Se ha denunciado esta presentación.
Se está descargando tu SlideShare. ×

[SPACE 2022] Prospectives et regards croisés sur le devenir du lait dans le Grand Ouest

Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio

Eche un vistazo a continuación

1 de 23 Anuncio
Anuncio

Más Contenido Relacionado

Más de Institut de l'Elevage - Idele (20)

Más reciente (20)

Anuncio

[SPACE 2022] Prospectives et regards croisés sur le devenir du lait dans le Grand Ouest

  1. 1. Prospectives et regards croisés sur le devenir du lait dans le Grand Ouest Conférence présidée par Loïc GUINES Président de la Chambre d’Agriculture d’Ille et Vilaine Martial MARGUET Président de l’Institut de l’Elevage 15 septembre 2022
  2. 2. Au programme • Un défi démographique inédit / Christophe PERROT • Prospectives 2040 / Céline FAVE CRA Bretagne et Eliane MORET CRA des Pays de Loire • Echange • Points de vue des transformateurs: • Yoann ARCHAMBEAU : Directeur collecte et relations producteurs à la Laiterie Saint Père) • Guy LE BARS : Président de LAÏTA • Echange • Les défis à relever : Marie-Andrée LUHERNE (Administratrice du CNIEL)
  3. 3. Producteurs de lait de vache : Un défi démographique inédit Christophe Perrot, Institut de l’Elevage
  4. 4. Paradoxes apparents • Particulièrement intensive en travail, la production laitière bovine est le 1er secteur pourvoyeur d’emplois agricoles non salariés en France … mais les emplois y diminuent 2 à 3 fois plus vite que la moyenne générale • Elle attire environ 2000 nouveaux producteurs par an. 1er secteur choisi par les moins de 40 ans (19%) … un nombre pourtant très insuffisant pour remplacer les (nombreux) départs. Avec 45% de taux de remplacement, la production laitière est en dernière position de tous les secteurs agricoles.
  5. 5. • Effet des politiques publiques • Sans Elevage ruminants, la situation est pire: 18%<40 ans, 62%>50ans 5 Eleveurs de vaches allaitantes (>=20) Eleveurs laitiers bovins Eleveurs Ovins V >150 brebis (hors bovins-ovins) Eleveurs Ovins lait Eleveurs Caprins Source : Agreste enquêtes structures et Recensements agricoles (yc 2020), MSA et SPIE- BDNI [2011-2019] - traitement Institut de l’Elevage 51%>=50 ans dont 33%>=55 ans dont 12%>= 60 ans 24,7%<40 ans Vieillissement des chefs d’exploitation mais stabilisation du % éleveurs<40 ans
  6. 6. 6 Des situations départementales contrastées Beaucoup d’éleveurs âgés Très peu de JA 25-Doubs: 34%<40 ans, 25%>55 ans 29-Finistère: 20%<40 ans, 38%>55 ans Bretagne: 20%<40 ans, 34%>55 ans 55%>50ans • Pays de la Loire: 26%<40 ans, 31%>55 ans 49%>50ans • • • • • Source : Agreste Recensement agricole 2020 - traitement Institut de l’Elevage
  7. 7. C’est l’ampleur des départs et non la chute des installations qui pose un défi Nombre d’installations par an avec Vaches laitières: ~2000/an Bovins viande Ovins-caprins • Des installations plutôt stables Baisse en 2019 (et 2020) • Flux et reflux des installations à plus de 40 ans • Avec bovins lait = 19% des installations en agriculture à moins de 40 ans • Nombre insuffisant pour compenser les départs (BL et BV) • Taux de remplacement des départs: • France 45% • Pays de la Loire 40% • Bretagne 41% 2010 2015 2019 <40 ans >=40 ans 2000 1000
  8. 8. Diversité des Installations avec Bovins lait (toutes exploitations) en 2017 ou 2018 • 69% d’installations en GAEC. • Plus jeunes: médiane 27 ans (25%<23 ans, 25%>33) • Plus de MO: 3,2 UTA dont 2,7 coexploitants +salariés dans 42% des cas (0,9 UTA) • Plus grand: 80 VL (25%<57, 25%>110) • 14% en EARL. • 29 ans (25-32). • 2,5 UTA (1 UTA salarié dans 40% des cas) • 63 VL (46-81). • 12% en individuel. • 29 ans (25-32). • 1,1 UTA (0,3 salariés dans 9% des cas). • 40 VL (27-55). 8 source: MSA et SPIE-BDNI - traitement Institut de l'Elevage 1/3 des GAEC entre tiers éclatent au bout de 3 ans 170 insertions de tiers dans des GAEC: ~10% installations de moins de 40 ans
  9. 9. Projection tendancielle (départs + installations + trajectoires): la décapitalisation jusqu’où ? -1%/an -2%/an La chute du nombre d’actifs n’est pas nouvelle, mais retrouve un rythme inédit depuis le début des quotas. Les conséquences sur le nombre de VL et la collecte sont nouvelles Projections VL 2021/2030: France -13%, Bretagne -15%, PdLoire -9%, Basse Normandie -7% Nombre d’éleveurs laitiers Nombre de vaches
  10. 10. Renouvellement ? Des générations ? Des actifs ? De la production ? Des modèles de production ? Un débat protéiforme qui cache un double décalage • Entre les souhaits des nombreux « candidats à l’installation » et l’offre de fermes ou de plus en plus souvent de places (dans une forme sociétaire) à reprendre • Entre les projets agricoles des installés récents et les attentes des filières longues pour approvisionner les outils de transformation, alimenter la population française, voire exporter.  « Banalisation » du métier installations tardives (>40ans: 19% en 2010-2015,  13% en 2019) départs précoces (25%<57ans) carrières courtes (10%<8 ans; 25%<19ans)  Renouvellement des actifs: une génération se retire, les entrants ont des projets plus variés incluent salariés, 17% des ETP, qui peuvent devenir associés ou repreneurs 10
  11. 11. Prospectives lait en Pays de Loire et Bretagne en 2040 Céline FAVE, Chambre d’agriculture de Bretagne Eliane MORET, Chambre d’agriculture des Pays de Loire
  12. 12. Prospectives lait dans le Grand Ouest •Une étude prospective •Des scénarios •Quels impacts ?
  13. 13. Pourquoi une étude prospective ? • De nombreuses incertitudes internes (renouvellement…), et externes (changement climatique, attentes sociétales, …)  d’où le besoin de se projeter à long terme « Explorer les futurs possibles pour identifier les enjeux de demain et éclairer les décisions d’aujourd’hui ». • Une prospective construite avec une forte implication des responsables professionnels (producteurs et transformateurs (associés ou enquêtés)) en 2020-2021 en Pays de Loire et Bretagne
  14. 14. Identification des facteurs d’influence
  15. 15. Plusieurs hypothèses sur chacun des facteurs Croissance économique Reprise plus ou moins rapide après la crise Covid Attentes sociétales Du statut quo à la remise en cause de l’élevage Adaptations au changement climatique Un accompagnement plus ou moins soutenu
  16. 16. Des scénarios possibles et contrastés Compétitivité accrue, Défi technologique maintien export Forte remise en cause de l’élevage et végétalisation des territoires Transition écologique vers neutralité carbone Scénario tendanciel: adaptation progressive mais insuffisante vis-à-vis des enjeux climatiques Attentes sociétales Croissance économique /soutiens financiers Stagnation économique
  17. 17. Scénario 1 : « Neutralité carbone » L’agriculture vise la neutralité carbone Moins d’échanges commerciaux avec les pays tiers Alimentation plus végétale Production standard « bas carbone » de masse, côtoyant des systèmes alternatifs de plus en plus nombreux. Accompagnée par une PAC plus environnementale Repli des volumes de productions animales
  18. 18. Scénario 1 : « Neutralité carbone » Impacts sur le paysage agricole Agriculture plus autonome et des systèmes plus différenciés (bio, pâturage) Plus de productions végétales pour l’alimentation humaine et la production d’énergie Progression modérée des tailles d’exploitation et une meilleure attractivité des systèmes de production Charges mieux maîtrisées – un recours au salariat facilité Pertes d’emploi dans la filière liées au recul des volumes produits
  19. 19. Scénario 2 : « Compétitivité » Priorité au rôle nourricier de l’agriculture Répondre à une demande accrue de produits basiques à moindre prix Volonté de conforter la vocation d’élevage du Grand Ouest Pari sur l’innovation technologique au sein des élevages et des IAA Assouplissements réglementaires
  20. 20. Scénario 2 : « Compétitivité » Impacts sur le paysage agricole Une agriculture high tech Des produits plus standards, moins différenciés Des exploitations plus grandes, plus mécanisées et/ou employeuses de salariés Des besoins d’investissements importants Des capitaux de moins en moins détenus par les agriculteurs
  21. 21. Scénarios prospectifs Impact chiffré sur le Grand Ouest Bretagne et Pays de Loire 2020 Scénario « Neutralité Carbone » H. 2040 Scénario « compétitivité » H.2040 Nombre d’élevages 16 800 - 40 % - 50% Volume produit 9,2 milliards de litres - 30 % - 13 % Cheptel laitier 1 200 000 vaches - 25 % - 20 %
  22. 22. Scénarios prospectifs Impact chiffré sur les exploitations Bretagne et Pays de Loire 2020 Scénario « Neutralité carbone » H. 2040 Scénario « compétitivité » H.2040 Dimension laitière (litrage/exploitation) 550 000 litres 650 000 litres 950 000 litres Effectifs vaches 75 vaches 90 vaches 115 vaches Actifs par exploitation 1,8 UTH 1,9 UTH 2,3 UTH
  23. 23. Merci de votre attention 15 septembre 2022 Retrouvez les diaporamas de nos conférences sur idele.fr Venez échanger avec nos ingénieurs sur notre stand A39 (Hall 4)

×