France Digitale x EY French Tech Barometer 2023

S
Baromètre sur la performance 

économique et sociale des startups
ÉDITION 2023
p.03 Les infos clés à retenir
p.04 Méthodologie
p.05 L’heure du bilan
p.09 Le meilleur argent, c’est celui des clients
p.14 À quoi s’attendre en 2024 ?
p.18 Remerciements
p
.02
Une croissance
toujours soutenue
La France compte 13 000 startups en
2023. Entre 2021 et 2022, la croissance
moyenne du chiffre d’affaires des
startups bondit de +32%, portée par un
marché domestique solide et un
développement international qui ne
faiblit pas. C’est 10 points de plus
qu’entre 2021 et 2020, période au cours
de laquelle le CA moyen avait déjà
connu une croissance de +23%.
Et l’emploi dans tout ça ?
La recherche de rentabilité a des impacts limités sur les projections de réduction
d’effectifs en startups : 92% des startups entendent mener un plan de recrutement
alors que 8% des startups envisagent des licenciements dans les 12 prochains mois. A
la même période l’an dernier, 98% des startups déclaraient envisager des
recrutements. Pour autant, et preuve que l’écosystème pèse davantage chaque année,
les startups représentent près de 1,
1 million d’emplois internes, directs et indirects.
Vers plus d’innovations à impact
⅓ des startups ont déjà mesuré leur impact social ou
environnemental. ⅔ des startups qui l’ont fait estiment que c’est
un atout pour lever des fonds, voire que c’est même indispensable
pour 10% d’entre elles.
Des levées de fonds plus
complexes
Les startups françaises ont levé en 2022 près
de 13,6 Mds d’euros soit +15% par rapport à
2021. Toutefois, la tendance pour 2023 se
complique : elles ont levé 4,2 Mds d’euros au
premier semestre 2023, soit -49% par rapport
au premier semestre 2022. Ce sont les
startups qui visent une série A pour lesquelles
les levées de fonds sont les plus difficiles.
Cap sur la rentabilité
Face à un contexte économique plus difficile, les startups font preuve d’agilité et
adaptent leur stratégie. Pour 90% d’entre elles, une priorité : accélérer leur
développement pour atteindre la rentabilité. 30% des startups sont déjà rentables
et 55% envisagent de l’être d’ici 3 ans. La moitié des startups qui ont réussi à lever
des fonds disent avoir eu des difficultés à convaincre leurs investisseurs, et ont
envisagé des solutions alternatives (dette bancaire, autofinancement).
En résumé
Si vous ne deviez lire qu’une page Le décryptage de Maya Noël et Franck Sebag
Maya Noël
LinkedIn
Franck Sebag
LinkedIn
LA MÉTHODOLOGIE
Ce baromètre a été réalisé sur la base des réponses collectées par France Digitale et EY & Associés
("EY") entre le 1er juin et le 15 août 2023 auprès de 500 startups répondant aux critères suivants :

Siège social en France
Non cotée ou cotée depuis moins de 5 ans
Activité liée au secteur technologique


Les données financières présentées dans ce baromètre portent sur les exercices 2022 et 2021. 


Les données relatives à l’emploi en startups ont pour source l’étude sur l’Emploi en startups, publiée
par France Digitale avec Actual Group en juin 2023.


Les données relatives aux montants levés par les startups au premier semestre 2023 sont issues

du Baromètre du capital risque S1 2023 d’EY.
p.04
PARTIE 01
L’heure du bilan
Île-de-France
6 500 startups
9 288 en 2021
10 030 en 2022
350 000
Hauts-de-France
550 startups
92 en 2021
979 en 2022
75 000
Bourgogne-
Franche-Comté
200 startups
18 en 2021
6 en 2022
25 000
Auvergne-
Rhône-Alpes
1 500 startups
670 en 2021
841 en 2022
90 000
Corse
30 startups
3 en 2021
0 en 2022
40 000
Provence-Alpes-
Côte d’Azur
900 startups
305 en 2021
416 en 2022
80 000
Occitanie
850 startups
531 en 2021
333 en 2022
110 000
Nouvelle-
Aquitaine
850 startups
207 en 2021
577 en 2022
100 000
Pays de la Loire
400 startups
180 en 2021
193 en 2022
45 000
Centre-Val

de Loire
150 startups
3 en 2021
5 en 2022
20 000
Bretagne
400 startups
129 en 2021
89 en 2022
50 000
Outre-mer
28 startups
- en 2021
0,015 en 2022
15 000
Grand Est
350 startups
81 en 2021
143 en 2022
60 000
Normandie
300 startups
67 en 2021
16 en 2022
40 000
Photographie de
l’écosystème startup

au 1er septembre 2023
13 000 startups
13,6 Mds levés en 2022

et 4,2 Mds au 1er semestre 2023
1,1 million d’emplois internes, directs

et indirects
Légende
Montants levés en millions d’euros

(en ou )
progression régression
Nombre d'emplois internes, directs et indirects
FDécodeur
Les tendances
passées et futures
En 2022, le montant global des levées

de fonds a augmenté en France de près
de 15% par rapport à l’année 2021.

Les régions françaises qui ont le plus
bénéficié de cette croissance sont les
Hauts-de-France (+967%), Nouvelle-
Aquitaine (+178%), Grand Est (+100%).

La Corse, Les Pays de la Loire, La
Bourgogne Franche-Comté, le Centre

Val-de-Loire et l’Occitanie ont accusé

une baisse des montants levés.


Quelles perspectives en 2023 ?

La comparaison entre les montants levés
aux premiers semestres 2022 et 2023

fait apparaître une baisse de -49% 

des montants levés. La tendance est
hétérogène entre les régions : certaines
régions maintiennent le cap sur les levées
de fonds, comme en Bretagne (+162%),
Grand Est (+54%) et Auvergne-Rhône-
Alpes (+37%). Mais ça se complique dans
les Hauts-de-France (-92%), en Ile-de-
France (-56%), dans les Pays-de-la-Loire
(-51%), en Nouvelle-Aquitaine (-38%)

et en Centre-Val-de-Loire (-33%).
Résilience et accélération : les startups françaises
s’adaptent à la conjoncture économique
Le meilleur argent,
c’est celui des
clients : les startups
privilégient ainsi

le chiffre d’affaires
aux levées de fonds.
16% Réduction des coûts externes
3% Autres
1% Abandon de certaines géographies
6% Rapprochement capitalistique avec d’autres startups
9% Accélération d'une prochaine levée de fonds
15% Accélération du développement
13% Pas de changement de stratégie
10% Réduction d'effectifs
10% Retardement d'une future levée de fonds
17% Atteinte de la rentabilité à court ou moyen terme
Au cours des 12 derniers mois,

90% des startups françaises ont adapté
leur stratégie au contexte économique
mondial plus complexe, avec une priorité :
accélérer leur développement pour
atteindre la rentabilité.
La rentabilité n’est
pas un mirage pour
les startups !
85% des startups sont déjà rentables ou
envisagent de l’être d’ici 3 ans. 


Les secteurs dans lesquels l’atteinte de la
rentabilité est la plus longue sont
l’agroalimentaire (38% de startups
déclarant atteindre la rentabilité d’ici 3 à 8
ans), la santé (32%) et l’industrie (22%).
30%
sont déjà rentables
55%
déclarent qu'elles
seront rentables

d'ici 3 ans
15%
déclarent qu'elles
seront rentables

d'ici 3 à 8 ans
La rentabilité, atteignable à quel prix ?
Les startups françaises privilégient

la réduction des coûts externes aux
réductions d’effectifs pour atteindre

la rentabilité.


L’abandon de certaines géographies reste
minoritaire - en attestent les proportions
stables de croissance du chiffre d’affaires
entre zones géographiques (voir page p.10).
PARTIE 02
Le meilleur argent,

c’est celui des clients
Le chiffre d’affaires, ce nouvel eldorado des startups
Entre 2021 et 2022, la croissance moyenne
du chiffre d’affaires des startups bondit

de +32%. C’est 10 points de plus qu’entre
2021 et 2020, période au cours de laquelle
le CA moyen des startups, tous marchés
confondus, avait déjà connu une croissance
de +23%. 


Si la répartition géographique du CA

reste la même, on souligne tout de même

la bonne santé du marché domestique
malgré le contexte économique avec

+35 points sur la période versus

+18 entre 2020 et 2021.
Europe (EXC. FRANCE)
22%
1,189M€
22%
1,167M€
56%
3,036M€
International (exc. europe)
CA 2021
CA 2022
+32%
France
23%
957M€
22%
878M€
55%
2,246M€
Les plus gros clients des startups sont…
Les grands groupes sont les plus grands
contributeurs au chiffre d’affaires des
startups. Ils représentent 60% des
acheteurs avec lesquels les startups
réalisent plus de la moitié de leur chiffre
d'affaires. Les deuxièmes contributeurs
sont les startups (23%), devant les
acheteurs publics (7%).
FDécodeur
Quelles sont les plus grandes difficultés des startups pour
contractualiser avec les grands groupes et les acheteurs publics ?
75%
Cycle de vente trop long
60%
Difficulté à entrer en contact avec ces structures
53%
Structure des appels d’offre inadaptée aux startups
38%
Manque d’information sur les appels d’offre
28%
Délais de paiement trop longs
19%
Coûts externes de réponse aux appels d’offre trop élevés
18%
Manque de formation des acheteurs
n°2
23% n°1
60% n°3
17%
Grands
groupes
Startups Acheteurs
publics
Les levées de fonds sont-elles toujours d’actualité ?
Si l’année 2022 s’est clôturée avec

un montant total levé par les startups

de près de 13,6 Mds d’euros, l’année 2023
s’annonce plus complexe. Au premier
semestre, les startups françaises ont levé
4,2 Mds d’euros, soit une baisse de moins
49 % en valeur par rapport au S1 2022. 


Comment les startups ont-elles vécu

les 12 derniers mois ?
Plus d’1 startup sur 3 n’a pas cherché à
lever des fonds dans les 12 derniers mois.


Quant à celles qui ont réussi à lever des
fonds, la moitié dit avoir eu des difficultés
pour convaincre les investisseurs,

et avoir cherché des solutions alternatives
au capital risque. 7% des startups ont
abandonné le projet de levée. 


Ce sont les startups des secteurs

des fintech (44%), des services (42%)

et de l’industrie (40%) pour lesquelles

les levées de fonds — bien que réussies
— ont été particulièrement difficiles. 


Regardons de plus près ️
15% Sans avis
7% Ont abandonné leur tentative de levée de fonds
29% Ont réussi à lever des fonds sans difficulté
49% Ont réussi à lever des fonds mais avec difficulté
Les difficultés de financement des startups

selon la levée de fonds
Plus la startup est mature (série D et +),
moins la levée de fonds a été difficile, et
plus simple a été la recherche de solutions
alternatives (dette bancaire,
autofinancement…). Ce sont les startups
qui ont cherché à clôturer une série A qui
ont rencontré le plus de difficultés à trouver
des investisseurs.
FDécodeur
Quelles alternatives
aux levées de fonds
pour les startups ?
La dette bancaire apparaît comme

une alternative crédible pour les startups
(24% de celles qui ont levé des fonds
dans les 12 derniers mois disent avoir
également envisagé la dette bancaire),

de même que l'autofinancement

(20% des startups), preuve que l’atteinte
de la rentabilité et l’augmentation du
chiffre d’affaires par les startups leur
permet désormais de chercher des
financements plus classiques ou

de se “PMEiser”. La tendance a été
particulièrement forte dans le secteur

du retail (ecommerce, marketplaces)

dans lequel 55% des startups ont cherché
des solutions alternatives aux levées de
fonds (dette bancaire, autofinancement).


Le rachat de l’intégralité du capital,

par un grand groupe ou une autre

startup — et parfois appelée “dual track”
par opposition au “simple track” (ie. la
levée de fonds) — reste ultra-minoritaire,

avec seulement 2% des startups

qui disent l’avoir envisagé.
Légende Ont réussi à lever des fonds sans
difficulté
Ont réussi à lever des fonds

avec des difficultés
Ont eu recours à une solution de
financement alternative
50% 50%
22% 47% 31%
25% 25% 50%
36% 28% 36%
Série D et +
Série C
Série B
Série A
PARTIE 03
À quoi s’attendre en 2024 ?
FDécodeur
Les temps changent
Il y a un an, les difficultés de recrutement
étaient le frein n°1 identifié par 60% des
startups, suivies des levées de fonds
(38%) et du besoin d’un marché européen
plus unifié (35%). La nécessité de
contractualiser avec des clients (grands
groupes) n’était citée qu’en 6ème position
par 30% des startups.
Les 3 plus gros obstacles au développement des startups
dans les 12 prochains mois
58%
Contractualiser avec des clients privés et publics
47%
Lever des fonds
33%
Difficulté de recrutement
20%
Obtenir un prêt bancaire
14,5%
Retard de paiement des clients
14,5%
Charge fiscale des entreprises
13,5%
Complexité de la réglementation
12%
Complexité des procédures administratives
8%
Absence de marché unique européen
5%
Manque de conseil (mentorat…)
0,3%
Infrastructures des réseaux (5G, fibre..)
Le recrutement reste l’un des trois priorités des startups
dans les 12 prochains mois
Signe de leur adaptation à la conjoncture,
par rapport à l’an dernier, les startups
envisagent moins de plans de recrutement
massifs : ceux de 11 à 50 salariés
concernent 18% des startups en 2023
contre 23% en 2022, et ceux de 50 à 100
salariés concernent 3% des startups

cette année, contre 6% l’an dernier.


Pour autant, la tendance globale reste
bonne puisque 70% des startups
envisagent de recruter moins de 10 salariés
dans les 12 prochains mois — c’était 68%
l’an dernier. Les méga-plans de recrutement
de +100 salariés restent eux stables

et ultra-minoritaires (1% en 2023 et 2022).


Les baisses d’effectifs concernent moins

de 8% des startups (moins de 10 postes
supprimés pour 80% d'entre elles).
Quels plans RH sont envisagés dans les 12 prochains mois ?
70%
Recrutement entre 1 et 10
18%
Recrutement entre 11 et 50
3%
Recrutement entre 51 et 100
1%
Recrutement entre 100 et 250
6%
Réduction d’effectifs entre 1 et 10
1,5%
Réduction d’effectifs entre 11 et 50
0,5%
Réduction d’effectifs plus de 50
92% des startups envisagent de recruter dans les 12 prochains
mois. Elles étaient 98% à l’envisager il y a un an.
vs.
8% envisagent

de réduire

leurs effectifs.
Besoin de recruter de nouveaux talents ? Le
Mercatech de France Digitale sélectionne des
dizaines de profils disponibles 2 fois par mois
pour aider les startups à grandir. Intéressé ?
Rejoignez-nous !
Le cercle vertueux de la mesure d’impact
17% des startups ont déjà réalisé un bilan
carbone scope 3, et 10% ont réalisé une
analyse de cycle de vie. Les autres
mesures d’impact (Global Biodiversity
Score, Carbon Disclosure Project) restent
minoritaires (moins de 2%).
L’impact, un levier
pour lever des fonds ?
2/3 des startups qui ont un label ou déjà
réalisé une mesure d’impact estiment

que c’est un plus pour lever des fonds.
C’est même indispensable pour 10%
d’entre elles.
Besoin de muscler votre connaissance des
sujets à impact ou envie de rencontrer le top
200 des chief impact officers de l’écosystème
startup ?


Ça tombe bien, l’Impact Day de France Digitale
revient le 23 novembre à Paris.
Infos et inscriptions
27% Envisagent de le faire dans les 12 mois
41% Mesurent leur impact
32% N’envisagent pas de le faire dans les 12 mois
Les startups mesurent-elles

leur impact ?
Merci à...
Vivien CHEZELLE
vivien.chezelle@fr.ey.com
Anaïs MANGEMATIN
anais.mangematin@fr.ey.com
À propos d’EY
La raison d’être d’EY est de participer à la construction d’un monde plus équilibré, en créant de la
valeur sur le long terme pour nos clients, nos collaborateurs et pour la société, et en renforçant la
confiance dans les marchés financiers.

 

Expertes dans le traitement des données et des nouvelles technologies, les équipes EY, présentes
dans plus de 150 pays, contribuent à créer les conditions de la confiance dans l’économie et
répondent aux enjeux de croissance, de transformation et de gestion des activités de nos clients.

Fortes de compétences en audit, consulting, droit, stratégie, fiscalité et transactions, les équipes EY
sont en mesure de décrypter les complexités du monde d’aujourd’hui, de poser les bonnes questions
et d’y apporter des réponses pertinentes.

 

EY désigne l’organisation mondiale et peut faire référence à l’un ou plusieurs des membres d’Ernst &
Young Global Limited, dont chacun représente une entité juridique distincte. Ernst & Young Global
Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux
clients. 

Les informations sur la manière dont EY collecte et utilise les données personnelles, ainsi que sur les
droits des personnes concernées au titre de la législation en matière de protection des données sont
disponibles sur ey.com/privacy. Les cabinets membres d’EY ne pratiquent pas d’activité juridique
lorsque les lois locales l’interdisent. Pour plus d’informations sur notre organisation, veuillez vous
rendre sur notre site www.ey.com/fr.


SCORE France N°2023-079

© 2023 EY & Associés.

Tous droits réservés.
Merci à...
Marianne TORDEUX BITKER
marianne@francedigitale.org
Marie BELLAN
marie@francedigitale.org
À propos de France Digitale
Fondée en 2012, France Digitale est la plus grande association de
startups en Europe, avec plus de 2000 startups et investisseurs français.
L’association se donne pour mission de faire émerger des champions
européens du numérique en fédérant et en portant la voix de celles et
ceux qui innovent pour changer la face du monde.


France Digitale est co-présidée par Frédéric Mazzella, fondateur de
BlablaCar, et Benoist Grossmann, CEO d’Eurazeo Investment Manager.
1 de 18

Recomendados

Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de... por
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...France Digitale
2.6K vistas36 diapositivas
Barometre économie Luxembourg por
Barometre économie LuxembourgBarometre économie Luxembourg
Barometre économie LuxembourgPaperjam_redaction
477 vistas12 diapositivas
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d... por
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...EY
22.8K vistas19 diapositivas
Observatoire Quantalys BFM : Résultats complets Décembre 2020 por
Observatoire Quantalys BFM : Résultats complets Décembre 2020Observatoire Quantalys BFM : Résultats complets Décembre 2020
Observatoire Quantalys BFM : Résultats complets Décembre 2020Quantalys
993 vistas12 diapositivas
Panorama de l'Export 2021 por
Panorama de l'Export 2021Panorama de l'Export 2021
Panorama de l'Export 2021Bpifrance
179 vistas37 diapositivas
Rapport d'activité 2012 - BNP Paribas Cardif por
Rapport d'activité 2012 - BNP Paribas CardifRapport d'activité 2012 - BNP Paribas Cardif
Rapport d'activité 2012 - BNP Paribas CardifBNP Paribas Cardif
2K vistas17 diapositivas

Más contenido relacionado

Similar a France Digitale x EY French Tech Barometer 2023

Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode por
Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode
Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode Bpifrance
2.4K vistas21 diapositivas
Impact de bpifrance - Indicateurs 2018 por
Impact de bpifrance - Indicateurs 2018Impact de bpifrance - Indicateurs 2018
Impact de bpifrance - Indicateurs 2018Bpifrance
864 vistas13 diapositivas
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ... por
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ...Christophe Monnier
1K vistas14 diapositivas
Baromètre de l'Economie por
Baromètre de l'EconomieBaromètre de l'Economie
Baromètre de l'EconomiePaperjam_redaction
94 vistas14 diapositivas
Barometre por
BarometreBarometre
BarometrePaperjam_redaction
447 vistas14 diapositivas
PlandAffaires_75Factory_2015 por
PlandAffaires_75Factory_2015PlandAffaires_75Factory_2015
PlandAffaires_75Factory_2015Adrien Long
309 vistas41 diapositivas

Similar a France Digitale x EY French Tech Barometer 2023(20)

Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode por Bpifrance
Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode
Barometre trésorerie investissement et croissance PME Bpifrance Le Lab Rexecode
Bpifrance2.4K vistas
Impact de bpifrance - Indicateurs 2018 por Bpifrance
Impact de bpifrance - Indicateurs 2018Impact de bpifrance - Indicateurs 2018
Impact de bpifrance - Indicateurs 2018
Bpifrance864 vistas
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ... por Christophe Monnier
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ...
Christophe Monnier1K vistas
PlandAffaires_75Factory_2015 por Adrien Long
PlandAffaires_75Factory_2015PlandAffaires_75Factory_2015
PlandAffaires_75Factory_2015
Adrien Long309 vistas
La Grande Consultation des entrepreneurs - Décembre 2017 por CCI France
La Grande Consultation des entrepreneurs - Décembre 2017La Grande Consultation des entrepreneurs - Décembre 2017
La Grande Consultation des entrepreneurs - Décembre 2017
CCI France253 vistas
Opinionway CCI France - La grande consultation des entrepreneurs - Vague 24 /... por contactOpinionWay
Opinionway CCI France - La grande consultation des entrepreneurs - Vague 24 /...Opinionway CCI France - La grande consultation des entrepreneurs - Vague 24 /...
Opinionway CCI France - La grande consultation des entrepreneurs - Vague 24 /...
contactOpinionWay127 vistas
La grande consultation des entrepreneurs - Vague 2 - CCI France - Par Opinion... por OpinionWay
La grande consultation des entrepreneurs - Vague 2 - CCI France - Par Opinion...La grande consultation des entrepreneurs - Vague 2 - CCI France - Par Opinion...
La grande consultation des entrepreneurs - Vague 2 - CCI France - Par Opinion...
OpinionWay356 vistas
Opinionway / CCI France Grande consultation des entrepreneurs vague 2 - avril... por polenumerique33
Opinionway / CCI France Grande consultation des entrepreneurs vague 2 - avril...Opinionway / CCI France Grande consultation des entrepreneurs vague 2 - avril...
Opinionway / CCI France Grande consultation des entrepreneurs vague 2 - avril...
polenumerique33698 vistas
Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015 - Vague n°2 por CCI France
Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015 - Vague n°2Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015 - Vague n°2
Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015 - Vague n°2
CCI France3.3K vistas
Opinionway pour cci grande consultation des entrepreneurs vague 2 por CCI Entreprendre
Opinionway pour cci grande consultation des entrepreneurs vague 2Opinionway pour cci grande consultation des entrepreneurs vague 2
Opinionway pour cci grande consultation des entrepreneurs vague 2
CCI Entreprendre417 vistas
Opinionway pour CCI / La Tribune / Europe 1 : Grande consultation des entrepr... por contactOpinionWay
Opinionway pour CCI / La Tribune / Europe 1 : Grande consultation des entrepr...Opinionway pour CCI / La Tribune / Europe 1 : Grande consultation des entrepr...
Opinionway pour CCI / La Tribune / Europe 1 : Grande consultation des entrepr...
contactOpinionWay637 vistas
La performance économique et sociale des startups numériques en France 2014 por EY
La performance économique et sociale des startups numériques en France 2014La performance économique et sociale des startups numériques en France 2014
La performance économique et sociale des startups numériques en France 2014
EY7.7K vistas
Baromètre EY_FD 2014: La performance économique et sociale des startups numé... por France Digitale
Baromètre EY_FD 2014: La performance économique et sociale des startups numé...Baromètre EY_FD 2014: La performance économique et sociale des startups numé...
Baromètre EY_FD 2014: La performance économique et sociale des startups numé...
France Digitale107.2K vistas
Etude horizon pme_2015_principaux-enseignements por Chloé Prunel
Etude horizon pme_2015_principaux-enseignementsEtude horizon pme_2015_principaux-enseignements
Etude horizon pme_2015_principaux-enseignements
Chloé Prunel481 vistas
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014) por PwC France
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
PwC France 2.5K vistas
Banque palatine opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ma... por bcommandre
Banque palatine   opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ma...Banque palatine   opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ma...
Banque palatine opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ma...
bcommandre540 vistas
Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015 por Eric LEGER
Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015
Grande Consultation des Entrepreneurs - Avril 2015
Eric LEGER229 vistas
Banque palatine opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ju... por bcommandre
Banque palatine   opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ju...Banque palatine   opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ju...
Banque palatine opinion way - observatoire de la performance des pme-eti ju...
bcommandre314 vistas

Más de sjcobrien

Omada Pitch Deck por
Omada Pitch DeckOmada Pitch Deck
Omada Pitch Decksjcobrien
168 vistas9 diapositivas
Fipto Seed Pitch Deck por
Fipto Seed Pitch DeckFipto Seed Pitch Deck
Fipto Seed Pitch Decksjcobrien
66 vistas13 diapositivas
Aviwell Seed Pitch Deck por
Aviwell Seed Pitch DeckAviwell Seed Pitch Deck
Aviwell Seed Pitch Decksjcobrien
56 vistas18 diapositivas
Topo.io Pitch Deck por
Topo.io Pitch DeckTopo.io Pitch Deck
Topo.io Pitch Decksjcobrien
41 vistas21 diapositivas
Media shares por
Media sharesMedia shares
Media sharessjcobrien
737 vistas34 diapositivas
Lessons from The Next Newsroom Project por
Lessons from The Next Newsroom ProjectLessons from The Next Newsroom Project
Lessons from The Next Newsroom Projectsjcobrien
891 vistas45 diapositivas

Más de sjcobrien(12)

Omada Pitch Deck por sjcobrien
Omada Pitch DeckOmada Pitch Deck
Omada Pitch Deck
sjcobrien168 vistas
Fipto Seed Pitch Deck por sjcobrien
Fipto Seed Pitch DeckFipto Seed Pitch Deck
Fipto Seed Pitch Deck
sjcobrien66 vistas
Aviwell Seed Pitch Deck por sjcobrien
Aviwell Seed Pitch DeckAviwell Seed Pitch Deck
Aviwell Seed Pitch Deck
sjcobrien56 vistas
Topo.io Pitch Deck por sjcobrien
Topo.io Pitch DeckTopo.io Pitch Deck
Topo.io Pitch Deck
sjcobrien41 vistas
Media shares por sjcobrien
Media sharesMedia shares
Media shares
sjcobrien737 vistas
Lessons from The Next Newsroom Project por sjcobrien
Lessons from The Next Newsroom ProjectLessons from The Next Newsroom Project
Lessons from The Next Newsroom Project
sjcobrien891 vistas
10 Ways To Reinvent Your Newsroom Right Now por sjcobrien
10 Ways To Reinvent Your Newsroom Right Now10 Ways To Reinvent Your Newsroom Right Now
10 Ways To Reinvent Your Newsroom Right Now
sjcobrien2.2K vistas
Berkun Progress Webcast por sjcobrien
Berkun Progress WebcastBerkun Progress Webcast
Berkun Progress Webcast
sjcobrien459 vistas
Newsroom Of The Future por sjcobrien
Newsroom Of The FutureNewsroom Of The Future
Newsroom Of The Future
sjcobrien1.3K vistas
Archronica Architects from Saf Fahim por sjcobrien
Archronica Architects from Saf FahimArchronica Architects from Saf Fahim
Archronica Architects from Saf Fahim
sjcobrien611 vistas
Archronicaarchitects from Saf Fahim por sjcobrien
Archronicaarchitects from Saf FahimArchronicaarchitects from Saf Fahim
Archronicaarchitects from Saf Fahim
sjcobrien378 vistas
The Next Newsroom Project por sjcobrien
The Next Newsroom ProjectThe Next Newsroom Project
The Next Newsroom Project
sjcobrien457 vistas

France Digitale x EY French Tech Barometer 2023

  • 1. Baromètre sur la performance  économique et sociale des startups ÉDITION 2023
  • 2. p.03 Les infos clés à retenir p.04 Méthodologie p.05 L’heure du bilan p.09 Le meilleur argent, c’est celui des clients p.14 À quoi s’attendre en 2024 ? p.18 Remerciements p .02
  • 3. Une croissance toujours soutenue La France compte 13 000 startups en 2023. Entre 2021 et 2022, la croissance moyenne du chiffre d’affaires des startups bondit de +32%, portée par un marché domestique solide et un développement international qui ne faiblit pas. C’est 10 points de plus qu’entre 2021 et 2020, période au cours de laquelle le CA moyen avait déjà connu une croissance de +23%. Et l’emploi dans tout ça ? La recherche de rentabilité a des impacts limités sur les projections de réduction d’effectifs en startups : 92% des startups entendent mener un plan de recrutement alors que 8% des startups envisagent des licenciements dans les 12 prochains mois. A la même période l’an dernier, 98% des startups déclaraient envisager des recrutements. Pour autant, et preuve que l’écosystème pèse davantage chaque année, les startups représentent près de 1, 1 million d’emplois internes, directs et indirects. Vers plus d’innovations à impact ⅓ des startups ont déjà mesuré leur impact social ou environnemental. ⅔ des startups qui l’ont fait estiment que c’est un atout pour lever des fonds, voire que c’est même indispensable pour 10% d’entre elles. Des levées de fonds plus complexes Les startups françaises ont levé en 2022 près de 13,6 Mds d’euros soit +15% par rapport à 2021. Toutefois, la tendance pour 2023 se complique : elles ont levé 4,2 Mds d’euros au premier semestre 2023, soit -49% par rapport au premier semestre 2022. Ce sont les startups qui visent une série A pour lesquelles les levées de fonds sont les plus difficiles. Cap sur la rentabilité Face à un contexte économique plus difficile, les startups font preuve d’agilité et adaptent leur stratégie. Pour 90% d’entre elles, une priorité : accélérer leur développement pour atteindre la rentabilité. 30% des startups sont déjà rentables et 55% envisagent de l’être d’ici 3 ans. La moitié des startups qui ont réussi à lever des fonds disent avoir eu des difficultés à convaincre leurs investisseurs, et ont envisagé des solutions alternatives (dette bancaire, autofinancement). En résumé Si vous ne deviez lire qu’une page Le décryptage de Maya Noël et Franck Sebag Maya Noël LinkedIn Franck Sebag LinkedIn
  • 4. LA MÉTHODOLOGIE Ce baromètre a été réalisé sur la base des réponses collectées par France Digitale et EY & Associés ("EY") entre le 1er juin et le 15 août 2023 auprès de 500 startups répondant aux critères suivants : Siège social en France Non cotée ou cotée depuis moins de 5 ans Activité liée au secteur technologique Les données financières présentées dans ce baromètre portent sur les exercices 2022 et 2021.  Les données relatives à l’emploi en startups ont pour source l’étude sur l’Emploi en startups, publiée par France Digitale avec Actual Group en juin 2023. Les données relatives aux montants levés par les startups au premier semestre 2023 sont issues
 du Baromètre du capital risque S1 2023 d’EY. p.04
  • 6. Île-de-France 6 500 startups 9 288 en 2021 10 030 en 2022 350 000 Hauts-de-France 550 startups 92 en 2021 979 en 2022 75 000 Bourgogne- Franche-Comté 200 startups 18 en 2021 6 en 2022 25 000 Auvergne- Rhône-Alpes 1 500 startups 670 en 2021 841 en 2022 90 000 Corse 30 startups 3 en 2021 0 en 2022 40 000 Provence-Alpes- Côte d’Azur 900 startups 305 en 2021 416 en 2022 80 000 Occitanie 850 startups 531 en 2021 333 en 2022 110 000 Nouvelle- Aquitaine 850 startups 207 en 2021 577 en 2022 100 000 Pays de la Loire 400 startups 180 en 2021 193 en 2022 45 000 Centre-Val
 de Loire 150 startups 3 en 2021 5 en 2022 20 000 Bretagne 400 startups 129 en 2021 89 en 2022 50 000 Outre-mer 28 startups - en 2021 0,015 en 2022 15 000 Grand Est 350 startups 81 en 2021 143 en 2022 60 000 Normandie 300 startups 67 en 2021 16 en 2022 40 000 Photographie de l’écosystème startup
 au 1er septembre 2023 13 000 startups 13,6 Mds levés en 2022
 et 4,2 Mds au 1er semestre 2023 1,1 million d’emplois internes, directs
 et indirects Légende Montants levés en millions d’euros
 (en ou ) progression régression Nombre d'emplois internes, directs et indirects FDécodeur Les tendances passées et futures En 2022, le montant global des levées de fonds a augmenté en France de près de 15% par rapport à l’année 2021. Les régions françaises qui ont le plus bénéficié de cette croissance sont les Hauts-de-France (+967%), Nouvelle- Aquitaine (+178%), Grand Est (+100%). La Corse, Les Pays de la Loire, La Bourgogne Franche-Comté, le Centre Val-de-Loire et l’Occitanie ont accusé une baisse des montants levés. Quelles perspectives en 2023 ?
 La comparaison entre les montants levés aux premiers semestres 2022 et 2023
 fait apparaître une baisse de -49% 
 des montants levés. La tendance est hétérogène entre les régions : certaines régions maintiennent le cap sur les levées de fonds, comme en Bretagne (+162%), Grand Est (+54%) et Auvergne-Rhône- Alpes (+37%). Mais ça se complique dans les Hauts-de-France (-92%), en Ile-de- France (-56%), dans les Pays-de-la-Loire (-51%), en Nouvelle-Aquitaine (-38%)
 et en Centre-Val-de-Loire (-33%).
  • 7. Résilience et accélération : les startups françaises s’adaptent à la conjoncture économique Le meilleur argent, c’est celui des clients : les startups privilégient ainsi
 le chiffre d’affaires aux levées de fonds. 16% Réduction des coûts externes 3% Autres 1% Abandon de certaines géographies 6% Rapprochement capitalistique avec d’autres startups 9% Accélération d'une prochaine levée de fonds 15% Accélération du développement 13% Pas de changement de stratégie 10% Réduction d'effectifs 10% Retardement d'une future levée de fonds 17% Atteinte de la rentabilité à court ou moyen terme Au cours des 12 derniers mois,
 90% des startups françaises ont adapté leur stratégie au contexte économique mondial plus complexe, avec une priorité : accélérer leur développement pour atteindre la rentabilité.
  • 8. La rentabilité n’est pas un mirage pour les startups ! 85% des startups sont déjà rentables ou envisagent de l’être d’ici 3 ans.  Les secteurs dans lesquels l’atteinte de la rentabilité est la plus longue sont l’agroalimentaire (38% de startups déclarant atteindre la rentabilité d’ici 3 à 8 ans), la santé (32%) et l’industrie (22%). 30% sont déjà rentables 55% déclarent qu'elles seront rentables
 d'ici 3 ans 15% déclarent qu'elles seront rentables
 d'ici 3 à 8 ans La rentabilité, atteignable à quel prix ? Les startups françaises privilégient
 la réduction des coûts externes aux réductions d’effectifs pour atteindre
 la rentabilité. L’abandon de certaines géographies reste minoritaire - en attestent les proportions stables de croissance du chiffre d’affaires entre zones géographiques (voir page p.10).
  • 9. PARTIE 02 Le meilleur argent,
 c’est celui des clients
  • 10. Le chiffre d’affaires, ce nouvel eldorado des startups Entre 2021 et 2022, la croissance moyenne du chiffre d’affaires des startups bondit
 de +32%. C’est 10 points de plus qu’entre 2021 et 2020, période au cours de laquelle le CA moyen des startups, tous marchés confondus, avait déjà connu une croissance de +23%.  Si la répartition géographique du CA
 reste la même, on souligne tout de même
 la bonne santé du marché domestique malgré le contexte économique avec
 +35 points sur la période versus
 +18 entre 2020 et 2021. Europe (EXC. FRANCE) 22% 1,189M€ 22% 1,167M€ 56% 3,036M€ International (exc. europe) CA 2021 CA 2022 +32% France 23% 957M€ 22% 878M€ 55% 2,246M€
  • 11. Les plus gros clients des startups sont… Les grands groupes sont les plus grands contributeurs au chiffre d’affaires des startups. Ils représentent 60% des acheteurs avec lesquels les startups réalisent plus de la moitié de leur chiffre d'affaires. Les deuxièmes contributeurs sont les startups (23%), devant les acheteurs publics (7%). FDécodeur Quelles sont les plus grandes difficultés des startups pour contractualiser avec les grands groupes et les acheteurs publics ? 75% Cycle de vente trop long 60% Difficulté à entrer en contact avec ces structures 53% Structure des appels d’offre inadaptée aux startups 38% Manque d’information sur les appels d’offre 28% Délais de paiement trop longs 19% Coûts externes de réponse aux appels d’offre trop élevés 18% Manque de formation des acheteurs n°2 23% n°1 60% n°3 17% Grands groupes Startups Acheteurs publics
  • 12. Les levées de fonds sont-elles toujours d’actualité ? Si l’année 2022 s’est clôturée avec
 un montant total levé par les startups
 de près de 13,6 Mds d’euros, l’année 2023 s’annonce plus complexe. Au premier semestre, les startups françaises ont levé 4,2 Mds d’euros, soit une baisse de moins 49 % en valeur par rapport au S1 2022.  Comment les startups ont-elles vécu
 les 12 derniers mois ? Plus d’1 startup sur 3 n’a pas cherché à lever des fonds dans les 12 derniers mois. Quant à celles qui ont réussi à lever des fonds, la moitié dit avoir eu des difficultés pour convaincre les investisseurs,
 et avoir cherché des solutions alternatives au capital risque. 7% des startups ont abandonné le projet de levée.  Ce sont les startups des secteurs
 des fintech (44%), des services (42%)
 et de l’industrie (40%) pour lesquelles
 les levées de fonds — bien que réussies — ont été particulièrement difficiles.  Regardons de plus près ️ 15% Sans avis 7% Ont abandonné leur tentative de levée de fonds 29% Ont réussi à lever des fonds sans difficulté 49% Ont réussi à lever des fonds mais avec difficulté
  • 13. Les difficultés de financement des startups
 selon la levée de fonds Plus la startup est mature (série D et +), moins la levée de fonds a été difficile, et plus simple a été la recherche de solutions alternatives (dette bancaire, autofinancement…). Ce sont les startups qui ont cherché à clôturer une série A qui ont rencontré le plus de difficultés à trouver des investisseurs. FDécodeur Quelles alternatives aux levées de fonds pour les startups ? La dette bancaire apparaît comme
 une alternative crédible pour les startups (24% de celles qui ont levé des fonds dans les 12 derniers mois disent avoir également envisagé la dette bancaire),
 de même que l'autofinancement
 (20% des startups), preuve que l’atteinte de la rentabilité et l’augmentation du chiffre d’affaires par les startups leur permet désormais de chercher des financements plus classiques ou
 de se “PMEiser”. La tendance a été particulièrement forte dans le secteur
 du retail (ecommerce, marketplaces)
 dans lequel 55% des startups ont cherché des solutions alternatives aux levées de fonds (dette bancaire, autofinancement). Le rachat de l’intégralité du capital,
 par un grand groupe ou une autre
 startup — et parfois appelée “dual track” par opposition au “simple track” (ie. la levée de fonds) — reste ultra-minoritaire,
 avec seulement 2% des startups
 qui disent l’avoir envisagé. Légende Ont réussi à lever des fonds sans difficulté Ont réussi à lever des fonds
 avec des difficultés Ont eu recours à une solution de financement alternative 50% 50% 22% 47% 31% 25% 25% 50% 36% 28% 36% Série D et + Série C Série B Série A
  • 14. PARTIE 03 À quoi s’attendre en 2024 ?
  • 15. FDécodeur Les temps changent Il y a un an, les difficultés de recrutement étaient le frein n°1 identifié par 60% des startups, suivies des levées de fonds (38%) et du besoin d’un marché européen plus unifié (35%). La nécessité de contractualiser avec des clients (grands groupes) n’était citée qu’en 6ème position par 30% des startups. Les 3 plus gros obstacles au développement des startups dans les 12 prochains mois 58% Contractualiser avec des clients privés et publics 47% Lever des fonds 33% Difficulté de recrutement 20% Obtenir un prêt bancaire 14,5% Retard de paiement des clients 14,5% Charge fiscale des entreprises 13,5% Complexité de la réglementation 12% Complexité des procédures administratives 8% Absence de marché unique européen 5% Manque de conseil (mentorat…) 0,3% Infrastructures des réseaux (5G, fibre..)
  • 16. Le recrutement reste l’un des trois priorités des startups dans les 12 prochains mois Signe de leur adaptation à la conjoncture, par rapport à l’an dernier, les startups envisagent moins de plans de recrutement massifs : ceux de 11 à 50 salariés concernent 18% des startups en 2023 contre 23% en 2022, et ceux de 50 à 100 salariés concernent 3% des startups
 cette année, contre 6% l’an dernier. Pour autant, la tendance globale reste bonne puisque 70% des startups envisagent de recruter moins de 10 salariés dans les 12 prochains mois — c’était 68% l’an dernier. Les méga-plans de recrutement de +100 salariés restent eux stables
 et ultra-minoritaires (1% en 2023 et 2022). Les baisses d’effectifs concernent moins
 de 8% des startups (moins de 10 postes supprimés pour 80% d'entre elles). Quels plans RH sont envisagés dans les 12 prochains mois ? 70% Recrutement entre 1 et 10 18% Recrutement entre 11 et 50 3% Recrutement entre 51 et 100 1% Recrutement entre 100 et 250 6% Réduction d’effectifs entre 1 et 10 1,5% Réduction d’effectifs entre 11 et 50 0,5% Réduction d’effectifs plus de 50 92% des startups envisagent de recruter dans les 12 prochains mois. Elles étaient 98% à l’envisager il y a un an. vs. 8% envisagent
 de réduire
 leurs effectifs. Besoin de recruter de nouveaux talents ? Le Mercatech de France Digitale sélectionne des dizaines de profils disponibles 2 fois par mois pour aider les startups à grandir. Intéressé ? Rejoignez-nous !
  • 17. Le cercle vertueux de la mesure d’impact 17% des startups ont déjà réalisé un bilan carbone scope 3, et 10% ont réalisé une analyse de cycle de vie. Les autres mesures d’impact (Global Biodiversity Score, Carbon Disclosure Project) restent minoritaires (moins de 2%). L’impact, un levier pour lever des fonds ? 2/3 des startups qui ont un label ou déjà réalisé une mesure d’impact estiment
 que c’est un plus pour lever des fonds. C’est même indispensable pour 10% d’entre elles. Besoin de muscler votre connaissance des sujets à impact ou envie de rencontrer le top 200 des chief impact officers de l’écosystème startup ? Ça tombe bien, l’Impact Day de France Digitale revient le 23 novembre à Paris. Infos et inscriptions 27% Envisagent de le faire dans les 12 mois 41% Mesurent leur impact 32% N’envisagent pas de le faire dans les 12 mois Les startups mesurent-elles
 leur impact ?
  • 18. Merci à... Vivien CHEZELLE vivien.chezelle@fr.ey.com Anaïs MANGEMATIN anais.mangematin@fr.ey.com À propos d’EY La raison d’être d’EY est de participer à la construction d’un monde plus équilibré, en créant de la valeur sur le long terme pour nos clients, nos collaborateurs et pour la société, et en renforçant la confiance dans les marchés financiers.   Expertes dans le traitement des données et des nouvelles technologies, les équipes EY, présentes dans plus de 150 pays, contribuent à créer les conditions de la confiance dans l’économie et répondent aux enjeux de croissance, de transformation et de gestion des activités de nos clients. Fortes de compétences en audit, consulting, droit, stratégie, fiscalité et transactions, les équipes EY sont en mesure de décrypter les complexités du monde d’aujourd’hui, de poser les bonnes questions et d’y apporter des réponses pertinentes.   EY désigne l’organisation mondiale et peut faire référence à l’un ou plusieurs des membres d’Ernst & Young Global Limited, dont chacun représente une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients.  Les informations sur la manière dont EY collecte et utilise les données personnelles, ainsi que sur les droits des personnes concernées au titre de la législation en matière de protection des données sont disponibles sur ey.com/privacy. Les cabinets membres d’EY ne pratiquent pas d’activité juridique lorsque les lois locales l’interdisent. Pour plus d’informations sur notre organisation, veuillez vous rendre sur notre site www.ey.com/fr. 
 SCORE France N°2023-079 © 2023 EY & Associés. Tous droits réservés. Merci à... Marianne TORDEUX BITKER marianne@francedigitale.org Marie BELLAN marie@francedigitale.org À propos de France Digitale Fondée en 2012, France Digitale est la plus grande association de startups en Europe, avec plus de 2000 startups et investisseurs français. L’association se donne pour mission de faire émerger des champions européens du numérique en fédérant et en portant la voix de celles et ceux qui innovent pour changer la face du monde. France Digitale est co-présidée par Frédéric Mazzella, fondateur de BlablaCar, et Benoist Grossmann, CEO d’Eurazeo Investment Manager.