Se ha denunciado esta presentación.
Utilizamos tu perfil de LinkedIn y tus datos de actividad para personalizar los anuncios y mostrarte publicidad más relevante. Puedes cambiar tus preferencias de publicidad en cualquier momento.

Article Le Monde 17 10-2017 - Sitôt Cliqué, sitôt livré !

210 visualizaciones

Publicado el

Article sur la logistique et l'e-commerce, avec interview de Jérôme Libeskind, expert en logistique urbaine et e-commerce

Publicado en: Servicios
  • Sé el primero en comentar

Article Le Monde 17 10-2017 - Sitôt Cliqué, sitôt livré !

  1. 1. Le r,lohdg t? oct . ZolT §[tmt clüqué- ffiitôt as moins de toTooo mètres carrés au sol, quelque 7o quais d'expédition, 5oo salariés à temps plein annoncés, sans compter les intérimaires : Arna- zon a inauguré fin septembre, près dAmiens, en présence d'[mmanuel Ma- cron, son cinquième et plus vaste pôle logis- tique en France. Le géant américain de la vente en ligne ne compte manilestement pas s'arrêter en si bon chenrin: il devrait ouvrir enzorS un entrepôt à Brétigny-sur-Orge (Es- sonne), puis un âutre à Senlis (Oise). En rachetant laméricain Whole Foods, Amazon s'est lancé dans la distribution physique. Ët commence à marcher strr les plates-bandes d'un secteur - l'un des pre' miers employeurs de France - en plein chambardement. Pour ces acteurs (trans- porteurs, entreposage, spécialistes du « der- nier kilomètre »), le spectre dAmaeon in- came tout ce qui transforme, voire ébranle, leurs métiers: cles circuits ultrarapides, des technologies de pointe, des cotrts réduits et une chaîne totalement intégrée, allant de l'otÏre du produit iusqu'à sa reprise en cas de problème. Exactement ce que souhaite le consommateur. «Auiourd'hui, le client est de plus en plus exigeant: il veut plus de rapidité, Ttlus d'agî- lité, plus de réactivité, mais pottr ntoins cher », résume Magali Testard, associée responsa- ble du conseil achats et supply clnin chez Deloitte. C'est vrai pour la fashionista qui commande ses escarpins en surfant le soir sur le Web, mais aussi pour les industriels convertis aux flux tendus, qui ne stockent plus, mais ne peuvent pas pour autant se permettre de faire attendre leurs clients. «Plus les clients sont contents, ltlus ils vont utitiser,Intemetvou.r!eur1y-l:it:!-":::_?-:: « La croissance du e-commerce, Ia globalisa- tion de la fabrication entraînent une très grande contplexiJication de la logistique, abonde Alain Picard, président du conseil de surveillance de Geodis, premier Iogisticieu français (et filiale du groupe SNCF).À,lbutez ci cela la mondialisation de Ia distribution, lémergence de lAfrique et de l'lnde, qui vont créer des besoins gigantesques. » L'activité de la logistique croît de manière comparable ar"r PIB mondial - ce qui est certes une bonne nouvelle, mais qui ne va pas sans créer quel- qr.res tensions. « Le ntande de la logistique est très impacté par les nouvelles technologies. An peut se retrauver rapidement avec très peu dacteurs qui monopoliseraient le secteur», ajoute Luc Nadal, directeur général de Gefco. Pour les acteurs français, lenieu est d'exis- ter dans un marché qui, par nature, est mon- dial. Economiquement, la logistique repré- sente LSmillion d'emplois en France, url chiffre qui pourrait augmenter fortement dans les années qui viennent afin d'accom- pâgner le développement de l'activité,." à condition que celle-ci ne parte pas au-delà de nos frontières . « Contrairement aux idées re- çues, la logistique est complètement ddocali- sable. Et dhilleurs, le barycentre européen se décale vers l'Est et prolite largement à lAlle- magne et à ses yorsirrs; Tchéquie, Pologne... », remarque |érôme Libeskind, fondateur de Logicités et expert en logistique urbaine et e- commerce. Autre danger: ne pas se faire dé- posséder de ses métiers par ses propres clients. «Certains industriels se rendent campte que la logistîque est stratégique et se dotent d'une vraie entité, quitle à travailler pour dhutres groupes Cela se Jhit déjà beau- coup en Espagne et en Allemagne», met en garde Vincent Gaide, associé responsable du secteur transport et logistique chez PwC. Compétitivité et efficacité sont donc es- sentielles dans ces métiers transformés par le numérique et I'automatis ation. « En tg6g, on livrait les colis en dix jours, rappelle ]ean- Sébastien Léridon, directeur général de Re- lais Colis, filiale de La Redoute. Aujourd'hui, ottec une activité quî croît de t5 % par an, on est capable de livrer en 24 heures sur tout le territoire. » L'entrepôt de Combs-la-Ville, dans une viile de Seine-et-Mame couverte d'entrepôts - proximité des nceuds autorou- tiers obllge - a été entièrement repensé pour cela. D'immenses tapis roulants transpor- tent 10 ooo colis à l'heure (tz ooo d'ici à la fin de l'année) d'un point à l'autre du site en les dispatchant selon les destinations de ma- nière automatique, les capteurs optiques li- sant les codes-barres. I"A GUERRE DES TALENTS « iVons avons changé rous nos outils de back- office et tle traçabilité; la technologie nous pemtet de localiser les colis tout au long de la clwîne », commente Jean-Sébastien Léridon. Montant total de l'investissement: 40 mil- lions d'euros, auxquels s'ajoute la formation des équipes aux nouveaux processus. Les co- lis du iour, une fois triés et placés dans des sacs par secteur géographique, sont chargés dans des camions, qui partent entre zoheu- res et 23 herlres distribuer les points relais, oùr les clients finaux viendront les récupérer. Co- «CONTRAIREMENT AUX IDÉES REçUES" [A LoGTSTTQUE EST COMPTÈTEMENT DEIOCAIISABIE» JÉRôME lrbrsxlxo fondateur de Logicités
  2. 2. Iissimo a également réalisé des investisse- n-;etris ccuséquenis dâns sa chaùre logisii- qiie, tout en expérimentant de ltouveaux ser- vices, comme le fait d'aller chercher la marchandise dans les magasins physiques pour la iiwer directement chez le client, sur le modèle de ce que font les enseignes de Iuxe. « Si notts somntes présents darTs 17 pays avec une ctaissance de zo % à I'intemational, c'est lié à notre capacité à innover, assure de son côté Ludovic Lamaud, directeur général ad- joint d'ID Logistics, une entreprise créée en2oo2. Chaque année, grô.ce à des appels à projets lancés altprès de sta,i-up, ID Logistics met en æavre une teclmologie nouvelle. Par exempie,le proiet Cosling consiste à coniposer de façon intelligente, grôce à Ia ntodélisa- üon jD, des palettes a-vec des colis hétérogè- nes. Le tnanutentionnaire n'a plus c1uà suivre ie schéma proposé par lbrdinateur pour em- piler les colis. » Anaiyse prédictive, machine leaming, géo- localisation et, auiourd'hui, blockchain : tou- tes ces technologies prometteuses se heur- tent à une waie question, celle des talents. «Les data scientists sont encore rares et très chers sur le marché ", concède Magali Testard. La logisiique attire moins les profils les plus pointus que d'autres secteurs; et c'est aussiie cas pour ies investisseurs. Sur le sulet <<abso- luinent fondamen-tal" de la logistique ur- baine - c'est-à-dire la livraison de millions de peüts ou gros coüs dans les ülles, depuis la paire de chaussures achetée en ligne jusqu'à l'approvisionnement des magasins-, « otM'cl pas de sohrtiotr », déplore Alain Picard. Erreur I Une start-itp l].onnaise, TwinsivHeel, a mis au point un petit robot autonome, capable de liwer des colis de 4o à 1zo kg et adâpté aux besoins urbains. «tVorre véhicule GutotTotne esf lrès apprécié des ex- perts de Ia logistique et des utilisateurs finata, mais on a beaucoup plus de ntal avec les insti- tutions publiques et les gens durtnancement, déplore Vincent Talon, à l'origine, avec son frère jumeau, Beniamin, du proie! qu'ils fi- nancent sur leurs fonds propres. Nou s avons présenté huit fois notre dassier à la Bdnque publique d'investissement et on nous a ré' ponduhuitfois non, car nou-s nétîans pas ca- pables de démontrer que notre proiet était in- dustiellement rentable à court terme. » Dommage. Car ia logistique « du ciemier ki- lomètre » est un véritable gisement de créa- tion de valeur, selon les experts. D'autant que, souligne Rayanond Woessner, ancien di- recteur du master trènsport, logistique, terri- toire et environnement à la Sorbonne, « c'esf aussi un enj eu environnemental : les métropo- les sont en cancurrence globale et doivent se présenter comme écologiquement carrectes. Il faut une logistique innovante pour cela ».Tov- tefois, d'autres start-up, comme lVing, créée en octobre 2ot5, prestataire de sen ices logis- tiques pour les commerçants et e-commer- çants, qui compte déià plus de 3oociients et une trentaine de salariés, connaissent moins de vicissitudes - mais il s'agit moins d'une s olution industrielle que logicielle. L'EÈ.IJEU DES INFRASTRUCÎURES Àutre acteur important du sesteur: Gefco. Si te dirigeant de l'entreprise (aujourd'hur déte- ilue par les chemins de fer russes) ne nie pas f importance de se rapprocher des start-up, il a choisi une autre approche. «/e consîdère que ie big nbst pas nécessairentent beautifuI,note Luc Nadal. On voit des logisüciens de niche qui :e débrouillent très bien. » Cette ancienne fi- liale de PSA a choisi de se concentrer sur Ia fi- lière automobile, son métier historique, avec une stratégie « en amont » : intégrer sa main-d'æuwe sur les chaùres de montage pour finaliser l'assemblage des l,éhicules avant ieur transport. l'eryérience est menée à l'usine PSA de Mulhouse depuis clnq mois et Luc Nadal entend bien « éIargir cette acti- vité pour être plus proche de ses c/ienfs». Une stratégie validée par Rayrnond Woessner, qui constate que <'les entrepises développent de plus en plus le service autour du transport ou de i'entreposage lui-même ». Sams aller fusqu'à prôner la polyvalence de Ia main-d'ceuwe, cetie approche est partagée par nombre d'ac- ieurs: «On vend du temps, pas du transport routier », concède Alain Picard. Même s'ils ont intégré tous ces impératifs, les logisticiens hexagonaux se heurteni mal- gré tout à deux problèmes franco-français: celui de la taüe et celui des infrasbrrctures. « Le secteurîrançais abesoin de se consolider, plaide Vincent Gaide. Il y a une dizaine d'an- nées, Ia îrance corùptait 36000 compagnîes Ce transport, 1oo à zoasociétés de transport inaitime. Au-jourd'hui, il reste quelques grands acteurs - Geadis, ID Logistics, FM Lo- gistics, Gefco... - mais aussi beaucoup d.e petï tes entreprises quî ont de dix.à quînze ca- mions.» Pas de quoi faire le poids ftce aux puissants concurrents étrangers que sont Fe- dex, DHL, UPS ou Kuehne + Nagel... Autre problème: la France ne pourra être un âcteur incontoumable dans l'échiquier mondial de la logistique que si ses infrastruc- tures le soni. Or, prenons un exemple, le port cie Zeebruges, en Belgique, voit passer chaque année z,Smillions de voitures; celui de Bremerhaven, en Allemagne, z,imillions; ie seul port siovène, celui de Koper, en Istrie, Sooooovoitures; quant au premier port français, ü se contente de 3ooooo voitures... Les inftastruclures ferroviaires pour le fret ac.usent également un gros retard en France, même si Guillaume Pepy, président de la SNCF, a semblé vouloir rééquilibrer transport de passagers et fret en présentant son proiet strâtégique à la presse le 3 octobre. Enfia, que dire de la guéguerre entre Xarrier Bertraad et Edouard Philippe, autour du ca- nai Seile-Noid, qur doit relier les départe- ments du Nord, et notamment le port de Dunkerque, au bassin cie Seine? Le président (LR) de la région i{auts-de-France en rêve pour dynamiser la Picardie, sinistrée en em- piois, tandis que le premier ministre redoute ia concr:rrence qui serait faite à « son » port du Hawe,.. « Ce serait catastrophique que cela ne sefasse pa.s», tranche |érôme Libeskind. Et ceia enverrait ua signal négatif à tous ies ac- teurs européens et mondiaux, qui iront piu- rôt installer des plates-formes en Allemagne, en Belgique ou aux Pays-Bas. Et Raymond !'oessner de conciure: «On pinaille, an pi- naille et pentlatTt ce teft7ps, les autres font rou- ler les trains. » a sÉetnrcr MADELINE

×