Se ha denunciado esta presentación.
Se está descargando tu SlideShare. ×

Comment Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft ont pris le contrôle de l’internet et qu’est ce qu’ils en font ?

Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Cargando en…3
×

Eche un vistazo a continuación

1 de 43 Anuncio

Más Contenido Relacionado

Presentaciones para usted (13)

Similares a Comment Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft ont pris le contrôle de l’internet et qu’est ce qu’ils en font ? (20)

Anuncio

Más de smyrnaios (20)

Más reciente (20)

Anuncio

Comment Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft ont pris le contrôle de l’internet et qu’est ce qu’ils en font ?

  1. 1. Comment Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft ont pris le contrôle de l’internet et qu’est ce qu’ils en font ? Nikos Smyrnaios, Université de Toulouse
  2. 2. Paru en mai 2017
  3. 3. Le point de départ L’internet (Web 2.0) serait un moyen de diffusion égalitaire, décentralisé, neutre, d’un pluralisme « naturel » Il s’opposerait notamment aux médias audiovisuels, centralisés, linéaires, sous l’emprise d’intérêts économiques et politiques Il renforcerait l’autonomie des citoyens face à la puissance des organisations (médias, Etats, institutions) L’impératif participatif serait à l’origine d’un processus d’empowerment aux conséquences positives
  4. 4. Le point de depart .
  5. 5. Puis il y a eu ça en 2013…
  6. 6. Et ça en 2014…
  7. 7. Puis il y a eu ça …
  8. 8. Objectif de ce livre: offrir un cadre théorique cohérent pour cette critique radicale de l’économie politique de l’internet Lier superstructure / base matérielle Vision globale sur la structure oligopolistique des GAFAM Montrer en quoi ces acteurs sont représentatifs d’un nouvel ordre capitaliste, dérégulé, financiarisé à outrance et mondialisé dont les réseaux numériques constituent le système nerveux In fine : « dévoiler les ressorts de la domination, les rendre intelligibles, mais aussi irrecevables, c’est-à-dire dénoncer un certain ordre social pour s’en émanciper », F. Granjon
  9. 9. Le propos 1. Principalement que l’internet contemporain est dominé par un oligopole constitué d’un petit nombre de multinationales, bénéficiant des conditions favorables et caractérisés par des logiques et stratégies communes 2. Secondairement que la fonction stratégique contrôlée par cet oligopole est celle de l’intermédiation informationnelle (infomédiation), définie comme la capacité à organiser les marchés et les usages de l’information numérique 3. Enfin, que la question dépasse la simple question de la concentration oligopolistique et porte sur des enjeux politiques plus large
  10. 10. Un peu d’histoire L’internet n’a pas été conçu pour un usage commercial mais comme un bien public (paradigme keynésien) qui a couté $400Mds au contribuable US A la fin des années 70 la jonction entre néolibéralisme et déterminisme technologique a légitimé le marché comme seul vecteur d’innovation école de Chicago = l’innovation ne peut venir que par le marché Dépassement technologique de la critique du capitalisme Début de la vague de privatisation de British Telecom et démontage de AT&T (Thatcher & Reagan) Dans les années 80 marchandisation croissante de l’informatique connectée (Compuserve, Prodigy, Genie)
  11. 11. « J’ai commencé à réaliser que je m’étais marchandisée (commodified) moi même (…) Je créais mes pensées intérieures comme un moyen de production pour l’entreprise qui était propriétaire du support sur lequel je postais, et cette marchandise était vendue à d’autres consommateurs/marchandises comme du divertissement. Ca veut dire que j’ai vendu mon âme comme une chaussure de tennis et je n’ai jamais tiré aucun bénéfice de cette vente », Carmen Hermosillo, The WELL, 1994
  12. 12. Un peu d’histoire Dans les 90s traduction politique en processus massif de dérèglementation et de privatisation Privatisation des opérateurs publics de télécoms en Europe Le 30 avril 1995: décision de l’administration Clinton pour privatiser l’infrastructure de l’internet et permettre les usages commerciaux . Une décision jamais débattue (McChesney), prise dans l’ombre sous la pression des lobbys et dans l’indifférence des geeks Financiarisation (capital risque, hedge funds) + culture startup
  13. 13. Un peu d’histoire L’internet dominé par un oligopole : un projet explicite encensé par Wall Street à la fin des années 90. Mais il ne s’est pas réalisé comme le prévoyait la « théorie de la convergence »: contenus + réseaux
  14. 14. L’oligopole des GAFAM en chiffres
  15. 15. L’oligopole des GAFAM en chiffres
  16. 16. Les conditions de l’oligopole Une économie financiarisée Afflux de capitaux à la Silicon Valley. L’attrait des investisseurs fournit à ces acteurs des ressources exorbitantes
  17. 17. Les conditions de l’oligopole Une économie favorisant la concentration Non rivalité des biens numériques, économie à coûts fixes => rendements croissants Externalités positives => marchandisation des biens communs Abaissement des coûts de transaction Performance absolue/performance relative Effet de réseau
  18. 18. Les conditions de l’oligopole L’absence de régulation
  19. 19. Les conditions de l’oligopole Une économie mondialisée Stratégies et produits indifférenciés à l’échelle mondiale Des acteurs oligopolistiques concentrés sur un territoire réduit (Côte Ouest des US) Conception de produits et décisions stratégiques centralisées Organisation matricielle qui permet de diriger des divisions locales avec très peu de marge de manœuvre (commerciale) ou d’initiative sauf exception (p.e. YouTube)
  20. 20. Les conditions de l’oligopole L’intensification de l’exploitation du travail
  21. 21. Les conditions de l’oligopole L’intensification de l’exploitation du travail
  22. 22. Les conditions de l’oligopole Et le travail gratuit des internautes (Digital Labor)
  23. 23. Un nombre d’employés « officiel » faible
  24. 24. Les conditions de l’oligopole Une rentabilité exceptionnelle Taux de profit deux fois supérieur à la moyenne de Wall Street (10,6% moyenne du S&P 500®)
  25. 25. Les stratégies de l’oligopole La publicité ciblée au cœur des modèles économiques
  26. 26. Les stratégies de l’oligopole La publicité ciblée au cœur des modèles économiques La collecte des données est centrale pour qualifier les cibles et les vendre efficacement aux annonceurs
  27. 27. Les stratégies de l’oligopole L’infomédiation une fonction centrale de l’internet « l’ensemble de segments d’activité et de dispositifs numériques qui permettent la mise en contact des internautes avec tout type d’informations en ligne mais aussi avec d’autres internautes » 1. une position d’intermédiaire informationnel 2. la production d’assemblages d’informations via des plateformes 3. des modèles d’affaires dépendant essentiellement des commissions sur les transactions et de l’exploitation des données collectées sur les utilisateurs
  28. 28. Les stratégies de l’oligopole Infomédiation algorithmique et « sociale » Des algorithmes qui exploitent de manière industrielle « l’agrégation automatique des jugements incertains, dispersés et aléatoires de la foule des internautes » D. Cardon Classer et hiérarchiser à partir de « métriques destinées à décrire les formes relationnelles du social » D. Cardon « architecture organisationnelle de la visibilité » qui définit ce qui est possible de percevoir, ou pas, parmi l’immensité des possibilités, T. Bucher
  29. 29. Les stratégies de l’oligopole
  30. 30. Les stratégies de l’oligopole Concentration verticale la réunion sous un même pouvoir de décision de tout un ensemble d’activités complémentaires qui constituent une chaine de production (soit par propriété, soit par accords exclusifs) Equipements informatiques Systèmes d’exploitation Data Centers Réseaux de télécommunication
  31. 31. Les stratégies de l’oligopole Concentration horizontale la réunion sous un même pouvoir de décision de sociétés qui produisent des biens ou des services substituables, c’est à dire assurant une fonction comparable pour l’utilisateur final 1. communication interpersonnelle et intergroupe (courrier électronique, la messagerie instantanée et le réseautage social) 1. accès à des contenus et des informations (search, téléchargement, streaming etc.)
  32. 32. Les stratégies de l’oligopole Infomédiation algorithmique et « sociale » Des algorithmes qui exploitent de manière industrielle « l’agrégation automatique des jugements incertains, dispersés et aléatoires de la foule des internautes » D. Cardon Classer et hiérarchiser à partir de « métriques destinées à décrire les formes relationnelles du social » D. Cardon « architecture organisationnelle de la visibilité » qui définit ce qui est possible de percevoir, ou pas, parmi l’immensité des possibilités, T. Bucher
  33. 33. contenus Bases de données + algorithmes d’ infomédiation internautes L’enjeu pour les producteurs de contenus/éditeurs est de s’adapter aux critères des algorithmes Le mieux ils s’adaptent, le plus ils gagnent en visibilité sur les plateformes d’infomédiation Ce qui leur permet de gagner de l’audience et/ou de ressources (publicitaires, téléchargements d’applications, actes d’achats etc.) Processus de collecte (objet de négociation) Hiérarchisation, édition (automatiques) Les plateformes d’infomédiation
  34. 34. Google et Facebook: pourvoyeurs majeurs de trafic pour les sites d’information à l’échelle mondiale
  35. 35. Des éditeurs sous emprise Relations entre éditeurs et infomédiaires sont à la fois faites de coopération et de concurrence Coopération: dépendance mutuelle, les éditeurs ont besoin du trafic, les infomédiaires du contenu Concurrence sur le marché publicitaire Opposition de paradigmes (idéologie californienne vs. logiques médiatiques) Adaptation réciproque mais rapport de force largement favorable aux infomédiaires
  36. 36. La carotte et le bâton 2012: Facebook fait payer la visibilité des « Pages » 2013: Google verse 60M aux éditeurs français 2014: Google « punit » Axel Springer (-40% de trafic) 2014: fermeture de Google News Espagne 2014: Facebook lance Public Content Solutions pour « aider » les éditeurs à mieux exploiter sa force 2016: Instant Articles et AMP pour smartphones 2017: financement de €150M des médias européens par Google Formations gratuites et bourses pour des journalistes (Google News Lab, Facebook Journalism Project), financement de projets comme CrossCheck Les éditeurs se concurrencent dans un cadre imposé
  37. 37. Le cas Google 2 sources de trafic via Google: Le portail Google News Le moteur généraliste Actu “chaude” Info “froide”
  38. 38. Journalisme pour Google Propension à traiter le + de sujets => logique productiviste (utilisation de matériaux de seconde main, journalisme assis ) Production en fonction des mots-clés les plus recherchés => ligne éditorial basée sur la demande (ex. Melty.fr) Impact sur l’écriture journalistique => p.e. prolifération de titres du type Double titrage : 1 pour Google, 1 pour les lecteurs Publication la plus rapide possible, quitte à mettre à jour Emprise du SEO (formatage, site maps, microdata etc.)
  39. 39. La cas Facebook La visibilité des contenus sur Facebook dépend d’un algorithme complexe qui combine 100 000 « signaux » Circulation circulaire: taux de partage des contenus individuels impacte la visibilité global du site
  40. 40. Journalisme pour Facebook Les journalistes sont incités à: Diffuser des contenus générant de l’interaction (articles à forte charge émotionnelle ou décalés) Utiliser le ciblage sociodémographique Changer la structure de la page en fonction de la provenance, publier à des moments précis Payer Facebook pour acquérir de l’audience Phénomène d’accroissement circulaire de clics (mise en avant sur la page d’accueil de « plus partagés »)
  41. 41. Enjeux politiques Fragmentation et déstructuration de l’espace public Faux trafic, faux amis, fake news propagande (Russie, Trump) censure morale/politique Intelligence artificielle
  42. 42. Conclusion « La centralisation croissante de l’internet contemporain entre les mains d’un petit nombre d’entreprises oligopolistiques contraire aux principes fondateurs de l’internet », Tim Berners-Lee, 2016 Que faire ? logiciel libre ; production collaborative et financement participatif ; infrastructures pair à pair ; cryptage systématique des communications ; blockchain; gouvernance décentralisée Est-ce possible de résister à cette concentration uniquement par des alternatives sans mettre en cause le capitalisme (néolibéral) ?

×