Se ha denunciado esta presentación.
Se está descargando tu SlideShare. ×

Legionnella.ppsx

Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Anuncio
Cargando en…3
×

Eche un vistazo a continuación

1 de 18 Anuncio

Más Contenido Relacionado

Similares a Legionnella.ppsx (20)

Más reciente (20)

Anuncio

Legionnella.ppsx

  1. 1. Legionella Pr F. Sahli Faculté de médecine de Sétif Cours de microbiologie 2e année médecine dentaire Année 2022-2023
  2. 2. Introduction • La survenue d’épidémie de pneumopathies sévères en 1976 parmi les vétérans de l’American legion à Philadelphie, conduisit en 1977à la description de la bactérie responsable. • Cette nouvelle bactérie fut nommée Legionella pneumophila. • Les Legionella sont des bacilles à Gram négatif à multiplication intracellulaire responsables d’infections respiratoires communautaires et nosocomiales.
  3. 3. Habitat • Les Legionella sont présentes dans les environnement hydriques et humides: les eaux douces naturelles, eaux souterraines, sols humides, • Colonisent les environnements artificiels: les réseaux d’eau chaude sanitaire, les circuits de refroidissement. • Se développent dans certaines conditions: température inférieure à 50°C, présence de biofilm, présence d’autres microorganismes des milieux aquatiques comme les amibes libres ou présence de certains matériaux tel que fer, zinc.
  4. 4. Caractères bactériologiques • Famille: Legionellaceae, genre: Legionella, 53 espèces, • L. pneumophila (15 sérogroupes) est l’espèce la plus importante en pathologie humaine (95 %) , sérogroupe 1 (plus de 80 % des cas). L’antigénicité O est caractéristique de chaque sérogroupe de L. pneumophila. • Bacilles à Gram négatif (faiblement colorés) • Non sporulés, non capsulés, de 0,3 à 0,9 µm de large sur 2 à 20 µm de long.
  5. 5. Pouvoir pathogène • Transmission: inhalation d’aérosols infectieux, • Sources: les systèmes de climatisation, eau chaude sanitaire, pommeaux de douche contaminés. • Ces aérosols atteignent les alvéoles pulmonaires puis les macrophages, se multiplient dans les phagosomes à pH neutre. L’inhibition de la fusion du phagosome et des vacuoles lysosomiales permet la survie intracellulaire des légionnelles et entraîne la destruction des macrophages.
  6. 6. • Les infections à Legionella se présentent sous 3 formes cliniques : - la légionellose ou maladie des légionnaires - la fièvre de Pontiac - les formes extra-pulmonaires
  7. 7. - La légionellose: Pneumonie aiguë, communautaire ou hospitalière Maladie à déclaration obligatoire, Mortelle dans 10-20% des cas, Pic: surtout en été et en automne (voyages, loisirs),
  8. 8. Incubation 2 à 10 jours, Un syndrome pseudogrippal avec fièvre, toux sèche, céphalées, myalgies, anorexie, A la phase d’état: fièvre élevée, dyspnée et toux importante parfois avec expectorations, souvent aussi des signes digestifs à type de diarrhée ou confusions.
  9. 9. - La fièvre de Pontiac: La forme la plus fréquente, bénigne, incubation: 1-2 jours puis syndrome grippal, guérison spontanée en 4-5 jours. - Les formes extra pulmonaires: rares Atteinte surtout cardiaque: myocardite, péricardite, endocardite.
  10. 10. Diagnostic bactériologique • La demande de recherche de Legionella doit être précisée. • Cette recherche est faite devant une pneumonie avec: absence d’amélioration sous Bêtalactamine, terrain favorisant, voyageur, exposition professionnelle à l’eau.
  11. 11. • La recherche d’antigènes urinaires: Dépistage simple, rapide et précoce des cas à Legionella pneumophila sérogroupe 1. Les antigènes apparaissent dans les 2 à 3 jours suivant les signes cliniques, leur excrétion est longue et variable: de quelques jours à 2 mois, voire un an. La détection des antigènes est réalisée par ELISA ou par une technique d'immunochromatographie sur membrane (15 mn), bonnes sensibilité et spécificité.
  12. 12. • Examen direct: Immunofluorescence directe (IFD) à l’aide d’anticorps monoclonaux reconnaissant tous les sérogroupes de L. pneumophila. Avantage : diagnostic rapide (moins de 4 heures). Inconvénients : Sensibilité faible : 25 à 40 % avec un seuil de détection de 104 UFC/mL Spécificité faible : 60 à 70 %, liée à des réactions immunologiques croisées.
  13. 13. • La culture: Prélèvements: lavage broncho-alvéolaire, liquide pleural, aspiration bronchique, biopsie pulmonaire, dès les 1ers signes de la maladie et avant antibiothérapie. Culture Lente 3 à 10 jours, Nécessite des milieux spécialisés : BCYE (Buffered Charcoal Yeast Extract) contenant de la cystéine, du fer et du charbon. Aérobies strictes, croissance favorisée par la présence de CO2 (2,5 %).
  14. 14. • Les colonies présentent un aspect caractéristique en “verre fritté” (loupe binoculaire au grossissement x 30).
  15. 15. • Identification: par immuno- fluorescence directe ou agglutination de particules de latex à l’aide d’anticorps spécifiques ou par biologie moléculaire. • Sérotypage à l’aide d’anticorps monoclonaux. • Les techniques de biologie moléculaire (PCR) parfois utilisées.
  16. 16. • Sérodiagnostic: Détection des immunoglobulines totales par immunofluorescence indirecte (IFI). Le diagnostic de légionellose est confirmé par la mise en évidence d'une augmentation du titre des anticorps de 4 fois avec un taux minimal de 128. Diagnostic tardif voire rétrospectif. Réactions croisées en IFI avec d’autres espèces bactériennes et également avec autres sérogroupes et espèces de Legionella.
  17. 17. Sensibilités aux antibiotiques • Antibiotiques actifs: macrolides, fluoroquinolones, tétracyclines et rifampicine. • Les macrolides peuvent être utilisés en monothérapie pour les légionelloses communautaires non sévères. Les fluoroquinolones (notamment la lévofloxacine) et l’azithromycine sont les antibiotiques de choix dans le traitement des légionelloses sévères et celles touchant les immunodéprimés.
  18. 18. Prévention • Surveillance environnementale et clinique : programme d'entretien régulier des réseaux (nettoyage pour éliminer le tartre), une circulation permanente de l'eau avec élimination des bras morts et une température suffisante de l'eau (60°C au site de production et 50°C aux points d'usage). Maintenir la concentration en légionnelles à des taux réglementaires par ex dans les établissements de santé < 103 UFC / litre d’eau.

×