé de la chambre. Je me suis installé dans la chambre. Après quelques jours et quelques nuits dans cette chambre, j’ai com- pris le secret des grands et beaux bâtiments pari- siens : il y a beaucoup de Parisiens qui vivent dans de petites cages ; ils pensent qu’ils sont libres mais, en réalité, de mon point de vue, ils sont en cages. Au début, je ne parlais pas français, avec la fa- mille qui m’hébergeait, je parlais anglais. Je détes- tais si quelqu’un me disait : « Parle français ! », sauf si c’était pour faire des progrès pour parler mieux français. J’ai suivi des cours pour apprendre le fran- çais, mais il y a beaucoup de choses que j’ai ap- pris avec le temps. Je me suis installé très bien dans ma petite cage (chambre), comme un vrai Parisien. Maintenant il faut que je cherche du travail. Heureuse- ment,j’aitrouvédutravail.SituvisàParisetsituesPa- risien, la vie sans métro est impossible : donc, moi aus- si, j’ai besoin de prendre le métro pour aller travailler. Il y a beaucoup de choses à voir dans le métro : les gens qui font la manche, les gens qui font de la musique, les gens qui lisent des livres, les gens qui dorment et aussi les filles qui se maquillent. Je me demande pourquoi elles se maquillent dans le métro mais de toute manière j’aime beaucoup les regarder : elles utilisent un crayon pour dessiner une ligne autour de leurs yeux et un pinceau pour mettre de la couleur sur leurs joues. Moi, si quelqu’un me de- mande de faire un dessin dans le métro, je ne ferai pas un beau dessin, parce que le métro bouge trop, je fe- rai un barbouillage. Mais les filles, elles, font un ma- quillage très professionnel, même s’ il y a beaucoup de monde et que le métro bouge trop. Malheureuse- ment, quand elles ont fini leur maquillage et qu’elles sont très belles, elles quittent le métro. Pauvre Musa ! Lematin,quandjeprendslemétropourallertravailler, je suis pressé parce que je suis en retard. Je comprends à ce moment pourquoi il y a des filles qui se maquillent dans le métro : comme moi, elles sont en retard ! Le soir, quand je prends le métro pour rentrer chez moi, je vois plein de gens avec l’air fatigué. Quelqu’un me demande : « Est-ce que tu es fatigué ? » Je dis : « Non ! » Mais, quand je suis rentré chez moi, je réfléchis bien : peut-être j’ai l’air fatigué comme les autres gens dans le métro ? Le matin, je suis pressé. Le soir, je suis fatigué : ainsi je suis devenu un Parisien. Musa Comment je suis devenu un Parisien
  6. 6. La patrie est tout ce sans quoi nous ne pouvons pas vivre. Je suis heureuse que vous m’ayez donné l’occa- sion de présenter ma petite patrie, la Géorgie. Ma Géorgie est petite, mais elle est célèbre pour sa belle nature. Elle est située au cœur du Cau- case, elle est la clé du Caucase, comme l’a dé- crite l’écrivain français Pierre Razoux dans son livre « Histoire de la Géorgie, la clé du Caucase ». La Géorgie est un pays de traditions riches et an- ciennes. Chaque visiteur arrivant en Géorgie est étonné par les traditions géorgiennes. L’Hospita- lité en est une des valeurs les plus importantes, comme aussi la loyauté envers un ami et la famille. Danscepetitparadisviventdebonnespersonnes.Les Géorgiens sont des gens très amicaux, hospitaliers et chaleureux. En Géorgie on dit : « L’invité est Dieu ». SOUKHOUMI Je suis née dans une des plus belles villes, Soukhou- mi, qui est la capitale de l’Abkhazie. Soukhoumi est une station balnéaire de la Mer Noire, qui reçoit des millions de touristes chaque année. Soukhoumi est un célèbre port maritime et une ville d’eau. Il y a beaucoup de monuments remarquables, comme le pont de la Reine Tamar du douzième siècle. Soukhoumi est pour moi une douleur inoubliable. C’était vraiment un petit paradis. J’ai passé les plus bellesannéesdemavielà-bas.Mamémoireserappelle bien le beau ciel bleu et la mer bleue de Soukhoumi. Je me souviens des touristes satisfaits buvant un café sur le sable, la crème glacée que vendait la cafeteria « Pingvin », le goût de ce qui est inoubliable pour moi. Je me souviens de mon enfance, que j’ai passée dans cette ville merveilleuse. Chaque soir quand notre fa- mille allait à la mer, j’adorais m’asseoir sur la plage et regarder le coucher du soleil. C’était incroyable. Nous vivions dans un vrai paradis, malheureu- sement perdu avec la guerre, et nous sommes devenus des réfugiés dans notre propre pays. Jina La Géorgie
  7. 7. La vie quotidienne Je suis allé dans une association à Paris, pour suivre des cours de français. Mais le premier jour où je suis arrivé, j’ai trouvé beaucoup de gens qui fai- saient la queue devant la porte de l’association. Il y avait plus de trente personnes. Puis parmi les gens qui attendaient, j’ai trouvé un ancien ami que je n’avais pas revu depuis longtemps. On a échan- gé des salutations à la manière soudanaise (Ki- fak anta Ya akhi zaman tauelle… ) ça veut dire : (comment tu vas mon frère ça fait longtemps …). Il m’a dit que j’étais arrivé en retard, et que je ne pour- rais pas entrer parce que, dans cette association, il n’y avait de places que pour trente étudiants, vingt- cinq étudiants et cinq étudiantes. Je lui ai demandé de m’expliquer toutes les règles de cette association. Donc il me les a expliquées. Et il m’a dit qu’il fallait venir plus tôt pour être parmi les trente étudiants. Je lui ai demandé à quelle heure on pouvait venir. Il m’a dit qu’il fallait venir deux heures avant la classe, soit le matin, soit l’après-midi. Puis je suis rentré chez moi. Le jour suivant était un mercredi, je me suis réveillé à quatre heures du matin pour me préparer. Je me suis levé à quatre heures trente, je me suis brossé les dents, je me suis douché et je me suis habillé. Ce jour là, j’ai pris le petit-déjeuner à cinq heures trente. Je suis sorti à cinq heures quarante, je suis allé à la gare, j’ai pris le train à six heures de Corbeil Essonnes à Paris Gare du Nord. Je suis arrivé devant la porte de l’associa- tion à sept heures trente pour la classe qui commen- çait à neuf heures quinze. Mais malheureusement, j’ai constaté que j’étais le vingt sixième et aussi qu’il y avait trois femmes. Mon ami m’a dit que je devais attendre parce qu’il manquait deux femmes. Si elles n’arrivaient pas, je pourrais entrer à la place d’une femme. J’ai accepté sa suggestion, bien qu’il fasse un peu froid, mais j’avais envie d’apprendre le français. J’ai patienté parce que j’avais entendu beaucoup de bonnes choses au sujet de cette association, comme’ l’organisation d’activités, les façons d’étudier et les re- lations des professeurs avec leurs étudiants, et cela me plaisait beaucoup. Pendant que je faisais la queue; je réfléchissais en silence (c’est très difficile d’attendre deux heures dans une queue ! Ah oui il faut être fort ! Soudain, une femme est sortie de la porte d’asso- ciation. Elle était maigre et âgée mais elle avait l’air courageuse, chaleureuse et adorable. Elle nous a dit : « Ah ! vous êtes nombreux ! ». Je lui ai dit : « Oui bien-sûr, nous sommes nombreux. Mais en tout cas je suis le vingt-sixième est-ce que je peux entrer ? ». Elle m’a dit : « Non, ce n’est pas possible il faut venir plus tôt, soit le matin soit l’après-midi », mais d’une façon très douce et gentiment. Je lui ai dit : « Mais je suis arrivé ici à sept heures trente et j’ai trouvé beaucoup de monde devant moi ». Elle a été surprise et elle a dit : « Ahhhhhh ce n’est pas vrai, tu es arrivé à sept heures et il y avait déjà beaucoup de monde ? ». Je lui ai dit : « Ce n’est pas un problème, aujourd’hui il n’y a pas beaucoup de femmes, puis-je entrer à la place d’une femme ? ». Elle m’a accepté directement et elle m’a dit : « D’accord, tu peux entrer mais seulement si elles n’arrivent pas, sinon, tu vas revenir cet après-mi- di », d’une manière que je ne peux pas exprimer. Puis elle est rentrée dans le bureau et après un peu de temps, elle est ressortie avec ses collègues et avec des petits tickets blancs avec des numéros et une date. Ils nous ont dit : « Chacun doit être à sa place ». Nous nous sommes remis en ligne. Motassim
  8. 8. Gare de l’Est Je m’appelle Naziri Mohammad Fazel, je vous raconte un petit souvenir de ma vie en France. Quand je suis venu en France, cet été de 2014, j’ai été très content d’être en Eu- rope, en France. Mais, je croyais que maintenant je trouverai logement et travail très vite. Mais, malheureusement, ce n’était pas comme ce que je croyais. comme ça, je passe 6 mois de- hors mais ça a été pas mal du tout parce que ça m’a avancé pour apprendre la langue française. Un jour, c’était très froid, j’ai été gare de l’est, je rentre dans la gare pour chaleur à côté chauf- fage ensuite je trouve un monsieur à côté de moi avec son bagage et je pensais je pouvais po- ser quelques questions pour apprendre la langue. Je lui dis bonjour mais lui tout de suite me dit désolé je n’ai pas d’argent ; cette phrase m’a fait très mal .je lui dis désolé je n’ai pas be- soin d’argent mais j’ai besoin quelque chose plus important que l’argent c’est la langue des fran- çais mais maintenant je suis très content parce que j’apprends la langue, j’ai logement, je travaille. Tout va bien ! Naziri
  9. 9. Un jour du mois de ramadan, alors que j’avais très faim et très soif et que j’étais en train de cuisiner pour le soir, j’ai entendu mon camarade de chambre gémir. Il avait mal à la tête et se tordait de douleur. Je l’ai tout de suite accompagné aux urgences de l’hô- pital le plus proche. A l’accueil, il y avait une dame très désagréable et de mauvaise humeur. Elle a dit : qu’est-ce que vous voulez ? J’ai répondu : mon ami est malade. Elle a dit : est-ce qu’il a une pièce d’identité ? J’ai répondu : non, il l’a oubliée à la maison. Je lui ai donné la carte vitale de mon ami. Elle nous a donné un formulaire à rem- plir. Je lui ai dit que nous ne pouvions pas le remplir correctement, cela prendrait beau- coup de temps. Elle a dit que c’était nécessaire. Nous avons, tant bien que mal rempli le formulaire et elle nous a dit d’aller attendre dans la salle d’attente. Nous avons attendu un long moment et pen- dant ce temps je voyais beaucoup de gens qui étaient arrivés après nous passer voir le docteur. J’ai été retrouver la dame à l’accueil et je lui ai de- mandé la raison. Elle m’a dit : il faut attendre votre tour. Je lui ai dit : comment ça, notre tour ? Tous ceux qui étaient arrivés après nous sont déjà passés. Mon ami hurle de douleur, il n’en peut plus et il attend toujours. J’ai aussi parlé à d’autres personnes au comp- toir mais personne ne voulait me répondre. Nous avons décidé de rentrer. Nous nous dirigions vers la porte de sortie quand un vigil est venu vers moi pour savoir ce qui se passait. Je lui ai dit que personne aux urgences ne respectait notre tour malgré les hurlements de douleur de mon ami. Il nous a dit : venez avec moi je vous accompagne directement chez le docteur. Mon ami a pu voir le docteur grâce au vi- gil. Il est resté quelques heures sous surveil- lance et nous sommes rentrés vers 2h du matin. Cette nuit restera un de mes pires souvenirs. Ramine Aux urgences
  10. 10. Des chemins que nous NE choisissons pas… Le 31 décembre 2018… Je me trouve à Paris, une capitale mondiale de la mode et de la cuisine. Je suis assise dans un fauteuil près de la fenêtre en regar- dant (les rames )des trains du métro qui sortent et disparaissent sous sol comme des grosses chenilles. Je regarde également des voitures, des gens qui traversent la rue… Mon regard tombe sur la Seine. Elle coule placidement et je suis hypnotisée par une ride de courant… Soudainement il m’est apparu un mot : un che- min… Tout bouge, tout est en son chemin. Moi aussi… Le 11 décembre 1994… Le jour (où)quand mon long chemin (a)est commencé. Ma mère a demandé mon cousin de venir me chercher(pour me cacher) et ca- sher dans le village car la guerre était déjà à la porte. C’était la première fois dans ma vie que (je quittais) j’ai quitté la maison. Elle m’a promis de nous suivre mais (ce n’est pas ce qui s’est passé)ce n’était pas le cas. Je l’ai perdue pendant 4 mois. (quatre longs mois)Long 4 mois ne sachant pas si elle était en vie … Je me souviens d’avoir pensé dans la voiture : « A partir de maintenant ma vie sera comme un long chemin…(où arriverai-je  ?) Où j’arriverai?  » Nous sommes revenus en mars 1995. Heureusement ma mère (avait) a survécu. Nous avons commencé une nouvelle vie sur les ruines. Il n’y avait pas d’élec- tricité, pas de gaz, pas d’eau dans les tuyaux. Mais nous avions l’espoir dans nos cœurs que ce cauche- mar était fini et je me rappelle clairement le senti- ment aigu d’amour pour cette ville démolie et rasée. C’étaitencoremaville,mais(il)onnerestaitpasbeau- coup de temps avant des changements néfastes… (Grozny, ma ville natale démolie et rasée, 12.04.1997. Au loin, on peut voir des montagnes qui avant étaient cachées derrière des bâtiments) (Paris. Le métro, des voitures, la Seine.)
  11. 11. Le septembre 1999 et la deuxième guerre… Après 3 ans de ce que l’on appelait «  la paix  » je de- vais quitter ma ville pour la énième fois. Et c’est là (que)où j’ai perdu ma maison et d’où mon che- min(tortueux) tortu me mène jusqu’à aujourd’hui. Retourner dans un endroit changé entièrement est différent de retourner dans un environnement fami- lier. Néanmoins, peu à peu la ville est reconstruite. Mais la plupart des gens que je connaissais sont res- tés dans le passé, (soit en fuite, soit morts)soit fuis soit morts. Et oui, la canonnade. On nous disait que la guerre était finie mais le bruit d’obus d’artillerie re- commençait chaque nuit jusqu’à l’aube. Sans même parler d’opérations de nettoyage. Je pensais que mon chemin (finirait)était fini là. Si quelqu’un me disait quejeme(trouverai)trouveraisàParisaprèsquelques années, j’aurais répondu que c’était une ineptie. La vie est changée en 2010. Ce n’était pas Paris, c’était la Belgique. A mon étonnement je me suis sentie là- bas comme à la maison et toute ma vie passée me semblaitcommeunrêvehorrible.Jeracontecelamais je comprends que des mots ne peuvent pas trans- mettre tous les sentiments évoqués dans mon âme à cette époque-là. C’était un sentiment d’une grosse perte et d’un grand soulagement en même temps. Pour la première fois depuis 1994 je me suis sentie en sécurité… Mais mon chemin a fait encore son vi- rage. La Belgique ne m’acceptait pas et j’étais expul- sée impitoyablement dans l’enfer d’où j’ai fui avant. (Anvers, la ville où j’habitais en Belgique, 21.08.2010) En2015moncheminm’aconduitàParis.C’estlaville connue pour sa diversité, son chic et pour ce que je cherchais ici: une tolérance. Il y a 3 ans(que) je suis là. Ma situation est encore instable. Mon avenir est encoreflou.Maisjecomprendsquetousceschemins précédents qu’en fait je ne choisissais pas, ils n’étaient pas en vain. C’est la vie. Parfois on suit le chemin même si on ne veut pas. On dirait que c’est un destin. Et en ce moment précis je me demande comme 24 ans avant : (« où arriverai-je ?)) « Où j’arriverai ? »… Nous sommes le 31 décembre 2018. Il est 23h36. Le nouvel an est à la porte. J’espère qu’il m’appor- tera le bonheur. Que mon chemin me mène fina- lement à la nouvelle vie en sécurité, tranquillité et en dignité ici et à la nouvelle maison au lieu de celle que je perdais 19 ans avant en Tchétchénie. Bonne année ! Malika
  12. 12. La vie est belle Comme vous le savez, en Afghanistan se dé- roule une guerre interminable. Beaucoup de ci- toyens Afghans ont quitté le pays pour migrer vers d’autres. Cette longue guerre qui semble éter- nelle m’ a poussé à quitter mon pays. Moi aussi. J’ai toujours connu la guerre. Je suis né et j’ai gran- di avec. C’était comme une habitude. Jusqu’au jour où elle est arrivée devant chez moi. Je savais qu’il y avait une guerre ailleurs dans le pays, mais je n’aurai jamais imaginé qu’elle me touche. A ce moment-là, je faisais partie de ceux que la guerre avait rattrapé. C’est pourquoi j’ai décidé de tout quitter et de partir. J’ai d’abord habité en Angleterre où j’ai appris à connaître l’Europe. Quand je suis arrivé en France, je ne parlais pas un seul mot de cette langue. Malheureusement, je trouve que les français ne parlent pas bien anglais. Et même avec un bon an- glais, il était très difficile de se faire comprendre et de dialoguer avec eux. Personne ne me parlait. Ce fût une période très difficile pour moi. Je réflé- chissais tout le temps. Notamment une question me revenait souvent en tête : « Est-ce que les français ont un problème avec l’anglais ? Ou peut-être re- fusent-ils de parler une autre langue… » J’en ai en- suite déduis que ce n’était pas une bonne chose car les nouveaux réfugiés penseraient que les français sont racistes et vont se mettre à détester la France et les Français. Cette expérience m’a tellement marqué qu’aujourd’hui, si quelqu’un dans la rue me demande de parler anglais, je ne refuse jamais. Je le sais, un jour, demain peut-être, je serais citoyen français. Malgré cette pensée, je me sentais triste et mal- heureux. Voilà qu’après avoir quitté l’Afghanis- tan étant plus jeune, j’ai du quitter l’Angleterre. Et chaque Adieu est une déchirure. Il faut se recons- truire. A chaque fois. Je me disais à moi même  : La seule chose que je pouvais voir qui était la même que dans mon pays était la lune. Mais comme moi, la lune a beaucoup de rendez-vous car elle est cachée dans les nuages et je ne peux pas la voir tous les soirs. Les choses en France sont bien différentes de l’Afghanistan. Seule une chose reste la même  : la couleur du ciel bleue et la lune y est identique dans le ciel. Je parle à la lune grâce à qui je peux souvent, la nuit, voir mes cousins. Elle remplit quelquefois mon be- soin de vivre en communauté, près des siens. Tu es comme moi Lune. Tu as beaucoup de rendez-vous, tu dois être présente partout. J’ai besoin de toi mais tu es souvent cachée dans les nuages. Après cette expérience en Angleterre et un long voyage, je connaissais déjà l’Europe. Je savais bien qu’ici tout n’était pas facile et automatique… Pour avoir une vie normale et trouver du travail j’avais absolument besoin d’apprendre à parler fran- çais. Les associations avec le titre « Apprentissage de langue française » s’installaient comme des boutiques dans Paris. C’était comme un business. Chaque association avait ses propres règles et mé- thodes. Malheureusement je ne pouvais m’inscrire dans aucune d’elles car je n’avais pas encore mon ré- cépissé.Lapréfecturemel’arefusécarj’étaisDUBLIN. On me refusait continuellement l’accès, alors que je souhaitais profondément apprendre le français. C’est comme quand quelqu’un a faim et qu’il va de- mander aux différents magasins mais tout le monde refuse pour finalement le laisser mourir de faim. Voilà pourquoi les gens préfèrent rester
  13. 13. à Calais car ils savent que c’est très difficile en France. Peu importe, je voulais à tout prix apprendre le fran- çais. Coûte que coûte. Et j’ai finalement trouvé F.L.A. avec qui j’ai pu m’inscrire sans le besoin de récépissé. Ils m’ont accepté pour étudier le français avec eux. Le problème est que j’avais besoin de tickets de métro pour aller aux cours mais que je n’avais pas d’argent. Alors j’étais obligé de frauder. Je passais derrière ceux qui avaient l’air gentils. Je me sentais honteux avec tous ces yeux qui me regardaient d’un air suspicieux. Personne ne com- prenait ma situation : réfugié, sans argent, sans pass Navigo et ne parlant même pas le français. Un jour, alors que je me rendais au cours de français de FLA, j’ai vu un homme. Il était grand, avait une barbe sale, rouge et des vêtements déchirés. Il criait : « S’il vous plaît donnez-moi un ticket restaurant ou 1€ pour manger. Je suis à la rue depuis longtemps… ». J’ai eu de nombreux problèmes dans ma vie, c’est pourquoi ce genre de situation me touche beau- coup. Mais la plupart des gens le regardaient d’une façon normale, sans compassion. Comme si c’était habituel. Tous étaient en train de lire et personne ne levait la tête, serait-ce même pour le regarder. Il me semble que lorsque les personnes ai- ment lire, c’est parce qu’elle ont envie d’en ap- prendre d’avantage sur l’humain. Mais alors qu’une personne en face d’eux est en danger et supplie à l’aide, personne ne lève les yeux. Je me suis alors dis : « Qu’est ce qu’ils peuvent bien lire qui puisse leur apprendre plus sur l’hu- main que cet homme qui se tient face à eux ? » A cause de la guerre en Afghanistan, je n’ai pas pu finir mes études. Cela m’a rendu triste sur le mo- ment. Mais j’ai réalisé ce jour là que ce n’était pas si grave car j’étais la seule personne du wagon à pou- voir comprendre cet homme. Si j’avais pu termi- né mes études, j’aurais sans doute fait partie de ces personnes qui lisent, dans un autre monde et qui ne prêtent pas la moindre attention à ce monsieur. Alors que je vois toutes ces personnes, qui sont assises et qui dorment dehors sur un sol mouillé, froid, je réalise que les passants ne s’arrêtent pas. Ils ne les voient même plus. Tout le monde connaît Paris pour sa Tour Eiffel, son beau musée du Louvre, la cathédrale Notre-Dame ou sa fameuse avenue des Champs-Élysées. Mais personne ne connaît cette face cachée de la capi- tale, celle qui dort dehors par milliers. Toute l’année. Je pense souvent à eux. J’ai passé un peu plus d’un an en tant qu’étudiant chez F.L.A. Un beau jour, grâce à Christophe, j’ai pu en- voyer un CV aux Enfants du Canal et ils m’ont offert un emploi. J’ai dit oui. Ils ont envoyé mon CV. Les enfants du canal m’ont embauché. Aujourd’hui je suis salarié. Je pensais en commençant que les EDC s’occupaient des réfugiés. Mais quand j’ai commencé mon travail, j’ai rencontré ces personnes que je voyais tous les jours dans la rue. Leur condi- tion m’a profondément touché, les expériences sont douloureuses. Beaucoup étaient malades et avaient besoin d’aide. Ils parlaient de vraies choses. Les personnes avec leurs livres, eux, parlent beau- coup de politique. Je leur racontais que je ne connais- sais pas beaucoup la politique, à part Marine Le Pen en France. Je me dis qu’il serait possible, qu’un jour, ces personnes chics pourraient aussi être dans la rue, et leur livre serait posé à côté d’eux… A gauche comme à droite, j’aimerais réellement trou- ver quelqu’un qui influence nos pensées, notre men- talité et notre regard sur les choses. Je voudrais enfin quelqu’un qui pense enfin à toutes ces personnes vi- vant dans la rue. Et que ça n’existe plus. La vie est trop belle pour être gâchée par la rue. Musa
  14. 14. Le SIGA-SIGA - la boutique sans argent - En surfant sur Internet à la recherche de quelque chose d’utile et de gratuit, j’ai trouvé un endroit qui me semble très intéressant : c’est une boutique où tous les biens sont... gratuits ! J’ai décidé d’aller voir comment cela marche. Le magasin est caché derrière une porte qui n’attire pas l’attention. Seulement un petit tableau noir avec les horaires écrits à la craie et une petite affiche. Selon le tableau, nous pouvons visiter ce coin gratuit tous les jours de 14 H jusqu’au soir, sauf le lundi et le dimanche. Pourquoi pas le lundi ? Ce jour est réservé aux ateliers gratuits de partage de compétences. Qu’est-ce que cela veut dire ? Des bénévoles viennent pour transmettre leur savoir à des gens qui veulent maîtriser une technique ou fabriquer quelque chose. Par exemple, tricoter, coudre, ou même chanter en langue des signes ! N’est-ce pas insolite ? Pour les objets, ayant moi-même apporté un truc, j’ai posé quelques questions pour avoir des détails. Le principe est simple : vous venez pour trouver votre bonheur et cela sans dépenser un centime. Vous vous débarrassez des objets que vous n’utilisez plus mais qui pourraient avoir une seconde vie. Vête- ments, vaisselle, petit électro-ménager, jouets, accessoires, livres, etc. Il faut juste qu’ils soient propres, en bon état et transportables à la main. Vous pouvez apporter quelque chose sans rien récupérer ou ré- cupérer sans rien apporter. Juste un petit détail : on ne peut prendre que cinq objets pas personne. Vous pouvez aussi utiliser les livres comme dans une bibliothèque : vous empruntez, vous lisez, vous rendez. Si vous avez des enfants, vous trouverez des jouets dans des boites à côté des livres. J’ai vu aussi beaucoup de vêtements. Grâce à l’association « Utopia 56 »qui travaille en partenariat avec SIGA-SIGA, la boutique est devenue un point de collecte de vêtements pour les réfugiés. Enfin, vous pouvez boire un thé ou un café et passer un moment convivial. Le prix du café ou du thé est libre, vous donnez ce que vous voulez. Venez découvrir ce coin accueillant des petits trésors où on échange tout, même les idées et les connais- sances. Site : www.laboutiquesansargent.org Adresse : 2, rue Edouard Robert – 75012 PARIS TEL. : 09 53 42 23 66 Ouvert : mardi, mercredi, vendredi, de 14h à 18h jeudi de 14h à 21h samedi de 11h à 17h30 (fermé les premiers samedis de chaque mois) Malika

×