Se ha denunciado esta presentación.
Utilizamos tu perfil de LinkedIn y tus datos de actividad para personalizar los anuncios y mostrarte publicidad más relevante. Puedes cambiar tus preferencias de publicidad en cualquier momento.
Cargando en…3
×
1 de 52

L'ENTRAINEMENT DES MUSCLES RESPIRATOIRES

2

Compartir

Descargar para leer sin conexión

L'ENTRAINEMENT DES MUSCLES RESPIRATOIRES

Audiolibros relacionados

Gratis con una prueba de 30 días de Scribd

Ver todo

L'ENTRAINEMENT DES MUSCLES RESPIRATOIRES

  1. 1.  1- Entraînement de la force des muscles respiratoires  2- entraînement de l’endurance des muscle respiratoire (hyperpnée)
  2. 2. Déterminer l'effet de l'entraînement des muscles respiratoires (RMT) sur la performance d’un exercice intermittent, la force respiratoire musculaire (PI (max)), de la fatigue des muscles respiratoires (RMF), et la dyspnée chez les athlètes de soccer
  3. 3.  Des athletes de football (20 males, 7 femelles) ont été divisés d’une façon aléatoire en deux groups, RMT group et control group durant la preparation physique de la periode de hors saison.  Le groupe RMT a effectué un protocole de 30RM (10 fois par semaine) pendant 5 semaines  Tandis que le group de contrôle n’a pas fait RMT
  4. 4.  La performance a été mesurée par l’intermédiaire du niveau 1 du Yo-Yo Intermittent Recovery Test (IRT)  La dyspnée a été mesurée durant, et immédiatement après le test de IRT  Le RMF(fatigue des mucles respiratoires) a été mesuré 2 minutes ( RMF2 ) puis 10 minutes ( RMF10 ) après avoir terminé l'IRT
  5. 5.  Après l’entrainement, le groupe qui a fait le RMT a augmenté considérablement les performances de l’IRT par 216,6 +/- 231,0 mètres (p = 0,008 ),  Tandis que l'augmentation de 49,2 +/- 75,1 mètres observée dans les contrôles n'a pas été significative.  La force des muscles respiratoires PI ( max ) dans le groupe 1 a augmenté de 138,1 +/- 19,6 jusqu’à 165,3 +/- 23,5 cmH ( 2 ) O ( p < 0,001 ) , sans changement significatif observé dans les contrôles .  RMT n'a pas affecté significativement sur le RMF ou sur la dyspnée.
  6. 6.  L’entrainement des muscles respiratoires a amélioré la performances des exercices intermittents pratiqués par les athlètes de football qui ont participé dans cette étude .
  7. 7.  But: Examiner l’influence de l’entraînement spécifique des muscles inspirateurs durant un exercice de répétition de sprint.  24 personnes ont participé dans cette étude
  8. 8.  IMT(inspiratory muscle training)= 12 participant  Performance de 30 mouvements d’inspiration, 2 fois/jour  Durée: 6 semaines  Avec une résistance de 50 % de l’inspiration maximal  Placebo =12 participants  Pratique de 60 inspirations d’une fois/jour  durée 6 semaine  Avec une resistance de 15 % du maximum  Cette resistance est très negligeable  On sait que cette resistance n’affecte pas les muscle respiratoires.
  9. 9. Groupe 1:IMT  Amélioration du temps de récuperation par 6.2+/- 1.1 % durant un test de répétition de sprint  Les concentrations du lactate sanguin après un exercice d’endurance submaximal sont plus faible que chez le groupe de placebo Groupe 2:Placebo  pas de changement
  10. 10.  L’entraînement spécifique des muscles inspirateurs peut diminuer la lactatémie après un exercice d’endurance submaximal  L’IMT améliore le temps de récupération durant un exercice intermittent intense de répétition de sprint
  11. 11.  Groupe1: -les participants ont pratiqué l’IMT; -8 semaines d’entrainement des muscles de l’inspiration à une intensité de 80 % du maximum Les 2 groups n’ont pas participé à aucune activité physique  Groupe 2 : -pas d’entrainement respiratoire
  12. 12.  Les participants ont reçu des tests de mesures des différents qualités avant et après l’entrainement respiratoire.
  13. 13. -Groupe 1: qu’il a fait l’IMT il y a eu :  pression d’inspiration maximale)  raideur du diaphragme  capacité totale des poumons - Groupe 2: pas de changements de ces paramètres
  14. 14.  L’IMT avec haute intensité:  raideur du diaphragme  volume du poumon  capacite de l’exercice Ceci est chez les sujets normaux et de bonne santé
  15. 15.  Les forces spaciales allemagnes ont pensé à integrer l’entrainement respiratoire à leur entrainement physique.  Objectif: -examiner l’effet d’un entrainement respiratoire de haute intensité(6 semaines) sur la performance de course et la VO2 max
  16. 16.  17 participants divisés en 2 groupes d’une façon aléatoire Groupe 1: fait l’entrainement Groupe 2: controle (témoin)  L’entrainement est performé chaque jour pour une durée de 6 semaines avec une intensite de 90 % de PI(max), 2x30 respiration en utilisant ‘ULTRABREATHE LUNG TRAINER’
  17. 17. Les tests faits avant et après l’entrainement sont:  Ramp test  Test de vo2 max sur tapis roulant  Prélèvement sanguin pour savoir la concentration sanguine de la lactate  Test de la pression d’inspiration et expiration maximales, PI(max) PE(max))
  18. 18.  Pas de difference des paramètres testés entre les 2 groupes
  19. 19.  L’entrainement des muscles respiratoires avec haute intensité n’a pas amelioré la vo2 max ni la performance d’endurance chez les participants.  L’RMT semble ne pas être benéfique dans les programmes d’entrainement d’endurance chez les militaires
  20. 20. Objectif: examiner les effets de l’entrainement des muscles d’inspiration (IMT) sur:  la force des mucles inspiratieurs  Le Vo2 max  L’accumulation maximal de la lactate  La sensation de dyspnée  La performance des avirons chez les rameurs
  21. 21.  Groupe 1: IMT (T)  Entrainement normal d’aviron chaque jour  Entrainement respiratoire avec resistance h.d(-1), 5 fois par semaines en 6 semaines  Groupe 2: Control (C)  Entrainement normal d’aviron chaque jour
  22. 22. IMT:  Pimax au repos  - Pimax durant le test de vo2 max  Pas de differences significatives entre les valeusr du test de vo2 max avant et après l’entrainement  Pas de changement de la sensation de dyspnée  Pas de changement du Temps de course de 2000 m Control group  Pas de changement de la Pimax  Pas de differences significatives entre les valeurs du test de vo2 max avant et après l’entrainement  Pas de changement de la sensation de dyspnée  Pas de changement du temps de course de 2000 m
  23. 23.  6 semaines de IMT fait augmenter la force des muscles de inspirateurs d’environ 28 % chez les athlètes de haut niveau d’aviron  Tandis que, cette amélioration ne semble pas améliorer le VO2 max, la sensation de dyspée durant l’exercice ou la performance de l’aviron
  24. 24.  Objectif: -determiner si l’endurance des muscles respiratoires (RME) des athlètes cyclistes peut etre ameliorée Si RME a été ameliorée, peut-elle ameliorer la performance des cycliste ?
  25. 25.  10 cyclistes ont participé  5 sujets ont completé un entrainement de l’hyperpnée isocapnique (16 sessions)  5 sujets controle  Des tests (vo2max, RME mesurement, enduramce cylcling test) ont été faits avant et après l’entrainement .
  26. 26. RME  La capacité ventilatoire maximale soutenable  Pas changement de la vo2 max  Pas changement de l’endurance maximale de l’exercice Controle  Pas de changement de la capacité ventilatoire maximale  Pas changement de la vo2 max  Pas changement de l’endurance maximale de l’exercice
  27. 27.  4 semaines d’entrainement d’endurance des muscles respiratoires a amelioré l’endurance des muscles respiratoires mais  n’a pas affecté positivement la performance des cyclistes de haut niveau
  28. 28.  But: examiner les effets de l’entrainement d’endurance des muscles respiratoires sur l performance des cyclistes de niveau moyen.
  29. 29.  L’entrainement d’endurance des muscles resipiratoires améliore l’endurance des muscles respiratoires mais  n’affecte pas la vo2 max ni la perforamnce des cyclistes masculins de niveau moyen
  30. 30.  Objectif: évaluer les effets specifiques de l’entrainement des muscles inspirateurs sur le temps et la performance chez les athlètes cyclistes bien entrainés .
  31. 31. 2 groupes ont participé:  Les participants du premier group ont fait l’IMP (pressure-threshold insparatory muscle training)  Les participants du deuxième groupe sont des placebo- controle participants (sham- training)  Des différents tests ont été faits sur les 2 groupes
  32. 32.  Les resultats indiquent que l’entrainement specifique des muscles inspirateurs améliorent la performance chez les cyclistes competiteurs.
  33. 33.  20 cyclists (vo2 max 56.0 ml/kg/min) sont divisés en 3 groups 1- Groupe 1 n=10: participe a un entrainement respiratoire de 20 a 45 min session de la hyperpnée 2- Groupe 2 n=4: placebo ( sham training) 3-Control groupe n=6: pas d’entrainement
  34. 34. Après entrainement: -Groupe 1:  augmentation de 12 % de la capacité musculaire respiratoire  Augmentation du temps de performance d’un evènement de 40 min de 4.7 % (9 de 10 sujets sont ameliorés)  Chez les groupes 2 et 3 pas de changement
  35. 35.  L’entrainement d’endurance des muscles respiratoires améliore la performance des cyclistes jeunes et qui ont une bonne experience dans le sport.
  36. 36.  Objectif: -savoir les effets de l’entrainement volontaire de l’ hyperpnée isocapnique (VIH,10 h en 4 semaines, 30 min par jour) sur le système respiratoire à la performance de course.
  37. 37. 15 males competiteurs coureurs ont participés:  Group 1 : training group  Group 2: placebo (sham VIH training) plusieurs paramètres ont été testés (vo2 max, temps de course de 4 mile, lactate, treadmill run time to exhaution at 80 %...)
  38. 38.  La pression maximale d’inspiration et d’expiration , saturation de O2 artérielle , debit cardiaque n’ont pas changé après l’entrainement VIH  L’Endurance respiratoire (+208%) et le temps de course (+50%) sont ameliorés significativement et il y a eu une réduction significative de la frequence respiratoire (-6%), V(E) (-7%), Vo2 (-6%) et lactate (-18%) durant la course sur le tapis roulant.  Le temps du 4 mile run n’est pas amelioré dans le group controle MAIS il y eu amelioration dans le group 1 (-4%)
  39. 39.  L’entrainement de VIH peut affecter positivement la performance des coureurs competitives.
  40. 40.  Objectif: -trouver les effets de l’entrainement IMT sur la performance en natation.
  41. 41.  Il y eu comparaison de la performance en 3 distances competitives.  16 paarticipants de niveau du club compétitif ont participé 2 groupes:  1- groupe 1 : IMT(30 repetion, 2 xjour, 6 semaines)  2- group 2 : placebo  Les participants ont fait un série de tests physiologiques avant et après l’IMT(100 200 400 m distance de nage
  42. 42.  le groupe IMT a montré la modification suivante de % du temps de natation:  100m (-1.7%)  200m (-1.5%)  400m (-0.6%)
  43. 43.  6 semaines de IMT a un léger effet positif sur la performance de natation chez les nageurs de niveau de club pour les distances moins de 400 m
  44. 44.  Objectif: examiner l’efficacité de l’entrainement ventilatoire en utilisant un masque afin d’améliorer la filière aérobique et anaérobique chez ROTC cadets.
  45. 45.  2 groupes: 1- expéricence test avec masque (n=9) 2- expérience témoin sans masque (n=8)
  46. 46.  Pas de changement chez les 2 groupes concernant : -l’indice de fatigabilité -la capacité anaérobique -la puissance optimale -le VO2 max -le temps de fatigue
  47. 47.  La présence de masques n’ a pas aboutit à des améliorations d’endurance qui apparaissent lors de l’entrainement en altitude.
  48. 48.  RMT peut améliorer l’endurance chez les sujets normaux plus que chez les athlètes  RMT améliore l’endurance des muscles respiratoires ce qui peut améliorer la performance de tout type de sport d’endurance de longues durées comme le marathon et le tri- athlon.  Le RMT peut améliorer le temps de recupération après un exércice de repetition de sprints.
  49. 49. 1. Bailey, SJ, Romer, LM, Kelly, J, Wilkerson, DP, DiMenna, FJ, and Jones, AM. Inspiratory muscle training enhances pulmonary O2 uptake kinetics and high-intensity exercise tolerance in humans. J Appl Physiol 109: 457–468, 2010. 2. Fairbarn, MS, Coutts, KC, Pardy, RL, and McKenzie, DC. Improved respiratory muscle endurance of highly trained cyclists and the effects on maximal exercise performance. Int J Sports Med 12: 66–70, 1991 3. Holm, P, Sattler, A, and Fregosi, RF. Endurance training of respiratory muscles improves cycling performance in fit young cyclists. BMC Physiol 4: 9, 2004 4. Inbar, O, Weiner, P, Azgad, Y, Rotstein, A, and Weinstein, Y. Specific inspiratory muscle training in well-trained endurance athletes. Med Sci Sports Exerc 32: 1233– 1237, 2000 5. Johnson, MA, Sharpe, GR, and Brown, PI. Inspiratory muscle training improves cycling time-trial performance and anaerobic work capacity but not critical power. Eur J Appl Physiol 101: 761– 770, 2007 6. Kilding, AE, Brown, S, and McConnell, AK. Inspiratory muscle training improves 100 and 200 m swimming performance. Eur J Appl Physiol 108: 505–511, 2010 7. Leddy, JJ, Limprasertkul, A, Patel, S, Modlich, F, Buyea, C, Pendergast, DR, and Lundgren, C. Isocapnic hyperpnea training improves performance in competitive male runners. Eur J Appl Physiol. 99:665–676, 2007. 8. McMahon, ME, Boutellier, U, Smith, RM, and Spengler, CM. Hyperpnea training attenuates peripheral chemosensitivity and improves cycling endurance. J Exp Biol 205: 3937–3943, 2002. 9. Mickleborough, TD, Nichols, T, Lindley, MR, Chatham, K, and Ionescu, AA. Inspiratory flow resistive loading improves respiratory muscle function and endurance capacity in recreational runners. Scand J Med Sci Sports 20: 458–468, 2010 10. Morgan, DW, Kohrt, WM, Bates, BJ, and Skinner, JS. Effects of respiratory muscle endurance training on ventilator and endurance performance of moderately trained cyclists. Int J Sports Med 8: 88– 93, 1987 11. Riganas, CS, Vrabas, IS, Christoulas, K, and Mandroukas, K. Specific inspiratory muscle training does not improve performance or Vo2max levels in well trained rowers. J Sports Med Phys Fitness 48: 285–292, 2008. 12. Romer, LM, McConnell, AK, and Jones, DA. Effects of inspiratory muscle training upon recovery time during high intensity, repetitive sprint activity. Int J Sports Med 23: 353–360, 2002 13. Romer, LM, McConnell, AK, and Jones, DA. Effects of inspiratory muscle training on time-trial performance in trained cyclists. J Sports Sci 20: 547–562, 2002. 14. Sonetti, DA, Wetter, TJ, Pegelow, DF, and Dempsey, JA. Effects of respiratory muscle training versus placebo on endurance exercise performance. Respir Physiol 127: 185–199, 2001. 15. Sperlich, B, Fricke, H, de Mare´es, M, Linville, JW, and Mester, J. Does respiratory muscle training increase physical performance? Mil Med 174: 977–982, 2009 16. Tong, TK, Fu, FH, Chung, PK, Eston, R, Lu, K, Quach, B, Nie, J, and So, R. The effect of inspiratory muscle training on high-intensity, intermittent running performance to exhaustion. Appl Physiol Nutr Metab 33: 671–681, 2008 17. Efficacy of a Ventilatory Training Mask to Improve Anaerobic and Aerobic Capacity in Reserve Officers' Training Corps Cadets. 18. Sellers JH1, Monaghan TP, Schnaiter JA, Jacobson BH, Pope ZK.

×