Se ha denunciado esta presentación.
Utilizamos tu perfil de LinkedIn y tus datos de actividad para personalizar los anuncios y mostrarte publicidad más relevante. Puedes cambiar tus preferencias de publicidad en cualquier momento.

Utilité et stratégies du travail en réseau de bibliothèques

Définition, raison d'être, vigilances, démarche. Avec des exemples en vidéo de réseaux en place.

  • Sé el primero en comentar

Utilité et stratégies du travail en réseau de bibliothèques

  1. 1. Utilité et stratégies du travail en RÉSEAU DE BIBLIOTHÈQUES Françoise HECQUARD Consultante et formatrice
  2. 2. « Les réseaux sont à la mode mais la mode suffit-elle à les expliquer ? L’observation du terrain me conduit à penser que si la mode joue un rôle non négligeable dans les décisions de monter des réseaux, elle n’en est qu’une explication secondaire. Les véritables raisons des réseaux sont ailleurs : • dans une nécessaire mobilisation de l’intelligence collective face à des situations complexes à gérer , • dans la recherche de la cohérence et de la convergence des contributions des acteurs dans des structures décentralisées, • dans l’émergence d’une culture de l’interactivité, • dans le fait, tout simplement, qu’il devient impossible d’agir avec compétence en restant isolé et sans coopérer avec d’autres.» Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 2 Guy LE BOTERF, In: Travailler en réseau et en partenariat (Eyrolles, 2013) :
  3. 3. UN PREMIER EXEMPLE : Le réseau des médiathèques du Pays de Chateaugiron (Ille etVilaine) www.mediatheques- payschateaugiron.fr 25 537 habitants / 5 communes / 7 bibliothèques Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 3
  4. 4. UNE ÉVIDENCE AUJOURD’HUI Aucune bibliothèque, quelle que soit sa taille, ne peut désormais imaginer répondre à elle seule à tous les besoins de la population de son territoire. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 4
  5. 5. Application aux bibliothèques Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 5 1. Qu’est-ce qu’un réseau ?
  6. 6. LE RÉSEAU DE PARTAGE • Un réseau, c’est un GROUPE de gens ou d’établissements EN CONTACT les uns avec les autres. • Mais de quelle manière ? Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 6
  7. 7. UNE VISION DU RÉSEAU • Le réseau, vu par sa « tête » c’est une ORGANISATION HIÉRARCHISÉE, avec une « tête » et des « membres ». • En bibliothèque, • Bibliothèque centrale et ses annexes • Tête de réseau et ses antennes FRANÇOISE HECQUARD - MANAGEMENT DE LA LECTURE PUBLIQUE 7 Emprunté à Dominique Lahary
  8. 8. UNE AUTRE VISION DU RÉSEAU • Pour chacun de ses membres, le réseau, c’est souvent avant tout UN LIEN AVEC UN AUTRE MEMBRE. • Ainsi, dans un réseau de bibliothèques, c’est souvent seulement le lien avec la tête de réseau. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 8
  9. 9. EN RÉALITÉ, LE RÉSEAU… CAR CHACUN DES MEMBRES OU ACTEURS FAIT PARTIE D’AUTRES RÉSEAUX. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 9 … EST CONSTITUÉ DE RÉSEAUX
  10. 10. DÉFINITION La loi contre les exclusions du 29 juillet 1998 intègre la notion de réseau dans son article 156. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 10 POUR LE MINISTÈRE DU TRAVAIL ET DES AFFAIRES SOCIALES, UN RÉSEAU C’EST…
  11. 11. 1. un ENSEMBLE ORGANISÉ de plusieurs personnes physiques ou morales, dites acteurs du réseau, Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 11
  12. 12. 2. dispersées dans une ZONE TERRITORIALE donnée, Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 12
  13. 13. 3. de COMPÉTENCES différentes et complémentaires, Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 13
  14. 14. 4. qui agissent pour un OBJECTIF COMMUN, Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 14
  15. 15. 5. selon DES NORMES ET DES VALEURS partagées, Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 15
  16. 16. 6. sur la base d'une COOPÉRATION VOLONTAIRE, Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 16
  17. 17. 7. pour améliorer la prise en charge d'une COMMUNAUTÉ. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 17
  18. 18. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 18 2. Les avantages du travail en réseau pour les bibliothèques
  19. 19. LES RÉSEAUX DE BIBLIOTHÈQUES SONT… • DES RÉSEAUX D’ACTIONS COLLECTIVES qui s’appuient sur une mutualisation de moyens. • DES RÉSEAUX DE PARTAGE et de capitalisation de pratiques. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 36 ILS CONTRIBUENT À….
  20. 20. RENFORCER LE LIEN SOCIAL DE PROXIMITÉ • est porteuse de PLUS-VALUES FORTES pour la population des territoires • est porteuse d’EFFICIENCE dans la gestion du service public • donne de la VISIBILITÉ aux services rendus et aux territoires concernés, améliorant ainsi leur image Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 20 LA MISE EN RÉSEAU INTERCOMMUNAL
  21. 21. LES BIBLIOTHÈQUES ET MÉDIATHÈQUES SONT LES SERVICES CULTURELS LES PLUS FRÉQUENTÉS PAR LA POPULATION LOCALE,TOUS ÂGES CONFONDUS LA MISE EN RÉSEAU PERMET AUX BIBLIOTHÈQUES DE… Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 21
  22. 22. DYNAMISER LES STRUCTURES • Associer des compétences et des idées • Faire découvrir des pratiques différentes • Etendre l’offre de services aux usagers • Innover Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 22
  23. 23. MUTUALISER LES RESSOURCES • Mutualiser les ressources financières • Mutualiser les moyens humains • Optimiser les achats et les dépenses • Partager les outils Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 23
  24. 24. PROFESSIONNALISER LES ÉQUIPES • Développer une éthique solide et partagée • Mettre en commun les connaissances • Elargir les points de vue • Rationnaliser les méthodes de travail et les outils de communication • Harmoniser les pratiques et la qualité de l’offre Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 24
  25. 25. GLOBALEMENT… 1. Plus de visibilité 2.Des moyens mieux utilisés 3. Une offre mutualisée Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 25 = un meilleur accès à la culture et à la connaissance pour tous
  26. 26. UN AUTRE EXEMPLE : Le réseau des médiathèques du Sud Sainte-Baume (Var) https://mediathequescassb.bibenl igne.fr 60 000 habitants / 9 communes 4 médiathèques Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 26
  27. 27. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 27 3. Les formules possibles
  28. 28. CONCRÈTEMENT, DIFFÉRENTES POSSIBILITÉS • Simple coopération entre bibliothèques municipales • Création de services et moyens communs • Transfert de tout ou partie des équipements communaux Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 28
  29. 29. IL S’AGIT DE… Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 29 Mettre en place une COMPLÉMENTARITÉ de bibliothèques de toute taille sans sacrifier le SERVICE DE PROXIMITÉ Trouver une meilleure EFFICACITÉ pour chaque équipement, en trouvant la BONNE ÉCHELLE de service et de moyens
  30. 30. CELA PEUT S’APPLIQUER À… Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 30 LA POLITIQUE DOCUMENTAIRE LA PROGRAMMATION CULTURELLE LA MÉDIATION CULTURELLE LA RÉPARTITION DES ÉQUIPES LES SERVICES AUX PUBLICS SPÉCIFIQUES LES ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES LES SERVICES À DISTANCE LES RESSOURCES NUMÉRIQUES LA COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE LA RÉPARTITION DES SURFACES LA COMMUNICATION WEB ET TOUTES LES IDÉES QUI PARAISSENT PERTINENTES SELON LE CONTEXTE ET LE TERRITOIRE
  31. 31. QUELLE FORME JURIDIQUE ? • LA CULTURE EST UNE COMPÉTENCE OPTIONNELLE des intercommunalités. • LE CODE GÉNÉRAL DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES PERMET AUX INTERCOMMUNALITÉS DE DÉFINIR ELLES- MÊMES LEURS COMPÉTENCES en matière de « construction, entretien et fonctionnement d’équipements culturels d’intérêt communautaire ». • LE TRANSFERT DE COMPÉTENCE À L’INTERCOMMUNALITÉ PEUT ÊTRE TOTAL, PARTIEL OU INEXISTANT. Il peut concerner : la gestion des équipements considérés d’intérêt communautaire, la gestion des personnels, la gestion de certains moyens de fonctionnement ou le financement de certaines actions communes. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 31 TOUT EST POSSIBLE
  32. 32. DES EXEMPLES COLLECTIVITÉ POPULATION ET NOMBRE DE COMMUNES CARACTÉRISTIQUE DU RÉSEAU COMPÉTENCE / TRANSFERT TOTAL OU PARTIEL PROJETS MIS EN PLACE MOYENS HUMAINS PAYS DE BEAUME-DROBIE (ARDÈCHE) 8 641 hab 19 communes Très rural Création 2017 2 médiathèques pilotes + 1 bibliothèque de proximité + 10 points relais OUI / total SIGB et portail Navette Ressources numériques Carte unique 1 coordinateur à 50% 1 conducteur navette à 50% 4 salariés 57 bénévoles CC DES VILLES SŒURS (CCVS) (SEINE-MARITIME ET SOMME) 38 000 hab 28 communes Rural Interdépartemental et interrégional 9 bibliothèques dont 1 associative 10 bibliothèques hors réseau NON SIGB et portail Navette Carte unique Action culturelle 1 coordinatrice CC AUNIS SUD (CHARENTE-MARITIME) 31 000 hab 24 communes Rural 16 bibliothèques, 14 dans le réseau OUI / gestion des équipements SIGB et portail Navette (en cours) Carte unique Action culturelle, dont outils d’animation 1 coordinatrice 100 bénévoles 8 salariés FOUGÈRES AGGLOMÉRATION (ILLE ETVILAINE) 55 290 hab 33 communes 16 bibliothèques intercommunales 11 bibliothèques hors réseau OUI / total sur 16 des bibliothèques SIGB et portail Actions culturelles 1 direction Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 32 Mise à jour février 2018 – Enquête ABF
  33. 33. UN 3E EXEMPLE : Le réseau des bibliothèques de la Vallée de l ’Ubaye (Alpes de Haute-Provence) https://www.mediatheques- ubaye.net/ 7 921habitants / 13 communes 4 médiathèques La Cdc fait partie du Pays de Serre-Ponçon Ubaye Durance Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 33
  34. 34. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 34 4. Les conditions de réussite
  35. 35. • Pour travailler efficacement en réseau, l'ensemble des acteurs doit vérifier trois conditions : Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 35 Cf. Travailler en réseau et en partenariat Guy LE BOTERF. Eyrolles, 2013 Vouloir coopérer Pouvoir coopérer Savoir coopérer Travailler au sein d’un réseau coopératif
  36. 36. VOULOIR COOPÉRER SUPPOSE… • une adhésion franche au projet de réseau ; • une vision partagée des enjeux collectifs et individuels ; • des relations basées sur la confiance, la solidarité et la compréhension mutuelle. • une volonté individuelle et collective • de participer au fonctionnement défini du réseau ; • de participer à la vie du réseau, d'en être un acteur constructif ; • de participer à une ambiance de travail productive ; • de participer à la conception d'outils communs ; • de partager ses savoirs et savoir-faire, de capitaliser les acquis communs. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 36
  37. 37. SAVOIR COOPÉRER SUPPOSE… • une connaissance de l'environnement du réseau, de la collectivité et du territoire ; • une compréhension de l'architecture du réseau et sa finalité ; • une maîtrise de la circulation de l'information : savoir la traiter, l'exploiter, la mémoriser ; • la maîtrise des langages communs : aux bibliothécaires, aux élus, aux informaticiens…. • une connaissance des outils mis à disposition, leur utilité et leur mode d'emploi. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 37
  38. 38. POUVOIR COOPÉRER SUPPOSE… • la définition d'objectifs communs : précis, compris, acceptés par tous ; • l'existence de règles et de pratiques communes validées, enrichies et révisées régulièrement ; • des moyens techniques (informatique, logistique), humains et financiers à la hauteur des objectifs. • un pilotage du réseau transparent et des méthodes de travail approuvées • des groupes de travail thématiques ; • des réunions de travail régulières ; • des comptes rendus pour mesurer les avancées. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 38
  39. 39. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 39 5. La démarche
  40. 40. ANALYSER LE TERRITOIRE • Réaliser un DIAGNOSTIC du territoire • Evaluer les BESOINS DE LA POPULATION • Evaluer l’OFFRE EXISTANTE • Identifier les PARTENARIATS Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 40
  41. 41. INSÉRER SA DÉMARCHE DANS UNE STRATÉGIE TERRITORIALE • IMPLIQUER les futurs utilisateurs et les partenaires potentiels dans la réflexion • Identifier les AXES STRATÉGIQUES DE LA COLLECTIVITÉ et construire les objectifs du projet en cohérence • FAIRE VALIDER la démarche par le politique Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 41
  42. 42. METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE DE PROJET • Définir les finalités du projet (POURQUOI ?) • Définir les publics visés (POUR QUI ? • Définir les résultats attendus (POUR QUOI ?) • Définir des moyens adaptés (COMMENT ?) • Planifier et répartir les tâches de manière réaliste (QUAND ? AVEC QUI ?) Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 42
  43. 43. LES VIGILANCES • Tenir compte des SPÉCIFICITÉS de chaque lieu • Distinguer les NIVEAUX D’OFFRE : réseau / ville centre / proximité • Identifier les ENJEUX ET LES MOTIVATIONS de chacun Echanger sur les réticences autant que sur les enthousiasmes • Utiliser l’INTELLIGENCE COLLECTIVE S’appuyer sur les compétences de chacun • Mettre en place des OUTILS COLLABORATIFS adaptés Eviter la réunionite Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 43
  44. 44. UN DERNIER EXEMPLE : Le réseau des bibliothèques du Grésivaudan (Isère) https://www.youtube.com/watch ?v=M42_RDXgHdg 101 000 habitants / 43 communes 36 bibliothèques Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 44
  45. 45. Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 45
  46. 46. MERCI DE VOTRE ATTENTION Françoise HECQUARD - Management de la lecture publique 46

×